DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
soleil_bf (jumeaux) I_icon_mini_portalAccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 soleil_bf (jumeaux)

Aller en bas 
AuteurMessage
soleil_bf

soleil_bf

Nombre de messages : 24
Age : 36
Localisation : St-Paul-de-l'Ile-aux-Noix
Je suis : Maman de
Ange(s) : Benjamin et Félix
Décédé(e) à : 25 sem de grossesse
Le : 27/03/2007
Date d'inscription : 03/12/2008

soleil_bf (jumeaux) Empty
MessageSujet: soleil_bf (jumeaux)   soleil_bf (jumeaux) Icon_minitimeMer 3 Déc - 19:57

Bonjour à vous toutes,

Je suis nouvelle sur ce site, mais ça fait environ deux semaines que je vous lis. Aujourd`'hui, j'ai pris mon courage à deux mains pour vous écrire mon témoignage.
Ça fait maintenant un peu plus d'un mois que j'ai perdu mes deux amours Benjamin et Félix à 25 semaines.

Je suis rentrée à l'hôpital lundi le 19 mars 2007 à 24 se, car j'avais un peu de saignement (Tout était beau la semaine d'avant chez mon medecin, mon col était beau). Il m'ont examiné et ils ont vu que mes menbranes étaient rendues dans le vagin. J'ai été transférée à Sainte-Justine en ambulance. Ils ne savent pas si c'est mon col qui est incompétent ou si c'est le poids des jumeaux qui a fait ouvrir le col. Le lundi soir à Ste-Justine on a rencontré une panoplie de médecins. Mon conjoint et moi ne se doutions pas que les choses allaient mal tournées. J'ai eu une grossesse extraordinaire (à part les nombreux maux de coeur, vive le diclectin!) jusqu'à ce jour. Mon médecin m'a dit que j'étais comme une femme à terme (à 22 se j'avais 32 cm hauteur utérus) et de me dépêcher à faire mes achats, car je ne pourrai plus magasiner après. Tout était acheté (poussette double, les deux bassinettes, etc.)

Ils nous ont expliqué que si j'avais à accoucher à 24 se, les jumeaux auraient 99% de risque d'être gravement atteint genre paralysie cérébrale. Donc , nous avons tristement conclu qu'il n'y aurait pas de manipulation pour les maintenir en vie si j'avais à accoucher. On ne leur voulait pas un avenir malade pour eux.

À ce moment là, nous n'avions plus d'espoir seulement attendre et tenter de croire que je rentrerais pas en travail spontanné. À mon hôpital près de chez nous, ils nous avaient dit que je pouvais avoir un cerclage d'urgence à Sainte-Justine, mais les médecins de Ste-Justine disaient que j'étais trop avancée en grossesse. Aller refermer le col avec un fil augmentait le risque d'infection et de rupture des membranes.

Nous avons donc attendu les journées suivantes voir comment ça se passerait (Je peux vous dire que dans ma courte vie de 23 ans, je n'ai jamais vécu quelque chose d'aussi intolérable! Je ne souhaite pas ça même pas à mon pire ennemie) Le pire, c'est que les médecins écoutaient les petits coeur des bébés deux fois pas jour , ainsi que de nombreuses echo. Je peux vous dire qu'à partir de ce moment, j'ai essayer de me déconnecter de mon corps pour ne plus rien voir, ne plus rien attendre, car mes petits bébés étaient parfaitement en forme et symétriques, ils bougeaient beaucoup. Ils ne demandaient qu'à continuer de se développer, mais j.étais incapable de les garder en dedans de moi. La vie est très injuste et je peux vous dire que la phrase: Ça n'arrive qu'aux autres ces affaires là! Je l'ai comprise et ce n'est pas vrai du tout.

Les medecins disaient que j'étais soit à 24 semaines selon mes menstruations ou à presque 25 selon les echo. Mais notre décision était la même. Si j'avais à accoucher 25 semaines, même 26 c'est trop risqué. La barrière qu'il aurait fallu que j'atteigne est 28 semaines 95% survie. (Tout le long de mon séjour à Ste-Justine, j'étais couchée la tête en bas et je mangeais la tête en bas ainsi que faire pipi dans une bassine, impossible de me lever. On me faisait manger, j'étais incapable de m'essuyer tout de seule!)

Jeudi le 22 au matin, j'ai eu une perte de liquide, j'ai donc eu mon premier examen du col depuis mon arrivée, car ils ne voulaient pas aller jouer là. Le résident a dit que mes menbranes étaient rompues. Je suis donc partie me faire mettre la corde au cou à la salle d'accouchement. Je n'avais pas de contractions, donc ils m'ont provoquée. J'ai eu l'épidurale. J'ai été en travail pendant 24 heures pour finalement avoir un autre examen du médecin patron pour me dire que j'avais encore b.cp de liquide et que mes membranes n'étaient pas rompues. Elle a donc arrêter le travail, car les bébés ne voulaient pas sortir, Je vous dis que c'est un virage à 180 degrés. Il y avait peut-être une petite fissure dans l'un des feuillet d'une des menbranes. Donc je suis retournée à ma chambre. Du jamais vu apparement, car quand on va à la salle d'accouchement on n'en ressort pas enceinte. Mon col était rendu dilater à 4 cm. Les médecins ont dit que j'avais été brassée, mais qu'avec de la chance en ne bougeant pas je pourrais atteindre 3 semaines. Des filles ont déja été capables. La première lueur d'espoir après tant d'émotions sauf que si je faisais seulement une semaine de plus notre décision serait la même, pas d'acharnement. Mais à 26 semaines, les bébés respirent tout seuls, donc les medecins ont en qq sorte le devoir des maintenir en vie sauf qu'après les enfants vivent avec les séquelles. Si après un mois de vie survient des complications, les parents ont tjrs le droit de dire on débranche, mais c'est encore plus difficile quand tu les as cajolés pendant un mois.

On s'est dit on attend pour voir la suite, si j'ai résisté à un quasi accouchement, les bébés sont très vigoureux et forts, on est donc capable de passer au travers de trois semaines, même la tête en bas. Dimanche le 25, je suis retournée à la salle d'accouchement , car j'avais des contractions naturelles. J'ai revu les mêmes infirmières qui ont dit encore toi! toute l'étage était au courant de mon cas, les infirmières m'ont supportée. C'est difficile d'être sur l'étage des naissances avec des bébés qui pleurent et des femmes enceintes. Ma voisine de chambre attendait des jumelles , elle était rendue à trente semaines, la chanceuse. Il n'y a pas de chambre privée à cette étage, seulement des semi- privée. J'ai oublié de vous dire qu'ils n'ont pas le choix de m'accoucher de façon naturelle, car une césarienne serait moins pénible pour moi, car je n'aurais pas à entendre les bébés pleurer, mais trop risquée pour moi et pour d'éventuelles grossesses.

Le dimanche dans la salle de travail, ils m'ont dit que c'était des fausses contractions et que mon col était encore à 4 cm. Donc, je suis retournée dans ma chambre (j'ai changé de chambre 3x) Nous avons passé notre temps à regarder mes serviettes sanitaires et à se demander est-ce que les saignement sont normaux? Infernale! Lundi le 26, on était un peu plus encouragé, mais malheureusement à 10h30 du soir juste après avoir écouté les beaux petits coeurs et mon conjoint venait de quitter l'hôpital. J'ai crevé mes eaux sans aucun doute le lit mouillé au complet. J'ai donc su qu'il n'y avait vraiment plus d'espoir pour mes deux bébés. Je suis rentrée en contraction à minuit, je suis rentrée en salle d'acouchement j'avais d'énorme contractions, ils m'ont redonné l'épidurale, même avec les doses les plus fortes je les sentais quand même. Benjamin est né à 10 h mardi matin, je l'ai pris dans mes bras, il lui ont donné de la morphine, car il était en détresse respiratoire, mais ils m'ont assuré qu'il ne soufrait pas. Les néonatalogistes nous ont dit que le deuil serait plus facile si les bébés partaient au ciel avec nous et que c'était important de leur donner un nom. Félix a pris du temps à sortir, car il était haut dans mon utérus et sa poche n.était pas crevée. Je sentais b.c.p les contractions mes je ne voulais pas attendre plus longtemps avec une autre dose d'épidurale, donc j'ai poussé et poussé dans la douleur et Félix est né à 2h pm. Je l'ai aussi pris dans mes bras. Les deux étaient parfaits! mais trop petit pour survivre sans séquelles. Mes deux amours sont maintenant avec les anges. On a demandé une autopsie pour voir s'il n'y aurait pas qq chose d'anormal , mais probablement que nous allons rester sans réponse. Le mardi je suis allée dans une chambre privée et le mercredi matin, j'ai repris mes bébés pour une dernière fois. Ils m'ont donnée leurs petites tuques et couvertures aisi que des photos. J'ai eu mon congé le mercredi soir, mais je n'étais pas encore capable de marcher tout seule, car 10 jours la tête en bas, les muscles sont fatigués et deux épidurales cinq jours c'est bcp!

Naître et mourir la même journée, ce n'est pas normal!

Je m'excuse d'avoir écrit un long témoignage, mais ça fait du bien de l'écrire. La pente est difficile à remonter je vous le jure. Revenir de l'hôpital sans mes bébés, je ne le prend pas encore, mais je me dis on a été capable de survivre un mois après, on va essayer de passer au travers d'un autre mois. J'ai fait attention tout le long de ma grossesse pour ne rien prendre et j'ai été intubée, injectée de toute sorte d'affaire pendant 10 jours
Ils m'ont donné des pillules pour empêcher la montée laiteuse, mais j'en ai eu pareil.

Moi aussi, j'aurai probablement un cerclage à la prochaine grossesse.

J'essaie de vivre au jour le jour et de profiter de la présence des gens autour de moi, car rien n'est acquis dans la vie!

soleil, maman d'anges Benjamin et Félix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
soleil_bf (jumeaux)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: