DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Juliette, ma petite princesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MaPetiteJu



Nombre de messages : 2
Localisation : Pas de calais
Je suis : Maman de
Ange(s) : Juliette
Décédé(e) à : 38SA
Le : 20/03/2013
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Juliette, ma petite princesse   Mer 1 Mai - 4:53

Ma première fille fut un bébé surprise, je connaissais son père depuis peu, j'avais 19 ans et ne souhaitait pas d'enfants avant mes 30 ans. Mais dès que je l'ai su, je l'ai aimée. J'ai eu une bonne grossesse, mais lors d'un monitoring de contrôle, pas de son de coeur de bébé. Le travail avait commencé, le gynéco est venu avec un appareil plus sensible et ouf de soulagement, césarienne en urgence (mon col ne s'ouvrait pas, le bébé s'était retourné et son coeur faiblissait). Léa est née le 05 décembre 2001 avec 3 semaines d'avance mais tout allait bien et elle a maintenant 11 ans.
Je me suis séparée de son papa en 2004 (et depuis il ne s'en occupe plus du tout).
Janvier 2006, j'ai rencontré celui qui est devenu l'homme de ma vie, il a tout de suite considéré Léa comme sa fille, j'ai très vite désiré un autre enfant, nous nous sommes mariés en juin 2007, j' étais enceinte de 2 mois.
Très tôt, j'ai dit au gynéco que je voulais une césarienne, il ne voulait pas disant que chaque grossesse est différente et que je pourrais accoucher. 15 jours avant la date du terme, radio, le bébé est tête en bas, j'accoucherais donc normalement. un matin douleur violent e dans le dos, nous partons donc à la clinique, monitoring... On me dit que je n'ai pas de contraction mais le coeur du bébé faiblit. echographie ma fille est à la transversale elle est insortable par voie naturelle. Apres correction les capreurs étaient à l'envers j'avais bien des contractions et je perdais ma fille recésarienne et Céline est née le 26 janvier 2008 à terme.
Tout au long de ma grossesse, j'ai toujours dit que je ne voulais que 2 enfants. Mais en 2010 nous sommes rentrés dans la maison que nous venions de faire construire, et j'ai eu une envie de bébé, je ne peux l'expliquer, c'est devenu une obsession. J'ai mis un bon moment à convaincre mon mari et juin 2011, je m'aperçois que enfin ça a marché. Lui, ne voulait pas le garder, nous nous sommes engueulés pendant plusieurs semaines et le 12 aout a 10 SA j'ai perdu mon bébé.
Je lui en ai voulu, tellement je crois qu'il a cédé et nous avons donc décidé d'avoir un troisième enfant. Je suis tombée enceinte le 19 juillet 2012 (et oui je ne tombe pas enceinte facilement). J'étais sereine, pas malade du tout, première grossesse où je ne suis pas bloquée du dos. J'ai travaillé jusqu'au bout. mais en février j'avais 14/8 de tension, on me donne un petit traitement, du repos mais ma fille va bien. Visite du 8 mars, 17/10 de tension, avec le repos et le traitement. Le gynéco était à la bourre, il me dit que ça va quand même mais augmente le traitement et me renvoie chez moi avec une césarienne le 2 avril mais pas de suivi jusque là . C'est à ce moment, que tout est parti en cacahuete, 4 jours après mon mari se fait une entorse de la cheville (jours des grosses neiges), j'ai conduit 4 heures pour le conduire aux urgences, pareil pour le retour. Je me suis retrouvée à faire les courses toute seule, les packs de lait, d'eau... Personne ne m'a proposé d'aide.
Le dimanche j'étais couchée pas bien, le lundi je conduis la petite à l'école ça va aussi, mardi pareil.
Le mercredi, mon calvaire a commencé. La journée avait bien commencé, j'ai même fait la grasse mat'.
L'après midi, j'ai passé 3 heures chez ma voisine (qui en plus est sage-femme) et ça allait. Le soir on soqp des enfants, j'ai une violente douleur dans le ventre, vais au toilettes et voit un peu de sang. Je ne panique pas je dis à mon mari que nous devons y aller (il était 20h45). A 21h15 nous arrivons à la clinique je marche (avec un peu de mal) jusqu'à la salle de travail, et la sage-femme m'examine, j'étais complètement dilatée, elle me prepare pour la césa en catastrophe pendant qu'une autre installe le monitoring, j'entends le coeur de la petite tout va bien mais elles semblent inquiètes, le gynéco arrive, il bouge le monito plus de coeur de bébé ,j'entends la conversation la sage-femme pense avoir entendu MON coeur. Ils vont chercher l'echographe, le gynéco semble agité et là il lance "il n'y a pas de mouvement cardiaque" mon mari s'est effondré et moi j'avais compris mais je ne voulais pas craquer et je me disais que c'était comme pour léa et que finalement tout irait bien. J'ai accouché naturellement à 21h30, mon seul accouchement naturel, je n'ai pas eu mal je pensais que c'était la sonde urinaire qui partait, j'ai vu les yeux exhorbités de mon mari. Ils ont emmené ma fille, je pensais pouvoir la prendre dans mes bras, on ne me l'a pas présentée. Le gynéco voulait parler, m'expliquer, je voulais qu'on me laisse. Juliette était décédée depuis au moins 2 jours a-t-il dit. Il y avait des traces d' infarctus sur le placenta. Vers minuit, mon mari est reparti s'oqp de nos ainées. J'ai demandé à ce qu'on ne me mette surtout pas en maternité (ce qui les a surpris), on m'a donc laissée toute la nuit dans cette salle de travail, là où j'ai perdu ma fille. A 9h00 ils m'ont montée en chirurgie. 9h30 mon gyneco arrive, il n'a dit qu'une chose "j'aurais du vous hospitaliser", je n'ai pensé qu'une chose "TG connard", mais je me suis tue.
10h00, mon mari arrive avec les grandes, il ne leur avait rien dit sauf que j'étais hospitalisée, on leur a annoncé et se fut un grand moment de détresse pour nous 4. Nous avons beaucoup discuté, mais ne sommes pas rentrés dans les détails. Pour mes filles Juliette est née mais son coeur n'a pas tenu, je ne voulais pas qu'elles sachent qu'elles ont fait des calins à un bébé décédé dans mon ventre.
11h00, ma mère est arrivée, ses premiers mots ont été "C'est bon tu arrêtes là, tu as eu chaud pour les 2 premières, tu n'aurais pas du insister" et "tu as encore les tickets de caisses de ses affaires?" j'avais envie de la gifler.
Nous sommes ensuite, mon mari et moi, descendu chez les sages-femme pour régler les "détails". Elles nous ont proposé de tout prendre en charge pour les obseques, nous avons demandé des détails et là "boite blanche et fausse commune" nous avons refusé aussitôt, notre fille devait être enterrée dignement. Nous avons refusé l'autopsie, nous ne voulions pas qu'on la touche, qu'on la découpe sous toutes les coutures. Pas de formulaire ils ont du improviser.
Je suis sortie le lendemain, sans avoir vu personne, pas de cachets contre la montée de lait, je suis allée voir ma fille avant de partir, j'avais peur qu'on me la présente à la morgue, mais cette fois ils ont bien fait les choses, ils nous l'ont amenée à la chapelle, dans un berceau. Je n'ai pas pu la prendre dans mes bras, j'avais peur que son visage bouge.
Mon mari m'a emmenée voir le caveau de sa famille, un petit cimetierre, face à la mer, des chevaux dans la pature à côté, ma fille sera bien près de ses arrières grands-parents.
Puis, ce fut les papiers, pompes funèbres, caf, sécu, appel à la mutuelle (où l'on a voulu me vendre un contrat pour ma fille décédée).
Ma fille est enterrée depuis le 28 mars, je vais la voir chaque jour, quand on me dit que c'est trop, moi je me dis que c'est la moindre des choses, c'est tout ce que je peux faire pour elle.
Quand je vois un bébé, ça me donne comme un coup de poignard au coeur, tout comme une femme enceinte.
J'ai l'impression de survivre, je pleure que quand je suis seule, mon mari a repris le boulot, je ne reprends qu'en septembre, c'est long, je m'ennuie.
J'ai l'impression d'être folle, cette semaine j'ai même eu envie de m'occuper du poupon de ma fille, je ne l'ai pas fait mais j'y pense beaucoup quand je suis seule à la maison.
Merci de me lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titilolo

avatar

Nombre de messages : 622
Localisation : france
Je suis : Maman de
Ange(s) : les ptits bébés
Décédé(e) à : 21 SA
Le : 13/08/2012
Date d'inscription : 19/08/2012

MessageSujet: Re: Juliette, ma petite princesse   Mer 1 Mai - 13:46

désolée chère mamange de t'accueillir sur ce forum, mais je sais que tu trouveras toujours une oreille attentive et compréhensive des mamanges...
je te souhaite tout le courage qu'il faut pour affronter les mois à venir...
douces pensées à ton ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jados



Nombre de messages : 69
Localisation : marseille
Je suis : Maman de
Ange(s) : ptit pousiere
Décédé(e) à : 8sa
Le : 18/08/2002
Date d'inscription : 11/03/2013

MessageSujet: Re: Juliette, ma petite princesse   Mer 1 Mai - 17:01

coucou mapetite ju je sui triste pour toi courage ta petite juliette et un belle angr qui veille sur vous du ciel je comprend ta peine plein de bisou volan a ton ange et des bisous de soutien a toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manon.mon ange

avatar

Nombre de messages : 1875
Age : 35
Je suis : Maman de
Ange(s) : Ludivine et Angélique et Manon
Décédé(e) à : Ludivine et Angélique décédées à 21 SA
Manon décédée 15 jours avant le terme
Le : 25/05/2011 , 16/04/2012
Date d'inscription : 04/05/2012

MessageSujet: Re: Juliette, ma petite princesse   Ven 3 Mai - 13:41

plein de courage et de force pour toi, ta familleet ta belle Juliette

Moi aussi j'ai vécu la même chose et ce silence du monitoring......

je t'envoie beaucoup de courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Juliette, ma petite princesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: