DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Il y a deux semaines ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Il y a deux semaines ...   Sam 22 Juin - 7:07

Bonjour à toutes et à tous,

Je me "lance" à laisser mon témoignage du deuil que nous sommes en train de vivre avec mon conjoint.

Nous nous sommes rencontrés en 2009 (tardivement, à 39 et 44 ans, séparée pour moi, divorcé pour mon conjoint, sans enfant de nos précédentes unions).

Très vite tout semble évident, quitter la région parisienne pour construire notre nouvelle vie, fonder un foyer et nous rapprocher de nos familles, d'où notre installation dans la région de Montpellier en 2011.

Très vite aussi, ma gynécologue à Paris nous a orientés vers une FIV avec ICSI car à 39 ans pour ma part, sans jamais avoir vécu de grossesse, pas de fausse couche, pas d'IVG, c'était quasiment mission impossible de tomber enceinte de façon spontanée.

Nous faisons 2 tentatives de FIV à Paris, sans succès, malgré les doses "de cheval", puis 2 autres tentatives à Montpellier.
Deux des 4 tentatives n'ont pas été menées jusqu'au bout faute de réponse satisfaisante de mon corps aux stimulations hormonales.

Notre gynécologue à Montpellier nous fait comprendre que ce n'est plus la peine de s'acharner et nous oriente vers un don d'ovocytes en Espagne.

En parallèle nous menons aussi les démarches pour l'adoption d'un enfant ou d'une fratrie. Agrément que nous obtenons en décembre 2012.
Nous ne voulions pas d'enfant unique, moi-même d'origine vietnamienne issue d'une famille de 10 enfants, d'origines diverses et variées, tous adoptés (j'étais la dernière de mes frères et sœurs à ne pas avoir eu d'enfant) et mon conjoint, lui, ayant trop souffert d'être fils unique, son propre père est aussi fils unique.

Autant vous dire que cet enfant était désiré, et attendu comme un Messie par nos familles et nos très nombreux amis, et proches de nos familles respectives.

Nous nous sommes dits, si le don d'ovocytes fonctionne, si nous avons deux bébés, nous ne poursuivrons pas la démarche d'adoption, si nous avons une petite fille, nous adopterons un petit garçon, et inversement si nous avons un petit garçon, ou si rien ne fonctionne, nous adopterons une fratrie.

Nous avons notre 1er RV le vendredi 14 septembre 2012 dans une clinique connue de Barcelone.
Les correspondances mails sont régulières avec la clinique pour tout planifier puis tout se précipite en décembre 2012.
Donneuse d'origine asiatique compatible âgée de 27 ans, ponction le 30 décembre, FIV avec ICSI le 31 décembre 2012 et transfert de 2 embryons le 1er janvier 2013. Pas d'embryon surnuméraire.
Date inoubliable.

Puis ... test de grossesse positif le 15 janvier 2013, confirmé par 2 prises de sang et le 7 février, nous découvrons notre "crevette", la seule qui a tenu.

Le début de grossesse se passe super bien, pas de nausées, R.A.S, mon conjoint me couve et tout juste si je peux lever le petit doigt à la maison.

A l'échographie du 1er trimestre le mardi 19 mars 2012 tout va bien, sauf que l'on nous dit que notre "Pepito" est plus petit que ce qui est attendu généralement à ce terme de la grossesse.

Puis bis répétita à l'échographie du vendredi 12 avril où l'on nous annonce que c'est un petit garçon. On me demande de faire une échographie morphologique intermédiaire en mai car même si une trisomie 21 est écartée, une autre forme est suspectée, qui expliquerait le retard de croissance en taille et en poids (toujours dans la limite inférieure de la courbe). L'écho de contrôle n'est pas alarmante, tout est petit, mais homogène.

Nous voici un peu rassurés.

J'ai été suivie dès le début dans une unité spécialisée au CHU de Montpellier pour les grossesses à risque (FIV avec ICSI, don d'ovocytes, 1ère grossesse à 43 ans).

Puis vient l'échographie de 2è trimestre vendredi 24 mai. Nous nous apprêtions à entendre la même chose, ça va mais il est petit.

Puis là, l'annonce. Une malformation cardiaque sévère est suspectée, puis confirmée par une échographie cardiaque du cœur du petit, faite le lundi suivant.

Notre petit n'avait qu'un seul ventricule au cœur, on nous a expliqué que c'était une cardiopathie extrêmement sévère, même si 3 opérations lourdes à cœur ouvert pouvaient être envisagées durant ses 6 premières années de vie, le corps médical ne savait pas s'il allait pouvoir atteindre l'âge de 10 ans, puis s'il atteignait l'âge adulte, sa vie ne serait que survie dans de grosses souffrances physiques et psychiques.

On nous a fait comprendre que la chirurgie serait une chirurgie palliative mais absolument pas curative.

Tout s'enchaîne très vite.

Nous décidons de ne pas poursuivre cette grossesse, celle que nous estimions grossesse de la dernière chance.

J'ai accouché par voies basses le vendredi 7 juin 2013 à 20h45 d'un petit garçon de 580 grammes que j'ai désiré voir, sans son papa qui ne voulait pas graver une image de mort dans sa tête, préférant garder en mémoire les clichés des échographies, pleines de vie.

Cela fait maintenant 2 semaines, nous sommes extrêmement bien entourés, mais notre âme souffre, saigne et a envie de hurler.
Je me sens vide. Je touche mon ventre, vide, pas de bébé à la maison.

J'ai déjà dû faire le deuil d'un enfant biologique alors que j'aurais tant aimé reconstituer les 1er maillons d'une nouvelle filiation, puisque je ne connais absolument pas mes origines (née vers la fin de la guerre du Vietnam où j'ai passé mes 2 premières années de vie).

Nous pensions avoir le temps de lui préparer une belle chambre, ainsi que de lui choisir un joli prénom (nous avions pensé à Tristan ou Yohann, sans avoir arrêté notre choix et continuions à chercher de nouvelles idées).
J'avais préparé un début de faire part de naissance, très original, sur le thème du "Petit Prince".
Notre Petit Prince que nous appelions "Pepito" en référence au don d'ovocytes dont j'ai bénéficié en Espagne, n'est plus.

Je suis de nature zen de par mes origines, mon conjoint, catalan, est très soucieux de nature, nous faisons attention à ne pas nous laisser aller, pour nous-même, pour notre conjoint, mais la vue d'une femme enceinte, la vue d'un nouveau né, me vrille littéralement les tripes.

J'ai un soutien psychologique le temps nécessaire et on essaie de tenir.
Je pense que ce soutien psychologique va aussi me permettre d'aborder le sujet de la culpabilité de devenir parents sur le tard (dur pour un enfant d'avoir de "vieux" parents), essayer d'alléger le poids que l'on m'a martelé (déjà depuis l'âge de mes 36 ans): vous êtes vieille, horloge biologique arrivée à son terme alors qu'aucun problème physiologique n'avait été détecté.

Voilà, j'ai découvert ce site "par hasard", cela me fait du bien d'écrire, de partager, de lire d'autre témoignages, de laisser le mien. Ecriture, forme de thérapie complémentaire à la parole.

Merci d'avoir lu mon long témoignage et souhaite tout le courage du monde à vous, qui vivez des histoires similaires mais toutes singulières.

Maya


~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~
Revenir en haut Aller en bas
Malo



Nombre de messages : 1586
Age : 47
Localisation : Bretagne
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gwen
et de 4 poussieres d'anges
et 2 GEU
et de Lenaïg et Yanig
Décédé(e) à : 24Sa + 4 jours.
6 jours de vie
16SA pour les jumeaux
Le : 11/12/2006
01/08 (7SA)
04/09 (5SA)
04/10 (5SA)
08/10 (5SA)
03/11 (GEU)
3/2/2012 (16SA)
08/2012 (GEU)
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Il y a deux semaines ...   Sam 22 Juin - 14:07

Maya je suis désolée de t'accueillir ici
mais tu as trouvé le bon forum
Ici toujours quelqu'un pour t'aider, de te comprendre.

Je connais malheureusement ton parcours. Parcours difficile, long, douloureux, alors quand un positif arrive, ce n'est pas juste qu'on nous enleve ce bonheur.

Perdre un enfant, c'est faire le deuil de l'avenir.
Que c'est injuste
Je t'envoie tout mon soutien
et des ondes positives pour ta prochaine tentative et ton adoption.
Douces pensées à ton ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il y a deux semaines ...   Sam 22 Juin - 14:27

Bonjour,

Merci pour ton message de soutien.

Parfois j'ai la sensation que tout cela n'est pas arrivé et que je vais me réveiller.

Puis quand je passe ma main sur mon ventre, je réalise que ce n'est malheureusement pas le cas.

Ton parcours est terrible. La médecine a-t-elle une explication à toutes ces difficultés ?
Veux-tu dire que tu tentes à nouveau une PMA ce mois-ci ?

Nous aurions la possibilité de tenter une nouvelle FIV avec don d'ovocytes, mais je culpabilise, je crains les réactions de notre entourage qui, je le sais, seront négatives.

De toute façon, je pense que tout cela est bien trop récent pour prendre une quelconque décision.

A bientôt ?
Revenir en haut Aller en bas
mary2599

avatar

Nombre de messages : 11
Localisation : Granby
Je suis : Maman de
Ange(s) : Ayden
Décédé(e) à : 3 jours de vie
Le : 07/04/2013
Date d'inscription : 23/04/2013

MessageSujet: Re: Il y a deux semaines ...   Sam 22 Juin - 18:27

Bonjour Maya


Je suis désoler de te voir sur ce site.  Malheureusement nous sommes de plus en plus de parents a avoir perdu un enfant.  Moi aussi j'ai eu un petit bonhomme avec le ventricule gauche manquant sauf que sa pas été détecter à l'échographie.  J'ai donc accoucher de mon petit Ayden sans savoir ce qu'il avait.  Nous on a décidé de le laisser partir car on voulait pas lui faire vivre cette vie là.

On ce dit que la vie est si injuste...  La clé pour passer à travers est d'etre bien entourer et d'en parler le plus possible.  Pour moi cest sa qui ma aider beaucoup.

Je te souhaite de tout cœur que vous puissez réaliser votre rêve d'avoir un enfant et de surtout de pouvoir passer à travers ce deuil


Bonne chance  bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il y a deux semaines ...   Dim 23 Juin - 5:16

Bonjour Mary,

Je trouve effectivement du "réconfort" sur ce site.

On se dit qu'on est pas les seuls à qui ça arrive, mais en même temps j'ai la sensation d'être effrayée car il ne regroupe que des cas de deuil alors que lorsqu'on regarde autour de soi, il y a tant de femmes enceintes, tant de poussettes !

Il faut garder espoir et comme tu le dis, être entouré, parler, pleurer.

Pour l'instant j'ai l'impression d'être comme un robot, je vis, je respire car c'est un réflexe.

Ne dit-on pas que le temps est un galant homme ?

Courage à nous toutes et nous tous (en incluant les papas).
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a deux semaines ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: