DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Notre petit Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mpascale



Nombre de messages : 12
Localisation : Joliette, Qc
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gabriel
Décédé(e) à : 22 semaines, à vécu 2 heures après l'accouchement
Le : 08/12/2015
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Notre petit Gabriel   Sam 26 Déc - 9:41

Bonjour à tous,

Je me présente, je m'appelle Marie-Pascale, j'ai 27 ans, j'habite la région de Joliette au Québec, j'ai un beau garçon de 3 ans en pleine santé et un petit ange au ciel. Si je suis ici aujourd'hui, c'est pour raconter l'histoire compète et détaillée de mon Gabou, si ça peut m'aider seulement un peu à m'en soulager. Comme vous pourrez le constater, l'histoire est longue, mais tout à un lien.

2015 commence plutôt bien. Mon conjoint termine ses études, j'ai un emploi stable, la famille va bien. Depuis novembre 2014, je change considérablement mes habitudes de vie, je mange mieux et je deviens très active. En plus, ma glande thyroïde est enfin stabilisée à ce moment (une maladie de Basedow-Graves traitée à l'iode 131) Bref tout va bien on prévoit de concevoir un enfant à l'été.

Tout est chamboulé au mois de juin. Le 3 juin exactement, mon père m'apprend que ma mère à un cancer des poumons qui est trop étendu pour être opéré et qu'elle a des métastases au cerveau, au foie et aux glandes surrénales... bref une des pires nouvelle qui pouvait me tomber dessus. Pour essayer de mettre un peu de joie dans toute cette tristesse, mon conjoint et moi, on décide quand même d'essayer d'avoir un deuxième enfant. La tentative de juin ne fonctionne pas, on pense que j'ai fait un avortement spontané en fait, car mes règles étaient différentes et en retard. Je tombe enceinte de Gabriel à la mi-juillet.

Un premier trimestre de grossesse absolument parfait. Très peu de nausée, je dors bien mais pas d'intense fatigue. D'un autre côté, ma mère est entrée au soins palliatifs le 17 août et décède 4 semaines plus tard le 14 septembre. Au moins, elle a pu voir les photos de l'échographie de datation du 10 septembre. Le lendemain du décès, j'accompagne mon père aux pompes funèbres, on prévoit les obsèques pour le 20 et le 21 septembre.

Le 18 septembre, je suis au travail. (je travaille dans un bureau alors pas de problème...) mais vers 15h 30, je sens des pertes plus liquides quelques petites crampes. Pas trop inquiète, je vais à la salle de bain et là, déluge rouge !!!! J'appelle ma supérieure, on appelle info santé. On me dit tant que c'est pas hémorragique, pas trop de problème, surtout que mon rendez-vous de routine chez le médecin est le 22 septembre. Je saigne jusqu'à la fin de la journée, puis les pertes deviennent brunâtres (l'angoisse tellement totale...) je me ménage lors de funérailles, même si ma peine est assez immense. Je n'ose dire à personne que je suis enceinte, j'ai beaucoup trop peur de le perdre. À mon rendez-vous chez le médecin, on me dit que ça doit être un petit hématome, mais que c'est bon signe si ça a arrêté de saigner. On me met en arrêt de travail deux semaines, à la fois pour le saignement et pour me remettre un peu des émotions du décès. Mon échographie pour la clarté nucale était déjà pour le vendredi, alors on allait voir ce qui se passait exactement à ce moment.

L'échographie se passe bien, j'ai même eu un dvd. On voit effectivement un hématome sous chorionique, mais pas très gros, 2cm par quelques mm. La technicienne est plutôt encourageante, ça n'a pas l'air très grave et je ne suis pas la seule à avoir ça pendant la grossesse, tout risque de se résorber et de très bien se terminer. Bon d'accord. Le dimanche qui suit, j'ai de petites pertes sanguines dans la journée, je ne m'inquiète pas trop. Pour vous situer, je suis environ à 13 SA à ce moment. Dans la nuit, je me réveille. Ma serviette hygiénique, ma culotte, mon pyjama, le drap et le matelas sont tachés de sang. Je vais à la salle de bains, encore le déluge. On va aux urgences. Je fais une infection urinaire, et l'hématome a augmenté, il fait maintenant 7cm X 7cm, soit environ 40% de la poche. 

Le semaines suivantes se passe alitées, entre la peur de perdre le bébé et l'espoir de le tenir dans mes bras en avril. j'ai des saignement plus ou moins abondants de manière continue comme si j'avais toujours mes règles. À chaque échographie, le décollement est stable ou rapetisse un peu, des petites victoires pour moi. Vers 16 SA, mon médecin m'appelle. Il faut que j'aille passer des tests à Ste-Justine, parce qu'à ma prise de sang pour le dépistage de la trisomie 21, j'ai eu un taux très élevé d'alpha foeto protéine, donc risque de spina bifida. On y va vers mes 18 SA. Tout est beau, on nous annonce que c'est un deuxième garçon, et que le taux élevé d'AFP est probablement juste dû aux saignements. Je retourne donc chez moi le coeur un peu plus léger et toujours pleine d'espoir.

À travers les échos, les rendez-vous réguliers et en clinique GARE, je suis constamment alitée. C'est difficile pour moi, pour mon conjoint et aussi pour mon fils qui avait l'habitude d'une maman très active.

Le 30 novembre au matin, alors que mes pertes était rendues brunâtre (grand encouragement pour moi) je vais à la toilette et ma serviette est remplie de sang. Comme je suis rendue à 21 SA, j'appelle directement à la maternité, ils me disent de m'en venir, ce que je fais. Après plusieurs examens, ils décident de me garder jusqu'à ce que les saignements cessent. Un peu démoralisée, j'accepte quand même bien la décision, pour le bien de mon petit Gabriel. Mais cette journée, en après-midi, méga hémorragie. Mon hémoglobine baisse presque à vue d’œil, je commence à être en danger. Le gynécologue de garde me fait clairement comprendre que si ça n'arrête pas, il pourrait me faire accoucher. Le calvaire total... une chance, les saignement hémorragiques ralentissent et redeviennent acceptables en début de soirée. On est tous soulagés, mais on parle de me transférer à Ste-Justine dès que j'atteindrais le 24 SA, je suis classée à haut risque d'accoucher prématurément. 

Je reste une semaine alitée à l’hôpital, mon conjoint et mon fils trouve ça très dur. Les médecins m'installent des pompes anti thrombiques pour réduire les risques de phlébite, je suis allongée sans bouger à longueur de journée. Puis, dans la nuit du dimanche, j'ai une bonne contraction. J'appelle l'infirmière, ils me font les vérifications d'usage et ils m'injectent de la morphine (???!) Je commence à comprendre que personne n'a plus vraiment d'espour pour moi. Puis le matin, méga saignement encore. La gynécologue de garde vient me voir, m'ausculte et me fait une échographie. J'ai perdu mes eaux et je suis ouverte à 1cm, l'accouchement est imminent. Mon monde d'espoir que je m'était bâti s'effondre. Mon conjoint et mon père arrivent, on pleure tous beaucoup, à 22 SA, Gabriel ne devrait pas survivre à l'accouchement et aucun de ses organes vitaux n'est assez mature pour survivre hors de mon ventre.

On me met en salle de travail, on me place la péridurale et on m'insère les médicaments pour accélérer le travail. J'oscille entre somnolence et panique tout au long du travail, qui a duré 14 heures. Le 8 décembre à minuit 13 est né notre Gabriel, si petit mais si beau et aussi vivant, même si ce n'est que pour bouger un peu et chercher son air. Son cœur a arrêté de battre à 2h 10 du matin, soit quelque 2 heures plus tard. Pendant 30 minutes, nous l'avons bercé, mais je n'était pas capable de plus. Il est décédé dans les bras d'infirmières merveilleuses. Après l'inspection du placenta, la gynécologue nous a dit qu'il y avait un caillot qui fesait plus de 50% du placenta derrière.

Nous avons demandé à le revoir avant de partir de l’hôpital ce matin-là. On lui a chanté des berceuse et on lui a montré le soleil. Puis on est retourné chez nous, avec une petite boite pleine de souvenir préparée par l’hôpital. Ses cendres sont maintenant revenues à la maison.

Depuis ce temps-là, j'ai beaucoup de difficulté. Je fais de l'angoisse sans arrêt. J'ai une peur presque incontrôlable de faire une phlébite, une embolie pulmonaire, de mourir et de laisser mon fils sans maman. Au point ou je porte des bas de contention tout le temps (j'ai un peu mal à un mollet, mais le médecin n'a trouvé aucun signe de phlébite).

Voilà ma longue histoire, et un bon résumé de mon année 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amy7380

avatar

Nombre de messages : 3102
Age : 34
Localisation : Isère
Je suis : Maman de
Ange(s) : Emma
Décédé(e) à : 22SA+1 décédée d'une chorioamniotite à cause d'un hématome de 10x9cm
Le : 20/06/2015
Date d'inscription : 28/06/2015

MessageSujet: Re: Notre petit Gabriel   Sam 26 Déc - 9:57

bonjour Marie Pascale, je suis désolée de t'accueillir ici parmi nous.
Nous histoire m'a beaucoup émue, surement parce que la mienne est presque identique.
J'ai perdu ma petite Emma à 22sa+1. J'ai fait un hématome de 5 cm, puis un second de 10x9cm, de multiples hémorragies, j'ai été transfusée, ai passée 2 semaines alitée au service maternité à haut risque pour qu'au final l'hématome, décolle complètement les membranes, une partie du placenta puis provoque l'accouchement!
Tu as vraiment eu une horrible année 2015, dur quand les évènements malheureux s’enchainent comme ça! J'espère que 2016 sera plus clémente et t'apportera paix et sérénité.
Pour tes angoisses, peut être devrais tu consulter un psy ou t'orienter vers les médecines naturelles (sophrologie, magnétisme, relaxologie.....) ou faire du yoga!
En tout cas n'hésite pas si tu as besoin de parler, on est là pour ça!

Douces pensées à ton petit Gabriel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre petit Gabriel   Sam 26 Déc - 10:11

Bonjour Marie-Marie Pascale,

Je suis désolée de ce qui est arrivé à ta Maman et à ton petit Gabriel Mad

Avec tout ce qui t'es arrivé c'est normal que tu fasses des crises d'angoisse et que tu ais peur de beaucoup de choses... Normalement avec le temps ça s'apaisera, au moins un peu. N'hésites pas à retourner voir ton médecin qui pourra sûrement te conseiller et t'aider si vraiment ça ne va pas.

Et n'hésites pas à nous parler de ton Ange !

Je t'envoie beaucoup de courage et aussi un gros bisou à Gabriel I love you
Revenir en haut Aller en bas
mpascale



Nombre de messages : 12
Localisation : Joliette, Qc
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gabriel
Décédé(e) à : 22 semaines, à vécu 2 heures après l'accouchement
Le : 08/12/2015
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Re: Notre petit Gabriel   Sam 26 Déc - 12:48

Effectivement amy7380, nos histoires se ressemblent beaucoup. Le problème avec ces foutus hématomes, c'est que la plupart s'en sortent très bien et que leur accouchement se passe à merveilles, mais pas toutes. Et on ne peut jamais savoir, un petit mini hématome peut commencer à tout décoller, tandis qu'un énorme hématome peut se résorber comme un charme... parle moi d'une saleté ! Au moins, de ce que j'en ai compris, c'est seulement une malchance, rien n'indique que ça risque d'arriver encore. C'est juste tellement triste, parce que les bébés sont viables quand même... Juste trop petits.

Cette semaine, je vois ma gynéco et mon ostéopathe, ça risque de débloquer quelques petits troubles et on va voir vers quel professionnel je vais être redirigé, mais j'ai très hâte à l'ostéopathe.

Merci de tout coeur pour vos beaux mots les filles et pour vos encouragement.

Une douce pensée pour Emma et Alexis Ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amy7380

avatar

Nombre de messages : 3102
Age : 34
Localisation : Isère
Je suis : Maman de
Ange(s) : Emma
Décédé(e) à : 22SA+1 décédée d'une chorioamniotite à cause d'un hématome de 10x9cm
Le : 20/06/2015
Date d'inscription : 28/06/2015

MessageSujet: Re: Notre petit Gabriel   Sam 26 Déc - 14:01

Oui comme tu dis, avec les hématomes c'est 50/50!
Le premier je l'ai fait à 5sa, hématome de 5x5cm. Il s'est résorbé à 12sa
Le second je l'ai fait le lendemain à 12sa+1, hématome de 10x9cm juste au dessus du col (très mal placé).
J'ai fait 5 hémorragies avec chute des plaquettes, transfusion. Et entre ces hémorragies je saignais toujours plus ou moins.
D'après le gynécologue, c'est un accident de parcours pour cette grossesse et ça ne se reproduira pas!
J'espère que c'est vrai....

L'ostéopathe te fera grand bien, au moins il remettra en place tout ce qu'il faut!
Et pour le reste, tu verras ce qu'on te propose. (ici je suis suivie par un magnétiseur, je vais aussi au yoga).

Bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pouet3

avatar

Nombre de messages : 177
Localisation : ville de Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Laurent
Décédé(e) à : 41SA + 3jrs
Le : 24/10/2014
Date d'inscription : 25/11/2014

MessageSujet: Re: Notre petit Gabriel   Mer 6 Jan - 13:49

Bonjour Marie-Pascale,
Je tiens à t’envoyer toutes mes condoléances et mes plus belles pensées pour ton petit Gabou.
Tu as vécu ce que jamais personne ne désire et s’imagine vivre un jour, mais ce qui nous rassemble toutes ici malheureusement sur ce forum.
Subir la mort de son enfant est une épreuve plus que confrontante. À défaut d’être agréable, laisse-moi au moins te rassurer que ton anxiété constante est normale.
Mon fils est décédé subitement, sans raison apparente, au début de l’accouchement, sans que personne n’ait eu le temps de seulement s’en rendre compte, y compris moi-même. Les 4-5 premiers mois suivants son décès, j’étais constamment angoissée et j’étais incapable de contrôler mes peurs quand mon esprit s’emballait. J’imaginais que moi et tous ceux et celles que j’aime et qui font partie de ma vie pouvions d’un moment à l’autre mourir tout d’un coup de n’importe quoi, comme c’était arrivé pour Laurent. Accidents de voiture, maladie non diagnostiquée, incendie… tous les scénarios banals qui emportent des vies à chaque année me venaient en tête. Cette angoisse a finit par se calmer avec le temps (et aussi avec un peu de travail sur moi et avec l’aide d’une travailleuse sociale du CLSC).
Le deuil d’un enfant est un chemin long et éprouvant qui nous fait traverser par un paquet de sentiments et de situations extrêmement difficiles à vivre (culpabilité, haine de son corps, angoisse, dépression, banalisation de notre deuil par l’entourage, etc. etc.) mais malheureusement très normales. Si tu as envie d’échanger ou de nous présenter ton garçon, des questions qui demandent à être éclairées ou le besoin d’être rassurée, n’hésite pas à passer par ici. Ça fait parfois du « bien » de se sentir vraiment comprise sans être jugée. Et ce forum restera toujours un espace où nos enfants seront toujours respecté-e-s et jamais oublié-e-s.
Je vous souhaite beaucoup de douceurs pour les semaines et mois à venir.
Tendres pensées pour Gabriel
xx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Notre petit Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: