DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit

Aller en bas 
AuteurMessage
MamandeM

avatar

Nombre de messages : 247
Localisation : Paris (77)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mark
Décédé(e) à : 23SA a 2h de vie, à cause d'une extrême prématurité
Le : 25/04/2017
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Mer 7 Juin - 7:52

Je suis le forum depuis plusieurs semaines, mais c'est seulement maintenant je me sens prête à écrire mon histoire.

En mai 2014 je suis tombé enceinte d'un petit garçon, comme beaucoup de filles ici avec l'aide d'un IAC. Quelle était notre joie quand ça a marché du premier coup ! Le premier trimestre ordinaire, riempli des nausées, j'ai travaillé comme d'habitude car "la grossesse n'est pas une maladie" et comme ça je suis arrivé au deuxième trimestre de grossesse,ou la fatigue commençait de se faire ressentir. J'ai essaie de me reposer, j'ai diminué le temps de travail et j'ai delegé beaucoup de devoirs domestiques à mon mari, qui était très supportif. Tout allait bien jusqu'au un matin du novembre , 26+2 quand en sortant de la douche, j'ai rompu ma poche d'eaux. Sans aucun douleur, une seule contraction; rien laissait présager les problèmes. J'ai appelé mon gyneco ( le grand incompétent ) qui m'a dit que ce n'était certainement pas une RPM,mais une fuite urinaire et m'a demandé de venir le voir le soir même. Heureusement mon instinct maternel s'est méfie, j'ai appelé le travail pour demander un jour de congé et je suis resté allongée toute la journée en attendant le rdv du soir, ce qui m'avait évite de perdre tous mes eaux et accoucher seule à la maison! L'heure de rdv, gyneco devient pale, confirme la rupture et m'envoie aux urgences. Je reçois corticoïdes, antibiotiques, tocolyse; tout est mise en place,mais on me dit  "vous allez accoucher ce soir, l'enfant à peu des chances de survie". On me transfer néanmoins dans un niveau 3. Cette nuit à l'hôpital je suis paniquée, je suis effraiée, jamais de ma vie j'avais autant de peur, je ressens 2 fortes contractions,qui sont des contractions de travail, j'ai pas de doutes. Désespérée j'ai tombe dans une sorte de léthargie et tout s'arrête. Je ne ressort de cet état que 2 semaines après. Pendant 2 semaines les eaux continuent de couler tous le jours, je mange des noix et bananes comme une folle, je me les force littéralement dans la gorge. Je refusé de voir qui ça soit, télé,groupe de soutien, rien je fixe le mur en face. À 28+1 le travail se déclenche, crp monte en flèche , une grosse hémorragie, le sang qui couvre la moitie du sol de salle de bains, il y en a autant que je me demande si je vais mourir. Nous sommes en hôpital, césarienne en urgence, mon fils est né et va bien, reste 2 mois en réanimation néonatale, 2 mois traumatisantes certes,mais ressort vivant. Et c'est tout qui compte. Aujourd'hui je le sais encore mieux que à l'époque. C'est seulement la vie qui compte.

En 2016, après avoir nié en bloc d'avoir envie d'un deuxième enfant par peur que l'histoire se répète, on décide de se lancer. On entends les médecins nous dire que c'était une faute à pas de chance,que chaque grossesse est différente, que ça ne risque pas de répéter, que je vais être très surveillé de près et les autres bêtises. Je regret de les avoir fait confiance. Je le regret de tout mon coeur. Si je pouvais revenir en arrière en sachant tout que je sais ajourd'hui...

Début 2017, je suis de nouveau enceinte, angoissée paniquée,je crains de la rupture de la poche. Mais cette fois ci, la grossesse se complique de départ. J'enchaîne le diabète, toxo négative, décollement placentaire, je prends abonnement aux urgences, je crois que je vais faire une fausse couche à plusieurs reprises. Je passe émotionnellement lessivée au deuxième trimestre, pendant un moment je souffle, comme la majorité de vous, une fois les 12 sa étaient passes, je me dis que tout va bien. Je m'arrête, je suis mi-allongée, on me fais toujours pleins des examens, je me sent rassurée - à tort. Quand je passe le cap de 22SA, je me décide symboliquement d'acheter ma première robe de grossesse, une robe bleu, car cette fois ci je porte également un garçon... Malheureusement j'ai eu le temps de la porter une seule fois, je me rappele encore quand mon mari m'avait dit que j'étais belle dedans. Un soir, à 22+6, pareil sans aucun signe avant-coureur,le travail se lance. Contractions toutes les 2-3 minutes. J'arrive aux urgences 1 heure après avec le col effacé, un coup d'œil sur le visage d'echographiste et je sais déjà... j'accouche le lendemain matin d'un magnifique petit garçon, né trop tôt, à 23SA, qui a survécu seulement deux heures... Ça a été un de plus beaux et au même moment - le plus tragique jour de notre vie.

Le petit est resté dans nos bras, nous l'avons donnés bisous, nous avons câline, nous avons pleuré, jusqu'au moment où son coeur s'est arrêté.

Voila, la triste histoire qui vient rejoindre les autres tristes histoires de mamanges de ce forum, ce qui nous est arrivé est tellement cruel, privé du sens et injuste,et seulement ici, nous pouvons nous comprendre, car nous attraversons le même enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audreyyy



Nombre de messages : 458
Localisation : Belgique
Je suis : Maman de
Ange(s) : Maxence
Décédé(e) à : 15semaines de grossesse
Le : 11/05/2017




Date d'inscription : 15/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Jeu 8 Juin - 14:54

Comme toutes les histoires présentes sur ce forum, la tienne rejoint les nôtres bien tristes. J'espère néanmoins que ton premier fils grandit bien entouré de tout votre amour avec votre deuxième bébé qui doit vous couver du regard, là-haut dans les étoiles. Que vous ont dit les médecins pour cette naissance trop prématurée malgré tes inquiétudes tout au long pour la première et seconde grossesse? Si un jour, la chance d'en avoir un troisième (si c'est votre souhait) se profile, envisage-t-il un traitement préventif ? Courage dans l'attente de réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MamandeM

avatar

Nombre de messages : 247
Localisation : Paris (77)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mark
Décédé(e) à : 23SA a 2h de vie, à cause d'une extrême prématurité
Le : 25/04/2017
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Ven 9 Juin - 2:56

Merci Audrey.

Les medecins ont été très décevants. Déjà je considère que mon ex-gyneco porte une parti de la responsabilité dans la tragédie survenue. Officiellement la rpm à 26 sa est déclaré comme ´sans raison medicale ´ ( la blague, les poches ne se fissurent pas sans raison !) et pour Mark, la cause directe c'est chorioamniotite du au strepto B. Les analyses post-mortem de placenta ont démontré qu'elle était pleine de streptos, même si bébé en lui même n'a pas été infecté. C'est qui a ete au même moment soulageant et blessant comme information, soulageant - car il n'a pas souffert in utero et blessant, car c'est moi qui a été malade et c'est lui qui est mort. J'aurais préféré évidement que ce soit l'opposé. C'est aux malades de mourir et pas au bébés de perdre la vie ...

Nous avons passé par les phrases différents en quoi concerne le souhaite des enfants, apres notre grand prema,on s'est dit jamais plus de grossesse et on a envisagé l'adoption,mais petit à petit,on a pris le courage de se lancer en grossesse et c'était notre erreur. Sur le forum souvent les mamans perdent leur bebe at apres ont leur bébé espoir... bien, pour moi c'est l'opposé. La deuxième grossesse s'est terminé pire que la première, même si très surveillé , à risque etc d'où mon grand desarroi par rapport aux medecins. Quand ils ont sauvé mon grand prema j'étais très admiratif, mais la, la situation a changé. Je me rends compte que mon fils est mort d'une infection banale,qui n'était pas assez bien soignée et que c'était évitable. J'aimerais tellement revenir en passe et changer les choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audreyyy



Nombre de messages : 458
Localisation : Belgique
Je suis : Maman de
Ange(s) : Maxence
Décédé(e) à : 15semaines de grossesse
Le : 11/05/2017




Date d'inscription : 15/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Ven 9 Juin - 3:23

Je comprends que tu souhaiterais revenir en arrière,  qui ne le souhaiterait pas?

Intervertir le temps et se replonger dans les doux moments de la grossesse, qu'elle soit plus surveillée que d'autres. Depuis la nuit des temps, les femmes enfantent dans la douleur, les femmes perdent des bébés mais actuellement, on espérerait toutes qu'avec les évolutions de la médecine, ces choses n'arrivent plus. Personne n'est préparé, on doit juste apprendre à vivre avec mais cette notion semble tellement floue. Apprendre à vivre avec la peine, apprendre à vivre avec ce manque.

Je pense que les médecins restent avant tout des hommes et ne sont pas à l'abris d'une erreur ou d'un fait qu'ils ne maîtrisent pas. Surtout ne t'en veux pas, ne leur en veux pas, on reste avant tout des personnes -certes malheureuses et tristes- mais tu ne peux pas te considérer comme responsable. C'est ton corps, on cohabite avec sans maîtriser certains imprévus. Pense à ton enfant, pense à celui qui n'est plus mais que tu n'oublieras pas et ne t'empêche pas d'espérer un avenir meilleur.
J'ai de la peine pour toi, pour moi, pour nous car nous vivons des choses tellement semblables et il nous faut croire que le soleil brillera encore un jour ! Tu n'imagines pas combien le bébé que j'ai porté jusqu'à presque 16semaines me manque. J'imagine souvent que 4 semaines après l'IMG, je commencerai à le sentir bouger. Je me demande ce que j'aurai éprouvé. Mon compagnon et moi étions fous de joie (notre premier bébé) puis après un début sans nuage, nous en sommes redescendus et avons plongé dans l'horreur. Jamais je n'avais envisagé cela et le jour où j'obtiendrai les résultats génétiques, j'espère ne pas me sentir tomber dans l'horreur.
Jusqu'à aujourd'hui, j'ai la force d'y croire. Je te souhaite qu'un jour un troisième petit bébé vienne vous combler d'amour. Le second n'est pas loin. Il veille sur vous...

Belle journée, des baisers à nos anges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passiflora

avatar

Nombre de messages : 89
Localisation : bretagne quimper
Je suis : Maman de
Ange(s) : hanaé
Décédé(e) à : 36sa
Le : 07/02/2017
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Ven 9 Juin - 8:30

Bonjour mamandem, Je suis triste d’accueillir encore une nouvelle maman parmi nous.
Ton témoignage me touche car pour moi aussi les premières semaines j'étais comme toi,on se sent perdu, triste, énerver enfin bref pleins de sentiments différents et difficiles à endurer. Je pensais que je resterai comme ça tout le temps, moi j'ai perdu mon bébé le 7février et en 4mois je me rends compte que le deuil évolue, on s'apaise même si certains jours sont plus difficile que d'autre. Tout ça pour te dire que seul le temps apaisera ta peine et te fera avancer. Surtout ne culpabilise pas et on ne peux pas changer les choses, on doit l'accepter et essayer de ne pas en vouloir au médecins car je pense que eux aussi aurait préféré que ça se passe bien et surtout ça va te bouffer de l'intérieur si tu développe de ''la haine'' ou de la rancœur envers eux. Et si tu ne te sens plu à l'aise avec ces médecins, tu pourras changer de médecins pour le futur si tu préfères.
Mais voilà, c'est toujours plus facile à dire qu'à faire.
Moi je pense à une nouvelle grossesse et je pense qu'on peux me dire tout ce qu'on veut mais je ne serai jamais rassurer.
je te souhaite beaucoup de courage, sois proche de ton conjoint et de ton aîné.
Bisous à ton ange Mark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MamandeM

avatar

Nombre de messages : 247
Localisation : Paris (77)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mark
Décédé(e) à : 23SA a 2h de vie, à cause d'une extrême prématurité
Le : 25/04/2017
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Sam 10 Juin - 3:15

Oui, les filles, vous avez raison, je sais que l'erreur de médecin n'était pas intentionnel, mais au même moment c'était lui qui à était  censé de nous protéger de tous le complications possibles, et dans mon cas j'en suis persuadé - un meilleur suivi infectieux aurait été suffisant. Ce médecin connaissait mon histoire, il m'avait suivi depuis 9 ans,  j'avais son numero de portable pour l'appeler à tous les heures et pourtant apres l'accouchement, il nous a même pas appelé pour présenter les condoléances ou demander comment j'allais. Même les medecins d'hôpital ont été choqués par le manque de contact et ils ont décidé de le joindre à 2 reprises pour récupérer les dossiers de mes grossesses, sans résultat. Il n'est pas coutume qu'un médecin qui suis la grossesse,ne se renseigne pas apres de raisons d'accouchement prema de ce qu'on m'a dit. Plusieurs gynecos venaient même personnelement apres FC/accouchement prema pour voir comment allaient / soutenir leurs patientes. Mais pas le mien... nous avons conclu que soit il s'en fout royalement soit il s'est senti coupable...

Hier j'ai eu une conversation de deux heures qui m'a fait réfléchir à notre deuil. Jusqu'à ici j'ai cru que le deuil d'enfant c'est le pire deuil qui peut exister et rien n'est comparable, mais j'ai changé d'avis. 

Une voisine est venue me présenter ses condoleances, elle m'avait dit qu'elle osait pas venir avant, même si elle savait que Mark était mort. Elle à 71 ans, ça fait 30 ans que son mari, un grand sportif a arrêté de parler de jour à lendemain et quelques semaines apres est mort à cause d'un cancer fulgurant en la laissant avec 2 filles en bas d'âge, nécessite de travailler pour 2 et s'occuper de tout elle même. Elle m'a parlé de leur marriage, de combien ils se sont aimés et comment elle était certaine qu'ils allons vieillir ensemble. Elle a reconnu immédiatement tous mes émotions, la colère, la rage, l'incompréhension,la déception en monde médical, la certitude d'avoir perdu le bonheur pour toujours, le tournure vers l'athéisme et le grand vide qui persistera sur tous les photos de famille à venir, peu importe si nous allons avoir 1,3,5 enfants apres, l'espace dédié à Mark sera poignant sur tous les photos, vidéos, pendant tous les anniversaires. Bref, elle a validé tous mes sentiments. Elle a pleuré pour Mark, et pour son mari. 30 ans apres sa mort, elle a refait sa vie, se remarie, s'est consacre au travail et d'extérieur avait tout pour paraître accomplie ( a vrai dire j'ai l'avais toujours perçu comme une femme forte, tres intello, bien dans sa peau etc) Quand elle m'a parlé de son futur perdu avec son mari, de sa colère chaque fois quand elle du ramener sa voiture au garage à sa place, quand elle a regarde ses affaires restes sur les meubles, comme elle était en rage contre les medecins inhumains et leur manière de leur annoncer qu'il allait partir - en passage sur un couloir entre gâteau et caffe - je me suis reconnue immédiatement. 

Tout ça pour vous dire que notre deuil n'est pas forcément différent de deuil des autres, et qu'autour de nous il y'a plusieurs personnes qui ont vecu ce horrible douleur, même s'ils ont pas perdu leur enfants, et qu'on peut se tourner vers eux pour parler de notre peine. Cette conversation avec la dame qui a vecu le double d'années de moi, m'a beaucoup éclairci les idées, je lui suis très reconnaissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passiflora

avatar

Nombre de messages : 89
Localisation : bretagne quimper
Je suis : Maman de
Ange(s) : hanaé
Décédé(e) à : 36sa
Le : 07/02/2017
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Sam 10 Juin - 5:50

C'est vrai parfois on se retrouve face à des médecins qui ne réagissent pas comme il le faut. Et tu as raisons, peut être se sent-il coupable de son imprudence, ou peut être qu'il est tout simplement con, tu ne le sauras peut être jamais alors ne te bouffe pas le peu de moral qu il nous reste pour ce genre de personne. Mais j'aurai réagi comme toi si je pensais que les coupables étaient les médecins, je comprends ta réaction.
En tout cas c'est bien si le témoignage de ta voisine t'a fais du bien, tu as pu parler avec elle, pleurer ensemble et parfois une rencontre inattendue peux nous apaiser et nous faire avancer.
Comment te sens-tu aujourd'hui?
Je suis de tout cœur avec toi, courage.
bisous à nos anges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MamandeM

avatar

Nombre de messages : 247
Localisation : Paris (77)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mark
Décédé(e) à : 23SA a 2h de vie, à cause d'une extrême prématurité
Le : 25/04/2017
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Sam 10 Juin - 13:42

Bonjour Passiflora,
J'ai lu plusieurs de tes posts et l'histoire de Hanae et je trouve ça vraiment très déchirante ... tellement triste. Tellement injuste.Comme dans mon cas c'est la foutue placenta qui a lâché, et pourtant elle était censé de héberger et nourrir bébé en sécurité jusqu'à la fin !

Ajourd'hui je m'apprêtais à aller au cimentiere, mais finalement j'ai renoncé à l'idée à cause d'épuisement, même si ce sont seulement 10 minutes à pied.Le deuil m'épuise, c'est une tension constante, une tournure des pensées dans ma tête sans cesse. En plus je vois mon mari qui ne va pas bien. D'habitude c'est un homme très fort, la il a été frappé en plein coeur. Il est devenu papa de Mark de départ, et il l'a perdu à titre pareil que moi, sauf qu'il n'a pas eu chance de profiter de Mark dans son ventre ...

Comment vas tu ? 4 mois c'est tellement court et tellement long au même moment, quand on se demande comment affronter un autre jour. Vas-tu souvent au cimentiere  ou dans un endroit dédié à la mémoire de la petite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel2017



Nombre de messages : 157
Localisation : Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Samuel
Décédé(e) à : 23 semaines de grossesse
Le : 03-04-2017
Date d'inscription : 16/06/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Mer 30 Aoû - 21:54

Je pense à toi, j'ai lu que c'était la dpa de Mark hier...comment s'est déroulé ta journée? Comment te sens-tu aujourd'hui?
Bisous à toi et à nos anges,
Roxanne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patou0703

avatar

Nombre de messages : 228
Age : 36
Localisation : pezens (carcassonne)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Enora et Flavie sœurs jumelles
Décédé(e) à : 15 SA pour Flavie et 9 jours de vie pour Enora
Le : le 08/06/2016 et le 11/11/2016
Date d'inscription : 08/12/2016

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Jeu 31 Aoû - 7:36

Bonjour maman de Mark

Je suis désolée de ce qui t'ais arrivé. J'ai 2 enfants (9 et 2 ans ) et j'ai perdu 2 bébés l'an dernier. Pour résumer mon histoire, je suis tombée enceinte en mars 2016 et j'ai appris à l'écho des 12 semaines que j'attendais de vrais jumeaux. L'hôpital de Carcassonne où j'ai fait cette écho m'a envoyé le lendemain au CHU de Toulouse pour voir un médecin habitué aux grossesses gémellaires. 

Ce médecin m'a parlé des risques de prématurité et de STT (syndrome transfuseur transfusé) et m'a demandé de revenir une dizaine de jours plus tard pour un contrôle.

Quand j'y suis retournée, le verdict est tombé : il y avait bien un STT. Comme m'a dit le médecin, la moins pire des solutions est de faire une interruption embryonnaire c'est à dire d'arrêter la vie du bébé le plus vite pour avoir une chance de sauver l'autre. Avec mon mari on prend cette décision, d'après les statistiques on a 80% de chance d'avoir l'autre bébé.

Bébé n°2 a bien supporté l'opération et on me renvoie à la maison avec un rdv 15 jours plus tard pour une écho de contrôle. A cette nouvelle écho bébé a développé un problème cardiaque induit par le STT. Le suivi sur Toulouse devient obligatoire avec un déclenchement de la naissance mais je suis avec les meilleurs médecins du service gynécologie et cardiologie pédiatrique, ils sont confiants, bébé grandit et grossit dans les courbes et le problème cardiaque se ressoud facilement par un simple catheterisme à la naissance.

C'était sans compter sur la malchance ou le sort qui s'acharne comme tu veux, mais le catégorique  n'a pas pu être fait car son problème cardiaque était plus grave que l'on croyait. On a du passé par là chirurgie à coeur ouvert, là encore les statistiques sont de notre côté mais c'est sans compter sur les complications post opératoire. Notre petite Enora est décédée dans mes bras 24h après de souffrances multi-viscérale, son coeur ne s'est pas adapté à son nouveau débit sanguin.

Encore aujourd'hui je me demande pourquoi, pourquoi nous, qu'avons nous fait de mal, pourquoi nous avoir pris les 2 ... Actuellement je suis enceinte de 6 mois et je n'arrive pas à me projeter, pour c'est je vais accouché pas avoir un bébé. Pourtant c'est totalement différent, il n'y en a qu'un et c'est un garçon (je n'arrive même pas à chercher un prénom). Je sais très bien que ça ne changera pas tant que je ne l'aurais pas dans les bras. Le seul truc qui m'aide c'est que je m'occupe du tableau des courageuses et les voir toutes monter doucement vers le haut de tableau me permet de visualiser un peu mon propre chemin.

Voilà mon histoire, si tu veux plus de détails, il y a un lien dans ma signature vers mon témoignage et surtout n'hésite pas si tu as besoin de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MamandeM

avatar

Nombre de messages : 247
Localisation : Paris (77)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mark
Décédé(e) à : 23SA a 2h de vie, à cause d'une extrême prématurité
Le : 25/04/2017
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: Re: La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit   Dim 3 Sep - 6:01

Bonjour les filles,

Roxanne, merci d'avoir pensé à nous. DPA a été dur, comme attendu... j'avais pour la première fois des vrais symptômes physiques comme suers et tremblements des mains pendant 2/3 jours sans cesse. L'insomnie et les crises d'angoisse n'ont pas arrangé les choses non plus.

Maintennant je vais mieux, si ce n'est pas de ne plus contrôler ma colère, mais j'y travaille. Déjà à la base j'ai un tempérament assez fort, alors la, toutes mes limites sont partis. On peut me mettre en colère très facilement et cela n'est pas une bonne chose pour moi, je devrais reprendre une maîtrise de soi a un moment où autre.

Patou, 
J'ai lu votre histoire, c'est une tristesse énorme. STT c'est une maladie que j'ai connu seulement sur ce forum. C'est hallucinant que ça existé... je perçois très bien pourquoi tu n'arrives pas à te projeter, et je crois que c'est un mécanisme d'autoprotection, c'est normal. Avec mon premier fils, je suis resté pendant 2 semaines allongé à plat dans l'hôpital où trés rapidement j'ai essaie de me détacher de cette grossesse et me préparer mentalement au fait de sortir de ce hopital sans enfant. Cela a persisté pensant son séjour en réanimation pendant 2 mois. Mais saches que ajourdhui cela n'a aucun incidence sur notre lien mère-enfant, qui se fait pendant plusieurs mois, ou même années, après la naissance. Je suis sure que cela sera du même pour toi. Apres, je ne te cache pas que avec nos vécus nous sont pas susceptibles d'être trés sereines comme mamans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: