DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.

Aller en bas 
AuteurMessage
Anaïs12



Nombre de messages : 1
Localisation :
Je suis : Maman de
Ange(s) : Jules et Gabin
Décédé(e) à : 3 jours après leur naissance (5 mois de grossesse)
Le : 15/09/2017
Date d'inscription : 03/10/2017

MessageSujet: Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.   Ven 15 Déc - 7:47

En ce jour si particulier du 15 décembre 2017, j'avais envie de témoigner de mon histoire après avoir lu de nombreux messages sur ce forum. Je sais qu'ici, je pourrai être comprise et pourrai parler sans jugement. Aujourd'hui aurait dû être le plus beau jour de ma vie, une joie indescrible et un bonheur immense auraient dû être au rendez-vous mais il en est rien. J'aurai dû accueillir deux merveilleux petits garçons aux doux prénoms de Jules et Gabin. Aujourd'hui, je repense aux trois mois passés, à ce jour du 15 septembre 2017 où ma vie s'est arrêtée avec la leur. Il y a trois mois de ça jour pour jour, ils nous ont quitté. Je pense à ce fameux lundi 11 septembre 2017, me plaignant d'avoir mal au ventre en fin de journée. Nous décidons dans la soirée avec mon ami de se rendre aux urgences. Un médecin m'ausculta et ne constata rien de particulier. Mon col était long et ferme. Pour lui, mon mal de ventre était de simples douleurs ligamentaires. Première grossesse pour moi, en plus, une grossesse gémellaire, il m'était difficile de savoir si cela était ou non des contractions car mon ventre était dur en permanence. Je m'interrogeais si je n'étais pas en travail. J'ai fait part de mes doutes au médecin mais pour lui, il en était rien et il m'a donc renvoyé chez moi. Nous sommes donc rentrés à la maison et nous nous sommes couchés. Ayant toujours mal au ventre malgré la prise d'un médicament, je n'ai pas réussi à m'endormir. J'ai tourné en rond dans la maison et j'ai même pris un bain mais rien n'a fait. J'ai fini par réveiller mon ami et nous avons décidé de nous rendre aux urgences de nouveau. La veille je suis rentrée chez moi vers 23h-23h30 après le passage aux urgences et j'y suis retournée vers 4h45-5h00 du matin. En l'espace de 5-6h, je suis passée d'un col fermé à totalement ouvert. On ne pouvait plus rien faire. J'ai accouché de Gabin à 5h12 du matin puis de Jules à 5h27, le 12 septembre 2017. J'ai cru sur le moment qu'ils étaient décédés car je me doutais bien qu'à 5 mois et une semaine de grossesse, c'était bien trop tôt. A mon grand étonnement, ils étaient bien en vie. Par chance, la maternité où j'ai accouché est équipée d'un service néonat où ils ont pu être pris en charge. J'avais pensé à l'éventualité qu'ils passent par ce service car depuis le début, on me disait que c'était une grossesse à risque car gémellaire bien que je n'ai eu aucun problème de santé pendant celle-ci, toutes les échos, examens étaient parfaits mais je ne pensais pas aussi tôt me rendre dans ce service. C'est dans cet environnement bien particulier (tuyaux, machines, bip bip...) que nous devenons parents et rencontrons nos deux enfants. Les médecins dès le début, nous ont rien caché à savoir leur impossibilité de connaître l'évolution de leur santé. Ils ont évoqué le décès, une vie avec peu de séquelles ou à l'inverse de grandes séquelles compte tenu de leur prématurité. Ce n'est que le soir que j'ai réalisé tout ce qui s'est passé. Je me suis effondrée dans ma chambre seule sans eux alors que j'entendais des bébés pleuraient à côté. J'espérais que les choses allaient évoluer positivement même si j'avais en tête l'éventualité qu'ils décèdent ou vivent avec de grandes séquelles mais je ne voulais pas trop y penser. Une journée passa où nous restons à leurs côtés, à leur dire que nous les aimons très très fort et qu'il faut qu'ils se battent. Mais ce fameux jeudi 14 septembre 2017, j'ai comme un mauvais pressentiment. Je me rappelle les paroles d'une personne du corps médical qui m'avait dit qu'en général, les deux premiers jours de vie se passent bien car les bébés sont encore imprégnés des hormones de la mère après ce n'est plus le cas et leur santé peut se dégrader. J'appelle donc le service néonat pour savoir comment la nuit s'est passée et prévenir que je passerai dans une heure. On me passe le pédiatre qui m'annonce que la nuit s'est mal passée pour les deux, qu'ils ont perdu du sang et qu'il a fallu les transfuser. J'ai compris à ce moment précis que c'était la fin. Le pédiatre n'indiqua qu'il voulait nous voir avec mon ami. J'ai donc appelé mon ami et nous nous sommes rendus en néonat. Le pédiatre avec photos à l'appui, nous indiqua que Jules et Gabin avaient fait des hémorragies cérébrales et qu'ils avaient perdu beaucoup de sang et que malheureusement, c'était la fin pour eux. Je me rappellerai toujours ce moment précis où tout a basculé. Nous devions rester forts pour eux, leur dire au revoir pendant le temps qui restait. Même si la fin est dramatique, je suis heureuse d'avoir eu ses trois jours avec eux même si cela n'était que trois jours. Ils ont pu partir je pense de manière sereine dans nos bras entouré de notre amour. C'était déroutant de savoir que c'était la fin et que dans nos bras, ils étaient bien, qu'ils savaient que nous étions leurs parents et que nous les aimions très forts car les constantes étaient meilleures dans nos bras que dans la couveuse. On était très démuni. Le 15 septembre 2017, Jules parti le premier puis Gabin.  Nous savons de quoi Jules et Gabin sont décédés de l'hémorragie cérébrale conséquence de l'accouchement prématuré mais ne savons et ne saurons jamais la cause de l'accouchement à ce stade. Les analyses du placenta, urinaire ou encore du prélèvement vaginal n'a rien donné. Pas d'infection. Cela fait trois mois que tout ça s'est passé. Les jours, les semaines et mois qui sont passés ont été très compliqués à vivre et je pense ne pas en avoir fini. Il y a des jours avec et d'autres sans. Je pensais puisque depuis quelques jours, j'avais le cafard que cette journée allait être horrible à vivre et il en est rien. J'ai bien sur de la peine car j'aurai voulu que la fin qu'il y a eu trois mois de ça, ne soit que le début de notre histoire à quatre aujourd'hui. Je suis plutôt apaisée  aujourd'hui comme si de l'haut, ils n'avaient envoyé de la force pour me dire que la vie doit continuer sans eux. Je me dois de tenir la promesse que nous leur avons fait quand ils nous ont quitté: vivre à fond la vie et doublement car ils n'ont pas eu cette opportunité alors qu'ils le méritaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mahéa



Nombre de messages : 132
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mahé et Théa
Décédé(e) à : 33 sa suite à une img ( trisomie 9) et
39 sa ( mfiu) cause cordon enroulé dans les pieds qui a stoppé les échanges

Le : 18/05/2016
26/09/2017
Date d'inscription : 18/10/2017

MessageSujet: Re: Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.   Ven 15 Déc - 10:21

Bonjour Anaïs... Tellement désolée pour tes petits jumeaux, encore une fois il n'y a pas de mots pour décrire les horreurs que tu vis.
Je les comprend tellement bien car nous avons vécu un deuil à peu près au même moment. Ma fille est née sans vie le 27 septembre 2017, à 39 sa
Sa naissance était prévu le 30 septembre, par déclenchement. Je me suis rendue compte qu'elle ne bougeait plus depuis seulement quelques heures le 26 septembre.
La veille au soir, pas de problème, et le matin j'ai senti qu'il se passait quelquechose
En allant à la clinique, on m'a annoncé que son cœur s'était arrêté...
J'ai accouché de ma fille le lendemain, et je ne l'ai jamais entendue crier
Je comprend parfaitement tout ce que tu vis, et malheureusement j'ai déjà une expérience de deuil périnatal, qui remonte à mai 2016
En effet j'ai déjà perdu un enfant, un petit garçon, à 33 sa uite à une img
Il était atteint de trisomie 9 et d'autres problèmes de santé qui nous ont poussé vers la plus atroce décision à prendre dans une vie
Mahé est mort et né à la fois le 18 mai 2016
Voilà, maintenant j'ai deux enfants qui ne vivent pas avec nous mais à qui je pense en permanence
Il y a des jours gais, d'autres très durs, et c'est parti pour durer un bon moment. J'ai désormais 2 deuils à gérer et la vie me parait parfois trop difficile
Mais je m'accroche et tu dois, toi aussi penser à tes deux doudous et à continuer à avancer, pas après pas, jour après jour.
Je ne pensais pas qu'après une img et une mfiu la vie pourrait encore être douce, mais avec le temps ( pourtant c'est très récent ! ) je sais que c'est possible de vivre ( survivre selon les jours ) et réussir à profiter des bon moments
Je m'aide de différentes thérapies ( viens me parler en mp, on en discuteras Wink ) et parfois ça fonctionne, parfois non...
J'aurais tellement de choses à te dire... la seule chose qui resterait serait : tu n'es pas seule à vivre ça, et je pense que personne d'autres que quelqu'un qui vit la même chose peut etre aussi réconfortant
Alors n'hésite pas...
Gros bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patou0703

avatar

Nombre de messages : 230
Age : 36
Localisation : pezens (carcassonne)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Enora et Flavie sœurs jumelles
Décédé(e) à : 15 SA pour Flavie et 9 jours de vie pour Enora
Le : le 08/06/2016 et le 11/11/2016
Date d'inscription : 08/12/2016

MessageSujet: Re: Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.   Mar 19 Déc - 5:53

Bonjour Anaïs

Je suis désolée de t'accueillir ici mais sache que tu trouveras toujours une oreille à l'écoute sur ce forum et surtout il n'y aura pas de jugement puisque tous les parents présents sur ce site traversent la même horreur que toi.

Comme à chaque nouveau témoignage, je suis bouleversée car cela signifie qu'un autre petit ange est parti trop tôt. Ton histoire m'a énormément touchée, elle fait écho à la mienne et je comprends parfaitement ce que tu vis. J'ai moi-même perdue des jumelles l'an dernier. Il y a un lien vers mon témoignage dans ma signature en bas.

Je sais que pour le moment c'est encore récent et je ne te mentirai pas, la vie ne sera plus jamais la même, la douleur ne partira pas mais on apprend à vivre avec et à l'apprivoiser (et un jour elle deviendra peut être même une force). Je n'en suis pas encore là. Certains jours se passent plutôt bien et d'autres où je suis au fond du gouffre. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elles. Je me demande ce que j'aurais pu faire de plus, je me sens responsable aussi de ce qui est arrivé en partie et j'avoue que pour le moment je vis un peu au jour le jour.

Enfin voilà, si tu veux parler surtout n'hésite pas.

Bonne journée.

Patricia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une envie de témoigner de mon histoire en ce jour si particulier pour moi.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: