DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Côme 12 juin 2018

Aller en bas 
AuteurMessage
titi18



Nombre de messages : 1
Localisation : AIN
Je suis : Maman de
Ange(s) : Côme
Décédé(e) à : 37 sem 3 jours
Le : 12/06/2018
Date d'inscription : 04/07/2018

MessageSujet: L'histoire de Côme 12 juin 2018   Ven 3 Aoû - 10:50

Bonjour à tous et toutes.
Je suis nouvelle ici. Mon petit Côme n'a pas eu le temps d'arriver jusqu'à nous qu'il nous a quitté. La lecture de tous vos témoignages m'ont fait du bien et du mal. Du bien de ne pas se sentir seule et du mal de voir tous ses cœurs meurtris à jamais.
Aujourd'hui j'essaie de trouver la force de vous raconter mon Côme. Pour lui pour ne que personne ne l'oublie.
J'ai déjà 2 grands garçons Noah 8 ans et Ilan 12 ans. Avec mon mari nous avons longuement réfléchi avant de se décider de faire un 3eme enfant. Ne sommes nous pas trop vieux? Les finances? L'écart d'âge avec ses frères? etc. 
Finalement on décide de d'offrir la chance de' agrandir la famille et en Octobre dernier je tombe enceinte.  Une dernière grossesse dont je profite pleinement car mis à part une grosse fatigue tout au long de ma grossesse je n'ai pas été malade. Les mois passent et bébé grandit en mois sans aucun soucis. Il est actif et me donne beaucoup de pieds surtout le soir. Il est grand. On n'annonce lors de l'écho du 8eme mois un bébé de 4kg3 et environ 52cm si je vais au terme.Tous les soirs sur le canapé je m'amuse à lui attraper les pieds quand il bouge.
Puis un samedi soir plus rien. J'essaie de le mobiliser mais je en vain. Le matin on file en urgence à la mater.
Le sage femme me dit que son échographe n'est plus de première jeunesse qu'il n'arrive rien à voir qu'il appelle l'obstétricien de garde. Je ne saurais jamais s'il n'a vraiment rien vu ou s'il savait...
Une demi heure passe obstétricien arrive nous fais passer dans son cabinet passe son échographe sur mon ventre.
Avant même qu'il n'ouvre la bouche nous savons, rien ne bouge sur l'écran au dessus de moi.
Puis la phrase que je ne souhaite à personne d'entendre: "il n'y a plus d'activité", les pleurs de mon mari, et moi tout ce que je pense c'est que je n'ai pas le droit de m’effondrer on ne peut pas être 2 au plus mal.
Ma première question: quand allez vous me faire accoucher? le doc m'explique qu'il va me donner des cachets pour dilater le col et que je vais rentrer chez moi jusqu'au lendemain. et là je comprend que se sera un accouchement par voie basse. C'est juste impossible à ce moment là d'accepter mais il ne me laisse pas le choix. Nous rentons à la maison annoncer aux grands que leur petit frère ne rentrera jamais à la maison.
Nous sommes dimanche 10 juin il est 10H30 et je dois attendre le lendemain 17h30 pour être hospitalisé. Les minutes me semblent des heures même si impossible j'ai l'impression que bébé bouge en mois. Nous passons notre journée à pleurer et attendre de mettre un bébé au monde en sachant que jamais nous entendrons ses pleurs, que jamais nous ne sentirons son odeur dans son coup, que jamais nous ne nous disputerons pour savoir qui doit se lever cette nuit...
Le lendemain, mon homme m’emmène en larmes à l'hôpital. C'est tellement injuste, j'aurais dû lui offrir du bonheur et nous voilà au fond du trou.
On me donne les cachets pour déclencher le travail et le mardi 12 juin à 3h10 du matin "né sans vie" Côme.  Il pesait 3kg500. J'étais à 37 semaines de grossesse. Mon obstétricien a fait le déplacement pour comprendre car cela n'aurait dû arrivé. C'était un bébé en pleine forme sauf qu'à force de gigoter dans mon ventre il a fait un nœud au milieu de son cordon et que le nœud a fini par se serrer et ne plus rien laissé passer. J'ai l’impression de ne pas avoir su le protéger. C'est le plus dur pour moi.
Nous avons eu le droit de le dorloter pendant 2 heures.
Le lendemain nous sommes rentré à la maison sans lui et quelques jours plus tard nous l'avons accompagné jusqu'au cimetière. Au lieu de lui offrir des doudous nous lui offrons des fleurs blanches.
Nous avons tous des histoires différentes mais tous la même souffrance celle de ne pas pouvoir être avec notre enfant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy2018



Nombre de messages : 4
Localisation : Metz
Je suis : Maman de
Ange(s) : Amy
Décédé(e) à : Vandœuvre les Nancy
Le : 21/04/2018
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: L'histoire de Côme 12 juin 2018   Ven 3 Aoû - 17:22

Que ton histoire est triste! Oui en effet nous devrions être en train de gâter nos bébés et désormais, tout ce que nous pouvons faire, c'est leur offrir des fleurs blanches ... Bon courage à vous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mahéa



Nombre de messages : 132
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mahé et Théa
Décédé(e) à : 33 sa suite à une img ( trisomie 9) et
39 sa ( mfiu) cause cordon enroulé dans les pieds qui a stoppé les échanges

Le : 18/05/2016
26/09/2017
Date d'inscription : 18/10/2017

MessageSujet: Re: L'histoire de Côme 12 juin 2018   Sam 4 Aoû - 16:31

Bonjour, toutes mes condoléances pour Côme, c'est encore une histoire difficile, qui me fait penser à la perte de notre fille il y a 10 mois

J'ai perdu un premier fils il y a 2 ans, et en septembre dernier notre fille à fait comme ton fils, elle bougeait tellement qu'elle s'est enroulée le cordon dans les pieds, qui a provoqué sa mort rapidement.

Je comprend tellement ton sentiment de n'avoir "pas su la protéger". Mais je me suis pardonnée, mon deuil étant un peu plus ancien.

Il y a beaucoup de choses qui s'atténue avec le temps, même si la douleur reste, elle devient plus gérable, on "apprivoise" le manque, et on arrive à penser à notre bébé sans pleurer. J'ai malheureusement déjà une expérience dans ce domaine, et ce deuxième deuil à été plus violent à gérer, la répétition à été compliquée à encaisser, mais désormais, je parle librement de mes enfants, et j'aime qu'on me parle d'eux. Ce qui pourtant m'était impossible lorsque j'ai perdu mon premier bébé. 

Viens parler de ton fils ici si tu ne trouve pas d'épaules suffisamment réconfortantes dans ton entourage. C'est parfois difficile pour les gens qui n'ont pas vécu ce drame de trouver les mots justes.

Gros bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Côme 12 juin 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Côme 12 juin 2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: