DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Aider les parents à survivre au décès d'un bébé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
France - Admin
Admin


Nombre de messages: 699
Localisation: Laval
Je suis: Maman de
Ange(s): Olivier né à 36 semaines de grossesse
Décédé(e) à: 5 jours de vie
Le: 30/07/1999
Date d'inscription: 27/10/2008

MessageSujet: Aider les parents à survivre au décès d'un bébé   Jeu 30 Oct - 10:32


Aider les parents à survivre au décès d'un bébé


Un bébé est mort. Les parents font maintenant face au besoin difficile mais important de pleurer leur perte. Le deuil consiste à exprimer ouvertement des idées et des sentiments se rapportant à la mort. C’est une étape essentielle pour s’en sortir.

Ces parents s’engagent dans un périple souvent pénible, qui les effraiera et les dépassera, et au cours duquel ils se sentiront seuls. Cet article offre des suggestions pratiques qui les aideront à surmonter leur chagrin.


Laissez les parents exprimer leur peine

Quelles que soient les circonstances de la mort du bébé, les parents auront besoin de partager leur peine avec d’autres. Que la mère ait été enceinte pendant quelques semaines ou quelques mois, que l’enfant soit mort à la naissance ou qu’il ait vécu plus longtemps, les parents ont le droit indéniable d’avoir de la peine.

Il peut s’agir d’une mort subite, sans avertissement. Ils peuvent avoir eu peu de temps, si tant est qu’ils en aient eu, pour se préparer à cette expérience. Les parents vivront leur peine à leur façon. Ne tentez pas d’avancer des hypothèses quant à la durée de leur deuil. Suggérez-leur une approche «minute par minute» ou «une journée à la fois», ce qui leur permettra de vivre leur deuil à leur propre rythme.


Attendez-vous à ce qu’ils vivent une foule d’émotions

La mort d’un bébé affecte la raison, le coeur et l’esprit. Il est donc possible que les parents ressentent une variété d’émotions lorsqu’ils vivront leur deuil. La confusion, la désorientation, la peur, la culpabilité, le soulagement et la colère ne sont que quelques-unes des émotions qu’ils ressentiront. Il arrive que ces émotions se suivent dans un court laps de temps. Elles peuvent aussi se manifester simultanément.

Aussi étranges que ces émotions puissent paraître, elles sont normales et saines. Laissez aux parents le temps d’en tirer des leçons. Ne soyez pas surpris si, soudainement, leur peine refait surface, même au moment le plus inattendu. Ces moments difficiles peuvent les effrayer; ils peuvent se sentir écrasés. Il s’agit toutefois d’une réaction naturelle à la mort d’un bébé.


Acceptez leur torpeur

Se sentir abasourdi ou égaré à la mort d’un bébé fait souvent partie des premières expériences du deuil. Cette torpeur joue un rôle important; elle donne le temps aux émotions de bien saisir ce que la mémoire a enregistré. Les parents peuvent s’imaginer que l’univers s’est soudainement immobilisé. Leurs projets et leurs rêves pour l’avenir ont été assaillis.

Ils peuvent avoir l’impression de rêver. Comme le disait une mère, «On a l’impression de courir tête première vers un mur solide. J’ai été abasourdie et je ne voulais pas croire ce qu’on me disait. Je voulais que quelqu’un me réveille et me dise qu’il n’en était rien.» Les sensations de torpeur et d’incrédulité aident à cacher la réalité de la mort jusqu’à ce que les parents puissent tolérer davantage ce qu’ils ne veulent pas croire.


Ne prenez pas de décisions importantes à la hâte

Certaines personnes pourraient pousser les parents à prendre des décisions afin de retarder le moment où ils ressentiront la tristesse et prendront conscience de leur perte. Ces personnes sont souvent bien intentionnées, mais elles peuvent du même coup compliquer le processus de guérison des parents. Ces derniers ne devraient pas prendre des décisions majeures avant que les premiers sentiments de choc et de torpeur commencent à s’estomper.


Voyez et touchez le bébé

Seuls les parents peuvent déterminer s’ils sentent le besoin de voir et de tenir leur bébé après la mort. Mais une chose est certaine; ils devraient en avoir la possibilité. Bien des parents apprécient cette occasion de dire adieu (ou de voir l’enfant pour la première fois, s’il était mort-né ou prématuré). Il n’y a rien de répréhensible à ce que les parents veulent voir, tenir et toucher leur bébé.

Les parents ne devraient pas prendre de décision à la hâte. Ils devraient prendre leur temps et y réfléchir. S’ils ont des craintes en ce qui concerne l’apparence du bébé, ils peuvent demander au médecin ou à l’infirmière de la leur décrire. S’ils décident de voir et de tenir leur bébé, ils devraient passer autant de temps qu’ils croient nécessaire avec lui ou elle. Même quelques minutes les aideront beaucoup à se remettre de leur perte.

Source: La Gentiane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nospetitsangesauparadis.com
 

Aider les parents à survivre au décès d'un bébé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: -