DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Mon Raphaël c'est notre histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charlène

avatar

Nombre de messages : 685
Localisation : Pont à Mousson
Je suis : Maman de
Ange(s) : Raphaël
Décédé(e) à : 22+5 SA
Le : 25/04/2011
Date d'inscription : 18/06/2011

MessageSujet: Mon Raphaël c'est notre histoire.   Mer 10 Aoû - 7:31

NOTRE HISTOIRE

Lorsque deux personnes s'aiment, ils décident d'unir leur amour en créant un être qui serait une partie de l'un et une partie de l'autre.
Le jour où j'ai appris ta présence, une sensation de bien être m'a envahit. Quelque chose d'étrange car physiquement je ne sentais rien mais je savais que tu étais là... Alors que je savais que tu n'étais qu'un amas de cellules pour moi déjà tu étais un bébé et le notre.
Les mois ont passés et sans que je m'en rende compte, je te sentais de plus en plus et vivre avec toi était devenu une habitude que je ne voulais plus quitter.
J'étais heureuse de porter la vie, de te sentir bouger, remuer, gigotter dans mon ventre, comme si déjà mon rôle de maman commencait.
Et puis vint le jour où le cruel diagnostic a été posé... La Terre nous est tombé sur la tête... je n'osais a peine y croire, mon corps ta rejeté alors que mon esprit voulait te garder, un paradoxe intolérable à expliquer.
Le jour de l'accouchement, de ta mise au monde, j'aurais du comme beaucoup de femme te donner la vie... ce jour la moi je t'ai donné la mort.
Lorsque tu es sorti par les fesses, à croire que tu ne souhaitais pas quitter ton petit nid, la sage femme se trouvait a côté de l'obstétricien et tenait dans ses mains un plateau dans lequel avait été posé une serviette éponge dépliée. Tu as été placé immédiatement dedans recouvert de suite de l'autre moitié de serviette qui pendait et tu es sorti de la pièce sans que nous puissions t'apercevoir.
On nous a ensuite demandé si nous voulions te voir. La sage femme est alors entré avec dans ses mains le meme plateau où tu reposais en dessous de la serviette. Elle s'est approché de nous, a délicatement découvert ta tête puis ton corps. Nous t'avons contemplé quelques instants , elle ta porté et t'a posé sur mon ventre. Tout le monde est sorti de la pièce et nous a laissé tous les trois. C'est le seul moment où nous etions en famille tous les trois, papa, maman et bébé. Ton petit corps était tout chaud. Je t'ai d'abord touché la main, le bras puis la tête et le reste de ton corps. Le seul mot qui est sorti de la bouche de papa c'est « domage ». Tu es magnifique mon fils. J'ai contemplé la forme de tes mollet, tes lèvres toutes fines, les ongles de tes 20 doigts. Tes yeux était férmé tu semblais paisible comme si tu étais dans un sommeil éternel. Après une demi heure, trois quart d'heure ou une heure je ne sais pas nous avons rapelé la sage femme pour te ramener. Elle ta porter avec une telle douceur, comme si elle ne voulait pas te réveiller et puis ta reposer dans ton berceau ta recouverte de la serviette et vous êtes sortis de la pièce. Etrangement je me sentais bien, je devenais maman même si la vie n'avait pas voulu que j'exerce ce rôle.
Le lendemain, jour de mon départ de la clinique, une sage femme est venu me faire remplir des papiers, transport de corps, autorisation d'autopsie, reconnaissance de corps.... elle m'a demandé ce que je voulais garder de toi (photo, empreintes, bracelet). Je lui ai demandé si je pouvais te voir une dernière fois... voir ton petit corps une dernière fois. Elle m'a prévenu que tu avais un peu changé. Je m'étais assise sur le fauteuil à côté du lit et lorsqu'elle est revenu avec toi elle a posé ton berceau sur le lit et délicatement ta découvert. Tu étais froid, ta peau luisais du à l'humidité, ton front se plissais mais tu étais toujours aussi beau. Je lui ai demandé de me laisser seule avec toi. C'est alors que j'ai murmurer cette chanson pour toi « D'accord il existait d'autres facons de se quitter, quelques éclats de verre auraient peut etre pu nous aider dans ce silence amer j'ai décidé de pardonner les erreurs qu'on peut faire à trop s'aimer, je t'aime » je t'ai dit que je t'aimais que jamais je ne t'oublierais, que j'étais désolé... J'ai finis par te dire aurevoir... J'ai actionné la sonnette pour qu'on vienne te chercher. En attendant je t'ai recouvert avec la serviette sans recouvrir ton visage comme si je me donner le droit de te border, comme j'aurais pu le faire les soirs avant que tu ne t'endorme. La sage femme est revenu ta pris t'a caché avec la serviette et lorsqu'elle a réapparut m'a donné une photo de toi, tes empreintes, et ton bracelet qui n'a jamais pu etre autour de ton poignet mais qui était posé a tes côtés. Je suis partie de la clinique avec tout ses morceaux de toi mais sans toi... J'ai quitter les lieux en te laissant et sachant que plus jamais je ne pourrais te sentir, te toucher et te voir...
voilà maintenant 3 mois et demi que tout ceci s'est passé, et c'est maintenant que j'ai eu envie d'écrire ce qu'il s'étais passé entre nous, notre rencontre, nos adieux... ces moments que seuls nous comprenons, ces moments à nous et rien qu'a nous. Ce récit pourra également être lu par quiconque voudra le lire... Les gens ne peuvent pas comprendre à moins de l'avoir vécu, les gens ont peur de nous....
Mon fils tu me manques...
Je t'aime plus que tout !!!!

Maman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon Raphaël c'est notre histoire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: JOURNAL DE DEUIL-
Sauter vers: