DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil

Aller en bas 
AuteurMessage
whitesand

whitesand

Nombre de messages : 89
Localisation : saguenay, québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Ézaïe
Décédé(e) à : 18 semaines complétées d’aménorrhée
Le : 23/09/2011
Date d'inscription : 02/10/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeMer 5 Oct - 20:45

Tout commence après quelques années de mariage moi et mon conjoint essayons d'avoir un enfant.
Les problèmes commencent, après plusieurs essaies nous apprenons que mon mari est stérile sévère. Le début des insémination commence.
Après quelques tentatives de base, de plus en plus coûteuses.... nous finissons en 2009 par payer les frais d'une insémination in vitro. Nous avons beaucoup de chance car nous réussissons a avoir une implantation de 2 petits embryons. Malheureusement le destin fait que mon corps les a rejeté pas très longtemps après l'implantation.
Notre couple souffre énormément de ces interventions et des années que nous avons essayé pour avoir la chance de devenir parents.
Tout est devenu tellement machinale dans notre couple ... tout est en fonction de me rendre enceinte plus rien a part ca ne compte.... les mois passes... les 2 dernières années ont été pénible car nous avons eu des réactions très différentes face a ce processus qui n'a pas fonctionné pour nous.
De plus en plus nous nous éloignons un de l'autre .... malgré un amour inconditionnel qui dure et dure sans chicane sans problèmes autres que l'infertilité, un amour que j'ai envers cet homme qui me fascine et pour lequel je ferais tout au monde pour le combler. Lui aussi désire des enfants et à l'annonce de son infertilité son monde s'est écroulé. Il a voulu mettre fin a ses jours et nous avons traversé plein d'épreuve ensemble sans jamais nous décourager.
Mais un jour l'angoisse de la quarantaine ne prends... je désire un enfant plus que tout au monde et nous commençons a avoir des querelles, les jours ne sont plus comme avant on se parle de moins en moins on va même voir ailleurs chacun notre côté afin de combler un manque d'affection que nous ne sommes plus capable de nous donner l'un envers l'autre.
Je fais la connaissance d'un homme avec qui je m'entend bien. Avec qui je passe un certain temps sur le net et avec qui je discute de la possibilité d'un essaie de fécondation entre lui et moi pour que moi et mon mari puissions avoir le plaisir de devenir parent.
Cet idée est venu nous réconcilier... nous avons vu de la lumière au bout du tunnel. Mais les nuages sont vites arrivé.... mon mari est devenu jaloux de cet homme et notre relation est devenu de pire en pire... nous ne nous adressions plus la parole sauf pour les choses strictement nécessaire. Nous avons fait chambre a part quelques mois. Même si j'ai essayé de le convaincre que cet homme était pour moi seulement un géniteur, mon mari a vu en lui probablement un grand rival car lorsque je parlais a cet homme, la joie immense qu'il me donnait en me disant que je réussirais a devenir mère enfin me comblait de bonheur et mon conjoint est devenu de plus en plus éloigné de moi.
Marié depuis 2001, nous finissons par un divorce en début 2011. Une grande peine et un grand désespoir m'atteint a ce moment la car j'ai beaucoup d'amour envers mon mari mais lui ne réussi pas a passer a travers ces différentes épreuves.
Encore aujourd'hui même avec tout ce que je traverse une seule envie hante mon esprit c'est de refaire ma vie avec cet homme que j'aime encore et encore chaque jour et qui m'a rendu si heureuse pendant toutes ces années.

J'imagine que vous devez me croire cinglée mais j'ai un amour profond pour lui qui ne se terni pas. Plus le temps avance et plus j'évalue ce qui s'est passé entre nous et je constate que la décision de se quitter a été une erreur..... une simple séparation de quelques temps nous aurais aidé mais lui ne le voyais pas ainsi et a voulu réglé ça rapidement a mon grand désespoir.

Toujours avec l'envie profonde de fonder une famille, je rencontre un homme merveilleux avec qui le désir de fonder une famille est très grande.
Je dois vous dire que cet homme habite a Paris donc à partir d'ici tout est compliqué.
Nous nous avons connu un peu avant mon divorce et nous étions de bon amis... beaucoup d'affinité entre nous a conduit au développement de notre relation.
En juin nous décidons d'essayer de concevoir cet enfant. Je vérifie mes dates d'ovulation et prépare mon voyage en Europe pour allé le rejoindre.
À ma grande surprise le premier essaie est le bon... le 24 juin je passe un test a la maison... puis un autre et un autre car je n'arrive pas à croire que la vie me donne cette joie immense de devenir mère. Je téléphone a mon copain qui est très heureux heureux de la nouvelle.

Je prends aussi le temps de rencontrer mon ex mari pour lui annoncer la nouvelle car je trouve important de lui dire en personne pour ne pas qu'il l'apprenne par hasard. Il est très content pour moi mais je constate que cela lui fait une peine immense.
J'aurais tellement voulu que lui soit le père de cet enfant a venir. J'ai une très grande joie et en même temps une très grande peine qui m'habite car je suis toujours en amour avec lui malgré que je porte l'enfant d'un autre Mais pour lui il n'est plus question de me voir ni même de concevoir de rester en contact avec moi, il devient très distant et très froid très rapidement.

Je me concentre donc à ma nouvelle vie de maman qui vient... je veux crier haut et fort ma joie a tout le monde mais garde le secret pendant quelques temps.
J'attends 2 1/2 mois avant d'annoncer la nouvelles à mes parents car dans ma famille il n'y a aucun petit enfant. Mes parents avaient perdu tout espoir de devenir grands parents suite a mon divorce. Je voulais surtout passer le temps des fausses couches pour ne pas les décevoir.
J'organise un petit scénario pour leur apprendre la bonne nouvelle.... et que d'effet :-) instantanément la réaction est immense et pleine de joie.
Même la relation entre mon père et moi se met a changer pour le mieux... que d'attention a mon égard et que de joie à penser devoir acheter les premiers pyjama et de faire la préparation de la chambre de bébé.

J'ai une grossesse merveilleuse qui se déroule, aucun symptômes négatifs si ce n'est que de dormir 16 heures par jour ouf !!! et que dire des pipi nocturnes qui ne cessent de me réveiller lol
J'ai une joie immense de découvrir toutes les étapes de cette grossesse inespérée pour moi qui suit déjà près de mes 40 ans.
La seule idée de penser que la vie est en moi me remplie de bonheur et me donne des ailes. Tout le monde autour de moi est très heureux de cette nouvelle car mes parents et amis savent a quel point cet enfant était attendu pour moi.

Mes échographies sont extraordinaire...la première fois que je vois mon bébé est le 23 aout... que d'émotions, je suis seule car mon copain est toujours a Paris. Je n'ai pas amené ma mère avec moi car je ne m'attendait pas a passer une échographie, mon rendez vous était simplement pour la première rencontre informative et a ma grande surprise on m'annonce que je vais voir le bébé dans quelques minutes... ouffff que de pleurs de joies j'ai eu.
Jamais de ma vie je ne pensais ressentir une telle émotions d'intensité de joie de plaisir et de bonheur... je n'y croyais pas je le voyais directement de mon bedon...

Même chose lors de mon premier rendez vous chez le gynécologue... je suis encore seule... et la il me place un appareil sur la bedaine et j'entend le coeur de mon bébé oufffffffff je me mets a pleurer de joie encore.... que d'émotions encore... je suis dépassée de pouvoir entendre cela..
Personne ne pouvais me préparer a avoir ces plaisirs extrêmes de la vie.
Rien de plus merveilleux au monde ne doit exister.
Le médecin me conseille de faire une amniocentèse vu mon age avancé. Il m'explique les risques de maladies et de malformation sur les enfants de femmes qui approchent la quarantaine. Donc pour moi le choix n'est pas difficile car je ne veux prendre aucun risque pour mon bébé et j'accepte de passer cet examen.

Donc le 6 septembre moi et ma mère nous rendons a l'hôpital pour passer mon amnio. Ma mère est comblée de joie car pour la première fois de sa vie elle verra une échographie et son petit-fils ou sa petite-fille en direct a la télé. et en plus lorsqu'on me donnera les résultats quelques jours plus tard j'aurai le sexe de mon bébé.
Donc je passe cet examen sans problème... tout se passe de manière très normale. 7 jours plus tard on m'annonce que tout est parfait qu'il n'y a aucune malformation ni maladie de détectée et que j'aurai un garçon !!!

Pour moi mon fils est devenu ma raison de vivre... je change complètement mes priorités de ma vie et tout tourne autour de mon fils. J'annonce a son père les bonnes nouvelles et il est très heureux d'avoir un fils qui viendra au monde le 26 février 2012.
Mes parents sont fou de joie, mon frère sera le parrain et je commence a chercher une marraine pour Ézaïe... ça sera ma filleuille !!! Elle est très excitée d'avoir cette responsabilité la et a très hâte de voir ce petit bonhomme.

Le fait que mon chum soit a Paris et moi au Québec est un peu compliqué pour l'instant et nous communiquons par mail, téléphone et par lettre.
Dès ce moment nous commençons les préparatifs pour la venue de notre fils... je choisi une chambre a aménager... nous avons quelques rénovations a faire, mais mes parents s'occupent de tout et font en sorte que je ne me fatigue pas. Je les remercie énormément pour cela !!!
J'achète le premier pyjama a Ézaïe ainsi qu'une petite peluche... quelques petits accessoires et je commence a magasiner les meubles et a me monter une liste des choses nécessaires a sa venue. J'envoie cette liste a son papa qui lui veut absolument lui acheter des vêtements de Paris.... il est très enthousiaste de me faire parvenir ce qu'il achète. Il me confirme qu'il sera ici pour décembre et qu'il reviendra a le 15 février pour être présent a l'accouchement.

Ma santé est extra celle du bébé également mais jeudi le 22 sept je ne dors pas de la nuit. Très grande difficulté a me contrôler car j'ai plusieurs maux de ventre. Le vendredi matin je vais au travail... mais plus le temps passe plus j'ai des crampes et en allant a la salle de bain je constate que j'ai des petites pertes... ce qui n'est jamais arrivé avant.

Je panique et part immédiatement pour l’hôpital.
Une fois arrivée on m'examine légèrement et on me dit que que tout va bien on me fait un échographie et on voit très bien mon garçon s'agiter dans tout les sens. Le coeur est très bon 160 battements par minutes. On m’envoie dans la salle d'attente et me dit que j'ai probablement des pierres aux reins car j'ai aussi un mal de dos qui me faisait croire a un mal du nerf sciatique depuis quelques jours.
Je profite d'un moment pour contacter ma mère pour l'avertir de la situation, que tout est sous contrôle mais que je suis a l'hôpital pour me rassurer et que sans doute je serai de retour a la maison rapidement. Elle décide de venir me rejoindre quand même car elle est très inquiète.
Après quelques heures dans la salle d'attente je me rends compte que j'ai de très grande perte de liquide et que ca ne va pas bien du tout... les infirmière ne cessent de me dire que c'est des pierres aux reins que je serai vu par un médecin tantot... j'insiste et les averti que j'ai de grandes pertes qui ne sont pas normales... ont me fournis une serviette sanitaire et me retourne a la salle d'attente....mes maux de ventre sont réguliers et à partir de ce moment je commence a réaliser que ce sont des contractions et je compte les minutes qui les séparent.... Je ne cesse de dire a ma mère que je vais perdre le bébé et qu'eux ne voit rien... Je suis complètement désemparée et ne cesse d'aller a la salle de bain et je constate de plus en plus que je perds un liquide visqueux.

1 heure plus tard mon état empire et je retourne voir l'infirmière et la je vomi et lui dis que je suis en train d'accoucher que je pers mon bébé que tout ca n'est pas normal et la on me transfert pour me faire voir un médecin et on constate que effectivement je perds mon liquide amniotique et on me transfert dans la salle d'accouchement. On essaie de me rassurer en me disant que on va me donner du soluté et que ça peut arrêter les contractions que si ça fonctionne mon bébé sera hors de danger car le liquide amniotique se refera de lui-même car mon col est fermé.
Les contractions ne cessent pas et après 10 heures de travail mon fils vient au monde tout seul. Il fait ça très discrètement sans qu'on ait besoin d'instrument pour aller le chercher. Je lui en suis très reconnaissante car en voyant le médecin sortir les pinces et tout ces outils je ne me fait pas à l'idée qu'ils iront chercher mon fils avec ça !!!
Ma peine grandi de minute en minute, je ne suis pas capable de concevoir l'idée que mon fils me quitte aujourd'hui déjà. Ma mère est à mes côtés et ne cesse de vouloir me réconforter mais rien ne fonctionne. Je suis inconsolable.... mon monde est chaviré mon copain n'est pas au courant de ce qui se passe et tout va trop vite.
On constate bien évidemment son décès immédiatement à la sortie de celui-ci à 21h38.
On me demande dès lors plein de choses en rafale.... est ce que je veux de l'aide psychologique.... est ce que je veux voir mon fils.... est ce que je veux le faire baptiser... on me donne des livrets d'information sur le salon funéraire qui s'occupe de l’incinération.... je suis en train de devenir folle!!! j'ai un vide immense dans le coeur... j'ai mal partout.... je pleure et je suis inconsolable...je n'arrive pas a réaliser le moment présent et me sens comme dans un monde irréel.
Je vois ce qui m'arrive mais je suis incapable de vivre l'instant présent on dirait que tout c'est arrêté. Mon monde vient de s'écrouler. J'ai perdu mon fils, ma vie , mon avenir d'un seul coup.
J'essaie de voir ce qui n'a pas fonctionner... le délais que ça pris pour constater la gravité des choses... je suis en colère après les infirmières.... je voudrais avoir mon copain près de moi mais il est pas là !!! Je crois sincèrement qu'à partir de cet instant mon coeur a cessé de battre.

L'infirmière est revenu me demander si je voulais voir mon fils.... ouiiiiiiii ouiiiiiiiiiii c'est la seule chose importante pour moi dans ce moment... voir mon fils le prendre dans mes bras, regarder tout son petit être et l'embrasser le contempler.
Oui amenez le moi.... laissez le moi....
Lorsque j'ai constaté à quel point il était beau, entier, avec tout ses membres. ses sourcils, ses traits qui ressemble a ceux de son père.
Je le montre à ma mère et lui offre de prendre son petit-fils.
L'émotion était palpable dans la chambre, le temps ne comptais plus, ces quelques heures ont été les plus merveilleuses de ma vie... la douleur il n'y en avait plus. Seulement de l'amour d'une mère vis a vis son fils qu'elle voyait pour la toute première fois et probablement pour une des dernières fois aussi.

J'ai eu la chance de le voir et de l'avoir avec moi environ pendant 4heures de temps..
Ma mère a été présente tout au long de ces moments d'enfer et de bonheur.
Le médecin m'a redemander si je voulais avoir la visite du prêtre pour baptiser mon fils. Oui j'ai fais baptiser mon Ézaïe le soir même.
L'infirmière responsable de nous m'a offert de prendre les empreintes de mon fils, ses petits pieds et ses mains. Quel beau souvenir. Elle a aussi prise 3 photos de lui à ma demande. Je lui en suis très reconnaissante car c'est un cadeau inespéré de pouvoir revoir mon fils quand je me sens seule.
vers 1h du matin on m'a retirer mon garçon afin que je me repose un peu.
Le lendemain matin on m'a demandé si je voulais le revoir avant de quitter..... devinez ma réponse !!
Mon père était là, il venait me chercher le coeur gros.... je lui ai présenté son petit-fils... imaginez la scène.
Il a eu les larmes aux yeux tout de suite, ma mère qui avait dormi avec moi était là aussi. Les mots de mon père ont été qu'il trouvait qu'il était très beau, très petit et si fragile.
Tous sans exception trouvons qu'il ressemble a son père. Absent malheureusement et ne sachant pas se qui vient de se passer.

Malheureusement mon chum n'a su la nouvelle qu'a ma sortie de l’hôpital donc environ 12 heures plus tard. Comment vous dire........ il est resté sans mot et a raccroché le téléphone en me disant que il était sous le choc et qu'il me rappellerais. C'est seulement après 8 jours et plusieurs de mes mails qu'il fini par me rappeler et que nous parlons de cette situation.

Ce qui a été encore plus difficile pour moi a été d'organiser l’incinération de mon fils avec un salon funéraire..
J'ai eu la chance de pouvoir revoir mon fils au salon funéraire...car dès ma sortie de l'hôpital je les ai contacté pour qu'ils viennent le récupéré et je leur ai demandé si il était possible de le revoir.
Les délais sont très court mais j'ai eu la chance de pouvoir y aller rapidement. je l'ai vu dans son pyjama que je lui avait acheté, sa petite peluche lui tenait compagnie dans ce grand vêtement tellement trop grand pour lui. Mai je le sentais bien.
Nous avons eu la chance d'avoir des gens du salon qui nous ont offert de prendre des photos de famille. Les grands parents, moi et mon fils réunis.
Grâce à leur grande générosité j'ai la chance d'avoir un petit album photo de ces doux moments. Sans cette visite au salon jamais je n'aurais eu la possibilité de pouvoir créer cet ambiance avec mes parents. Nous avons été dans une salle intime et avons eu quelques minutes précieuse pour nous.
Aucune larme ne met venu, j'ai été rempli d'une sensation de bonheur avec mon fils dans mes bras. Le sachant entre bonne main et dans le vêtement que moi je lui avais acheté, son petit toutou a ses côtés, tout me semblais tellement zen, je me sentais en paix avec l'instant présent.
Moi et mes parents avons eu l'occasion de bercer Ézaïe un moment de plus mais qui a semblé être tellement long, tellement important pour nous que lorsque qu'ils sont revenu le chercher je leur ai donné sans larme et en paix avec moi même.

Une fois à la maison j'ai regardé les photos, le lendemain je montais un album pour mes parents dans lequel j'ai mis des notes de la part de Ézaïe, j'ai monté aussi un petit album pour mon frère, pour son papa à Paris et un pour moi.
Ces instants ont été triste et m'ont fait évacuer beaucoup de peine. Mais la chance que j'avais de leur laissé un souvenir de mon fils me remplissait de joie.
j'ai été chercher l'urne seule quelques jours plus tard. et aujourd'hui après plus de 1 1/2 semaines du décès de notre fils, son père ne me rappelle pas et ne viens pas me voir. Il reste à l'écart et veux vivre son deuil seul. Moi je suis complètement démoli et j'essaie bien que mal de faire du mieux que je peux pour survivre à cet évènement triste auquel personne ne pouvait me préparer. Je me sens abandonnée et délaissée.
Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il n'est pas venu me voir, pourquoi il n'a pas pris l'avion immédiatement pour venir vivre ses évènements avec moi ici.
Lorsque nous avons fini par nous parler, il m'a dit qu'il pensait que je lui contais des mensonges et que je voulais lui faire croire que j'avais perdu le bébé pour le garder a moi seule avec mon ex mari !!!!! Ensuite il me dit qu'il ne me croit incapable de faire une chose pareil et fini par me croire... je suis complètement abasourdi par tout ce qu'il me dit. Je ne cesse de lui rappeler de relire tout les messages que je lui ai envoyé. Tout les suivi et photos des échos... et que je lui avais même dit que j'avais des photos de l'accouchement que si il voulait les voir j'attendais sa demande pour lui envoyer.
Alors après quelques minutes de discussions il me demande si je suis prête a réessayer pour un autre enfant si mon désir est toujours de fonder une famille !!!
Oui je le veux plus que tout mais je suis très inquiète de notre relation et je ne sais plus ou j'en suis.
Il me demande le certificat de décès et je lui répond que je n'ai pas pensé a cela que je m'en occupe dès demain.
Encore une autre étape a franchir seule qui ne me réjoui pas du tout mais qui est nécessaire.
Je ne sais plus ou en est rendu ma vie, ma relation avec lui est discutable je le sais mais même si il ne reste pas avec moi au moins j'aurai eu et peut etre que j'aurai encore la chance de devenir une maman. Cette idée ne cesse de me hantée... comment j'arriverai a faire sans un papa près de moi. Car tout était sensé être relativement correct avec la venue d'Ézaïe car son père venait me rejoindre ici en permanence dès l'été prochain. Mais maintenant avec ce qui s'est passé je ne sais plus ce qui arrivera et ça me déboussole encore plus.
Je vais avoir 40 ans dans 3 semaines, il ne me reste pas beaucoup de temps devant moi pour faire un enfant je le sais. Cet homme sera un papa extra je le sais, mais est ce que je dois rester avec lui ou pas je ne sais plus. Je panique à l'idée de le laisser et de me retrouver seule sans enfant après tout ce qui m'est arrivé et surtout après avoir quitté mon ex mari pour cette raison.
Je ne rencontrerai probablement pas un autre homme rapidement qui voudra fonder une famille avec moi et je ne suis pas capable de concevoir cette idée la.
Jamais je ne pourrai vivre sans enfant. SVP donnez moi vos conseils car je ne sais pas quoi faire de ma vie présentement.


hier j'ai eu la surprise d'avoir une réponse du salon funéraire pour ma question du certificat de décès de mon fils.
Je n'ai pas de certificat de naissance ni de décès de mon fils car il était trop petit (200 gr) le système ne le considère pas comme un être entier mais comme un simple déchet... je suis en colère et en peine suite à toute ces annonces là. Je n'ai pas droit au congé parental car je n'avais pas 20 semaines de grossesses mais seulement 18 semaines complétée je débutais ma 19 ième semaine le lendemain :-( J'ai eu droit a un congé de 4 semaines sur assurance chomage maladie donné par mon médecin.
Je suis complètement démoli... sans conjoint sur qui m'appuyer... avec une chambre d'enfant qui vient d’être terminée car je devais m'occupée et j'ai mis en place tout ce que j'avais acheté dans cette chambre qui pour moi présentement est mon seul coin de détente qui me rattache a mon fils.
Je n'arrive pas a me faire a l'idée d'un retour au travail dans déjà 2 1/2 semaines. Je ne réussi pas à savoir comment je pourrai passer a travers toute cette épreuve.
Je n'ai pas encore digéré mon divorce d'avec l'homme de ma vie auquel je tiens encore et en plus la vie m'enlève mon fils en lequel j'avais tant d'espoir et d'amour.
Je ne comprends pas et ne réalise pas tout les jours ce qui arrive car tout est allé trop vite... jamais je n'avais pu prévoir que ce vendredi 23 septembre toute ma vie allait basculer.

Je me suis inscrite à l’envolée de ballon pour le 15 octobre dans l'espoir de rencontrer des gens dans la même situation que moi.
Je suis en peine de constater que son papa ne viens pas me voir pour traverser ces moments....
Ézaïe demeure mon fils à jamais... il demeure mon petit ange envers qui je me tourne pour demandé de me donner la force nécessaire pour réussir à me sortir de ce monde qui n'est plus rien pour moi.
Mon fils était tout pour moi... je ne sais plus comment agir... je me sens coupable... je me sens perdue... je me sens seule au monde mais je sais qu'ici je ne serai pas jugée et que je réussirai probablement a discuter avec certaines d'entre vous pour me remonter le moral.

Ézaïe maman t'aime a jamais et un jour on se retrouvera.... je t'embrasse fort mon ange xxxx j'ai manqué de temps pour tout te dire ce que tu représentais pour moi et combien je t'ai aimé depuis le premier jour.
Je t'aime repose en paix xxx

Merci de me lire, je suis contente de pouvoir partager tout cela avec vous.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 1:06

Bonjour. Premierement, je ne te juge aucunement, mais, tu n'as pas pensé à une banque de sperme? Ils pouraient sans doute t
J'espere que tout va se replacer pour toi,une pensée pour ton ange parti beaucoup trop tot...
Revenir en haut Aller en bas
whitesand

whitesand

Nombre de messages : 89
Localisation : saguenay, québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Ézaïe
Décédé(e) à : 18 semaines complétées d’aménorrhée
Le : 23/09/2011
Date d'inscription : 02/10/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 9:46

oui cette option j'y ai pensé quand j'étais avec mon mari... on a pensé a ca... au don d'un ami ... a l'adoption.. mais aucune de ces options ne nous satisfaisais.
Pour ma part je trouve important que mon enfant connaisse son père donc la banque j'ai pas confiance et jamais je n'aurais su qui s'était.
les amis ont a pas osé car on trouvais cela compliqué a gérer, l'adoption c'est plate mais c'est trop dispendieux pour nous.
Après le divorce j'ai repensé a tout cela et j'en viens toujours a la meme conclusion je veux un père présent dans la vie de mon enfant je veux pouvoir lui conter son histoire c'est important pour moi.
présentement je réalise que de plus en plus mon copain de paris c'est un homme très bien mais la distance me fait peur et les événements qui viennent de se passer et de voir sa réaction ne me rassure pas du tout.
Mais j'ai vraiment l'impression que si je le quitte mon rêve d'etre mère s'envole avec lui car je ne retrouverai pas qqn rapidement et le temps pour moi est compter.

Je ne sais pas si tu me comprend mais j'ai peur d'etre seule et c'est pourtant ce qui m'arrive.
présentement je ne vois aucune solution a mon problème et j'ai beaucoup de peine de croire que jamais je serai maman.

Revenir en haut Aller en bas
eliottzoe

eliottzoe

Nombre de messages : 5478
Age : 47
Localisation : Ile de France
Je suis : Maman de
Ange(s) : Zoé, née à 37SA+3, le 11-01-2011
Décédé(e) à : 12 jours suite à une Hémorragie Foetale Massive
Le : 23-01-2011
Date d'inscription : 17/02/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 9:50

sans penser à l'avenir, malgré le tic tac de l'age, penses déjà à accepter le départ d'Ezaï. Cela doit être si dur en plus de ne pas être épaulée par ton chum. Lui as-tu demandé de venir? En même temps il me parait logique, dans une telle situation, de venir dans qu'on ait besoin de le demander
Ton traumatisme est si récent, si violent, si injuste qu'il te faudra du temps avant d'entrevoir l'avenir sereinement. Fort heureusement, tu sembles entourée par ta famille. N'hésites pas à leur parler et à leur expliquer ce que tu vis, car souvent la famille est perdue aussi.
Si tu ne te sens pas capable de reprendre le travail, ne peux tu pas demander à ton médecin, un arrêt?
Sur ce site, tu trouveras toujours quelqu'un pour t'aider, t'ecouter, te conseiller.
Je te souhaite beaucoup de courage pour la suite et une pensée pour Ezaï.
Revenir en haut Aller en bas
whitesand

whitesand

Nombre de messages : 89
Localisation : saguenay, québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Ézaïe
Décédé(e) à : 18 semaines complétées d’aménorrhée
Le : 23/09/2011
Date d'inscription : 02/10/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 10:17

présentement ce qui est pour moi le plus difficile c'est effectivement l'incompréhension de son papa qui ne prend pas la peine de venir ici.
Non je ne devrais pas avoir a lui demander de venir tout ca devrait etre logique et venir de lui meme.
C'est pour ca que ca me rend si triste car je crois qu'il n'a pas assez de sentiment pour moi et que c'était seulement son fils qui comptait. Maintenant que je l'ai perdu il ne semble plus vouloir de moi.
Je suis inconsolable vis a vis ca.... mon fils me manque et en plus je me sens coupable et mon chum ne m'appui pas d'aucune manière.
C'est fou je sais !!! la solution logique est de le laisser et d'essayer de passer a travers tout ca toute seule.
Juste le fait d'écrire ici me fait du bien ... de lire tout les témoignages me permet de réaliser que ce que je vis plusieurs femme le vivent sauf que moi j'ai pas personne avec moi, pas de conjoint présent en tout ca. :-(
Je réussi a comprendre mieux mes émotions en lisant vos histoires. Ici c'est mieux que le maudit psy qui sert vraiment a rien a mon avis :-P
Revenir en haut Aller en bas
eliottzoe

eliottzoe

Nombre de messages : 5478
Age : 47
Localisation : Ile de France
Je suis : Maman de
Ange(s) : Zoé, née à 37SA+3, le 11-01-2011
Décédé(e) à : 12 jours suite à une Hémorragie Foetale Massive
Le : 23-01-2011
Date d'inscription : 17/02/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 10:20

je suis de ton avis concernant ce forum et le psy.
Pour moi, qui n'a pas vécu ce qu'on vit, ne peut le comprendre et donc te conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
Biboune92

Biboune92

Nombre de messages : 59
Localisation : hauts de seine (92)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Petite princesse d'1kg090 et 39cm née à 29SA (déclenchée)
Décédé(e) à : 3 jours de vie d'une rare et grave malformation
Le : 25/06/2011 Je t'aime tant mon amour...
Date d'inscription : 04/08/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeJeu 6 Oct - 22:45

ton histoire est très triste, je suis sincèrement désolée pour ton fils Sad
tendres pensées pour lui
et plein de courage pour toi dans cette terrible épreuve.

Je suis aussi abasourdie par le comportement de ton chum ! c'est dingue ça !!!

je suis oké pour le psy aussi, s'ils n"ont pas perdu d'enfant ils ne seront d'aucune utilité et ne pourront pas comprendre ce que l'on traverse. Leur conseille de serviront à rien .
Revenir en haut Aller en bas
aurore6883

aurore6883

Nombre de messages : 5224
Age : 36
Localisation : savenay(44)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mes jumeaux:
Victor né à 18h45
et Louise né a 19h05
Décédé(e) à : 23sa+2j(sans cause...sauf le risque d'une grossesse gémellaire: mon col s'est ouvert)
Le : 07/01/2011 à 19h35 (France-77)
Date d'inscription : 13/01/2011

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeVen 7 Oct - 4:17

j'ai lue ton histoire, et j'envoie toutes mes douces pensées a Ezaïe petit ange.
Revenir en haut Aller en bas
Malo



Nombre de messages : 1586
Age : 49
Localisation : Bretagne
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gwen
et de 4 poussieres d'anges
et 2 GEU
et de Lenaïg et Yanig
Décédé(e) à : 24Sa + 4 jours.
6 jours de vie
16SA pour les jumeaux
Le : 11/12/2006
01/08 (7SA)
04/09 (5SA)
04/10 (5SA)
08/10 (5SA)
03/11 (GEU)
3/2/2012 (16SA)
08/2012 (GEU)
Date d'inscription : 10/12/2010

Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitimeVen 7 Oct - 8:38

courage chere mamange
il faut du temps pour vivre avec un ange
c'est long et douloureux
mais avec le temps, tu penseras à ton ange, avec plus de douceur
Tu es sa maman pour l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Empty
MessageSujet: Re: Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil   Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon fils Ézaïe, notre histoire, mon deuil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: