DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 monhistoire

Aller en bas 
AuteurMessage
babyphat0072



Nombre de messages : 3
Age : 32
Localisation : Montréal
Je suis : Maman de
Ange(s) : Hayden
Décédé(e) à : 37 semaines
Le : 06/02/2009
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: monhistoire   Jeu 12 Fév - 22:00

bb


Dernière édition par babyphat0072 le Lun 17 Mar - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karine



Nombre de messages : 17
Localisation : longueuil
Je suis : Maman de
Ange(s) : deux petites poussières d'anges
Décédé(e) à : 11 semaines et 6 semaines
Le : 18/09/08, 16/01/09
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: Re: monhistoire   Ven 13 Fév - 12:24

Je suis désolée pour toi. Je n'ai pas de réponses à tes questions mais ton histoire me touche et je suis avec toi de tout coeur. Tout ce que je sais, même si c'est difficile, c'est que la culpabilité ne nous aide pas à guérrir ... même si c'est un sentiment normal. Tu n'es pas médecin et tu as suivi les conseils d'un spécialiste. Tu ne pouvais pas savoir.

Fais attention à toi ... et surtout, ne reste pas seule avec ta peine.

Karine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eve148

avatar

Nombre de messages : 60
Localisation : Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Justine
Décédé(e) à : 22 semaines
Le : 2009-01-10
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: monhistoire   Ven 13 Fév - 12:43

Ouf ! Quel témoignage !

En te lisant, je sentais la colère monter en moi... Je suis infirmière et je peux te dire que dans ton cas, le médecin ne t'a pas permis de prendre une décision libre et éclairée (comme il aurait dû le faire). Ce que j'entends par là est qu'il aurait dû te décrire précisément et au meilleur de ses connaissances les deux choix qui s'offraient à toi + les conséquences de ton choix : interrompre ta grossesse ou la poursuivre. Il n'aurait surtout pas dû te dicter ta conduite, c'est un manquement à son code de déontologie professionnelle.

Si tu as l'énergie pour combattre la colère qui n'habite, tu as la possibilité de porter plainte à l'hôpital. Ça ne te ramènera pas ton fils, mais ça pourra aider les mamans qui vivent la même situation dans le futur. Les plaintes sont toutes examinées et des recommandations sont faites par la suite. Par exemple, dans ton cas, ton médecin aurait pu te laisser du temps pour réfléchir à la situation. Il aurait pu te donner des références sur la trisomie 21 pour que tu puisses te renseigner. Tu aurais pu voir une travailleuse sociale avec ton conjoint pour t'aider à prendre ta décision.... En faisant ta plainte, les procédures peuvent changer !

Bon courage et bisou virtuel à ton petit ange !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Doune



Nombre de messages : 188
Localisation : l épiphanie
Je suis : Maman de
Ange(s) : bebe fausse couche
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: monhistoire   Ven 13 Fév - 14:10

je trouve aussi que effectivement il ne ta pas aider mais dicter ce que tu devais faire ....peut etre que ta decision aurait ete la meme ou peut etre aurait elle changer mais au moin tu sentirais que c est venu de toi de ton coeur ....la tu sens plutot que ta recu une pression et je te comprend nous sommes avec toi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
angeléa

avatar

Nombre de messages : 1421
Localisation : Dolbeau
Je suis : Maman de
Ange(s) : Guillaume, léa et Thomas et

2 petite filles en pleine santé
Décédé(e) à : 34 sa, 21sa, 21 sa
Le : 18/11/2007, 10/07/2008. 20/03/2013
Date d'inscription : 21/12/2008

MessageSujet: Re: monhistoire   Ven 13 Fév - 15:52

Salut a toi ton message me touche. J'avous que les soins que tu as eu n'était vraiment pas correct. Tu aurais du avoir de l'aide d'une phychologue avant ton interruption de grossesse. j'en ai eu moi pour mes 2 bb. j'était au CHUL il sont habituer pour ca. Est ce que tu as eu les résultat de l'amio? est ce que tu a rencontrer un généticien?

J'ai perdu mes bb a cause de l'hydrocéohalie aucune autre anomalie détecter. la question de savoir si ton bb aurais pu vivre, Je ne pense pas car le cerveau est beaucoup trop toucher je me suis rendu a 34 sa avec mon premier et sont cerveau était tout liquifier donc ca donne une idée de sont état et la tete devien tellement grosse qu'elle n'aurais pas pu sortir par les voie naturel et une césarienne est quand meme risquer. ma tante qui travailer au service pédiatrique de l'hopital enfant Jésus de québec a déja vu une petite fille attein d'hydrocéphalie et elle n'avais aucune qualité de vie.

J'espere que je peut te rassurer en te disant que tu a fait un bon choix car tu lui a éviter de la souffrance. Il serais probablement décéder apres que le cordon airais été couper il n'aurais pas été capable de manger, de parler, de faire un sourir. Il audrais peut-etre vécu quelque heure voir quelque mois tout au plus mais il aurait souffert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titemaman

avatar

Nombre de messages : 448
Age : 48
Localisation : Gatineau
Je suis : Maman de
Ange(s) : Roméo
Décédé(e) à : 19 semaines de grossesse
Le : 9 janvier 2009
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: monhistoire   Dim 15 Fév - 11:36

Bonjour à toi,

Premièrement, je tiens à te féliciter d'avoir écrit à Denis Lévesque. Je ne sais pas ce que tu en as pensé, mais pour ma part, j'ai été déçue. J'ai regardé son entrevue avec le papa d'un enfant trisomique en réaction avec la possible gratuité du test de dépistage (prénatest). Le papa prônait le bonheur de vivre avec son enfant trisomique. Quand je suis allé me coucher, je n'ai pas pu m'empêcher d'en parler avec mon chum (je l'ai réveillé en fait... ah ah ah) tellement cette émission m'avait ébranlée. Je me demande encore pourquoi M. Lévesque ne s'est pas informé sur le sujet (il parlait d'avortement à 2 mois de grossesse!! On n'est loin de ça me semble...) et présenter les deux côtés de la médaille. Après son entevue, javais l'impression d'avoir manqué de coeur d'avoir choisi l'interruption de grossesse, j'avais l'impression qu'on niait les difficultés et les émotions des mamans qui ont choisi cette alternative douloureuse.

Évidemment, si j'avais eu moins de 38 ans, si je n'avais pas eu d'assurances ou les moyens de payer le prénatest, si l'aminiocentèse n'avait pas été disponible, j'aurais eu mon ptit Roméo en juin prochain. Je sais que malgré sa trisomie 21, je l'aurais adoré, dorlotté, chouchouté. J'aurais fait avec, malgré toutes les difficultés et le peu de ressources. Mais on est en 2009... avec tout ce que celà comporte.

Comment j'aurais pu faire pour retourner travailler? Je n'ai pas les moyens de cesser définitivement de travailler, j'ai besoin de ce revenu pour répondre aux besoins des 4 autres enfants de la famille, le salaire de mon chum ne suffira pas... Les garderies acceptent-elles les enfants trisomiques? Pourrais-je dealer avec la méchanceté innocente des enfants qui risquent de heurter mon fils? Sera-t-il rejeté? Méprisé? Vulnérable sans aucun doute... Quel sera son handicap, léger, moyen ou sévère? En plus de son handicap intellectuel, aura-t-il des problèmes de santé graves qui nécessitent multiples hospitalisations, des opérations? Quelle sera sa qualité de vie? Quelle sera la nôtre? Aurais-je encore du temps pour m'occuper convenablement de chacun des membres de ma famille? Restera-t-il du temps pour notre couple? Me restera-t-il du temps pour moi? Hé quand viendra le temps pour moi d'aller retrouver les anges, pourrais-je partir l'esprit tranquille en sachant que mon fils sera toujours un enfant? Qui prendra la relève? Suite à ce questionnement, nous avons choisi d'interrompre la grossesse.

Je ne peux pas regretter ce choix parce que je l'ai fait en pensant à la qualité de vie de mon enfant, mais aussi en pensant à mes autres enfants, à mon chum, et à moi. On en a longuement parlé bien avant que je tombe enceinte de cette éventualité, j'ai évalué et réfléchie sans pression avant d'en arriver à une décision. C'était clair pour nous quand je suis tombé enceinte qu'on allait faire les tests pour s'assurer de la bonne santé de notre bébé. Évidemment, on passait les tests pour se faire confirmer la santé du bébé, on avait besoin d'être rassurés. On s'attendait pas à se faire dire que, hors de tout doute, notre bébé avait une anomalie... J'suis contente aujourd'hui d'avoir pu prendre une décision avant de tomber enceinte, parce qu'à l'annonce des résultats de l'aminio, j'aurait été trop émotive pour prendre une décision qui demande une dose de rationalité. Me séparer de mon ptit Roméo a malgré tout été très difficile, tellement cruel. Je pense à lui plusieurs fois par jours, j'en pleure quelques fois par semaine, je m'émerveille encore de son joli visage chaque fois que je le revois dans ma tête.

Toutes les questions que tu te poses sont normales. Comme Ève le dit, t'as pas pu prendre une dicision éclairée, on ne t'en a pas donné l'occasion. Bien souvent, en formulant un plainte, tu peux obtenir des réponses à tes questions et tu dénonces une situation qui ne devrait jamais se produire. Souvent, ça éclaire pas mal et ça permet une remise en question sur la pratique actuelle. Ça libère d'un poid. En plus, tu peux obtenir de l'aide dans ta démarche de plainte auprès du CAAP de ta région (1 877 767-2227). Ça simplifie les choses.

Pour retrouver ta joie de vivre, donne toi un peu de temps... C'est ce que je me donne à moi en tout cas, du temps pour que la blessure soit moins vive, du temps pour que les souvenirs que je garde de mon ptit Roméo soient moins sombres. Ça fait maintenant cinq semaines, je vois déjà une amélioration dans mes états d'âme. Je veux tellement aller mieux, être mieux... j'aimerais donc que ça se fasse rapidement, mais j'accepte mon rythme. Je sais déjà, que ça ne me laissera jamais insensible de penser à Roméo. Dans un an, ça va encore m'émouvoir, mais à un degré différent j'espère bien. D'ici là, je me permets de vivre mes émotions intensément. Je me donne le droit d'avoir de la peine, de pleurer, d'en parler, d'être en maudit contre la vie, de trouver injuste que y'aient tant de parents inadéquats qui puissent facilement avoir des enfants, pi d'espérer que le destin ne s'acharnement pas sur moi la prochaine fois. Il peut pas mouiller tout le temps...

Sois indulgente envers toi, c'est pas facile ce qui t'es arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
monhistoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: