Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Reprendre le travail + attitude de certains proches. I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Clé de licence Windows 10 PRO à 3,98€ (version téléchargeable)
3.98
Voir le deal

 

 Reprendre le travail + attitude de certains proches.

Aller en bas 
AuteurMessage
dianetroyes



Nombre de messages : 5
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gabriel
Décédé(e) à : 19 SA + 4 jours
Le : 16/01/2020
Date d'inscription : 26/03/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeMer 1 Avr - 7:03

Bonjour,

J’ai beaucoup hésité à témoigner sur ce site mais m’étant sentie soulagée après la lecture de nombreux témoignages ici, je me suis dit que mon témoignage ferait aussi certainement du bien à une lectrice.

J’ai 36 ans, je suis mariée, j’ai un enfant. Mon mari aussi. Je suis enseignante.

Après avoir longtemps hésité, mon mari et moi décidons d’avoir un enfant commun. Au bout de trois mois d’essais, ça marche ! Je tombe enceinte ! Quel bonheur !

Quatre semaines après avoir eu la confirmation de ma grossesse (prise de sang), un matin au réveil, je constate des pertes de sang. Je file aux urgences. Ayant eu un rapport sexuel la veille avec mon mari, on pense que c’est le col qui saigne un peu car plus fragile ( J’avais saigné lors de ma première grossesse dans les mêmes conditions). Après deux heures d’attente , l’interne qui m’examine n’explique pas ces saignements. En revanche, il est affirmatif sur trois points : les saignements  proviennent du vagin et se sont arrêtés et surtout … il y a deux sacs gestationnels ! Quel choc ! Il n’y a pas d’antécédents de jumeaux dans nos deux familles ! A cela, l’interne me répond «  Il faut bien un début à tout ! ». Sous le choc, nous commençons à envisager notre vie avec des jumeaux et ce que cela implique : changement de voiture, fatigue, stress …Nous avons une certaine appréhension car nous ne pourrons pas compter sur nos familles respectives, qui sont , pour les plus proches d’entre eux, à deux heures de route de notre domicile.

Trois jours plus tard, je saigne fortement : du sang rouge vif qui coule comme un robinet ouvert. Retour aux urgences. Durant les deux heures d’attente, à deux reprises, je vais expulser « naturellement » un amas de tissus et de sang ( ça ressemblait à des morceaux de foie). Je comprends que je suis en train de perdre au moins l’un des deux œufs. Confirmation plus tard par l’interne . Il nous dit que c’est dû à un problème chromosomique, qui arrive souvent quand le corps comprend que l’oeuf ne sera pas viable. Nous rentrons alors à la maison sonnés mais soulagés à la fois. Soulagés car l’autre œuf est encore là ! Et puis, on se dit que ce serait peut-être mieux ainsi compte tenu de ce qu’implique au quotidien d’avoir des jumeaux en bas âge sans pouvoir compter sur une aide familiale. Ce soir-là, nous évoquons la suite de la grossesse et je me revois dire à mon mari «  Ce serait vraiment pas de chance de perdre le second bébé ! ». J’aurais peut-être dû me taire…

Deux semaines plus tard, lors d’un contrôle de l’évolutivité à l’hôpital, le médecin décide de m’arrêter un mois car j’avais encore des pertes de couleur marron depuis la fausse couche précoce.Ce mois à la maison fût très difficile : fortes nausées tous les jours et toute la journée + grosses fringales incontrôlables. Je ne me plains jamais car je sais qu’il y a des femmes qui tueraient pour avoir ces désagréments et j’en connais. A la fin du mois, nous passons la première écho : nous voyons notre bébé qui bougeait beaucoup. Il croisait ses pieds, ses bras… Quel bonheur ! Je ne vous parle même pas des battements de son cœur ! On vient de passer alors le cap des 3 mois, on l’annonce à nos proches.

Un mois plus tard, je reprends le travail. Les nausées se sont atténuées. Un soir, juste avant de me coucher, je ressens de fortes douleurs au niveau de l’utérus. Je pense aux douleurs ligamentaires Je me dis que ce n’est pas grave. Je réussis à m’endormir. Le lendemain, toute la journée, je supporte ces douleurs au travail  ( comme des décharges électriques) jusqu’au coucher. Je ne dis rien à mon mari pour ne pas l’inquiéter. Le lendemain au réveil, j’ai des pertes de sang légères et les douleurs sont toujours là. Je file aux urgences. Après deux heures de stress intense, l’interne me dit que tout va bien. Juste des douleurs ligamentaires. Dans la foulée elle me fait une analyse d’urine. Tout va bien. Je ressors donc avec du Spasfon et du Doliprane. Je vais au travail. Dès cet instant, je me ménage : j’annule des projets pro et perso. Je fais le minimum à la maison. Mon mari gère presque tout ! Quelques jours avant Noël, j’approche du 4ème mois. On se dit que c’est le moment de l’annoncer aux enfants. C’est ce qu’on fait. Les rendez-vous médicaux  et les analyses médicales se poursuivent  Peu de temps après Noël, ma sage-femme me téléphone pour me dire que j’ai une petite infection urinaire. Elle me prescrit un antibiotique : Séléxid, que je dois prendre pendant 7 jours 2 comprimés matin et soir. Elle me prescrit aussi un nouvel ECBU de contrôle à faire 10 jours après la prise de l’antibiotique.  Je respecte bien la posologie. Je suis surprise car je na’avais aucun symptôme ( contrairement aux fois où j’ai eu une infection urinaire) ne suis pas inquiète car la sage-femme ne semblait pas alarmiste et puis je n’ai aucun symptôme et surtout je suis sous antibiotique !

Sur le moment, je me dis quand même que  ce délai d’attente de 10 jours me semble long mais je me dis que ça doit être la procédure.

Le 10 ème jour après la prise de l’antibiotique, c’est un dimanche, les labo sont donc fermés. Je vais faire l’ECBU le lendemain. Dans l’après-midi, je constate d’importantes pertes blanches. J’ai souvent lu que c’était normal chez les femmes enceintes. Le soir-même, en faisant l’amour, me mari me fait remarquer lui aussi que j’ai beaucoup de pertes. Non sans humour on fait aussi le constat qu’il est temps de réfléchir à d’autres positions. Dans la nuit, je me réveille car je me sens humide. Le drap est aussi humide. Mi-réveillée et mi-endormie, je me dis que c’est un « accident » ( en fait, je souffre d’une vessie hyperactive et j’ai souvent eu des fuites). Honteuse, je file aux toilettes , je me change et je recouvre la partie humide du drap avec une serviette. Je me recouche.

Le lendemain matin, je me rends compte que la tâche humide sur le drap est quand même importante, mais je me dis : une perte des eaux à presque 5 mois de grossesse ??? Impossible pour moi ! Je n’y pense même pas ! Et puis, étant croyante, je me dis «  Après ce qu’on a déjà vécu depuis le début de cette grossesse, le bon Dieu ne peut pas nous faire ça ! ». J’ai la foi. Je ne m’inquiète pas. Je vais travailler. Dans la journée, je trouve que mon ventre est un peu moins « tendu ». Mais je me dis que ce n’est qu’une impression. Avec le recul, je me dis que j’avais compris ce qui se passait mais que c’était tellement brutal, horrible, incompréhensible qu’il m’était impossible d’être dans la  réalité.

Ce n’est que le lendemain quand je constate des pertes de sang que je file aux urgences. Durant l’attente, j’ai de la fièvre et des douleurs dans le bas du dos. L’interne m’examine. Le verdict tombe : le col est ouvert et pas qu’un peu. A tel point que l’on aperçoit des phalanges du bébé. La poche des eaux a rompu. Je suis en travail. A ce stade, bébé n’est pas viable. Je suis en état de choc, je ne peux bouger ni parler. Le monde s’écroule à mes pieds. Je pense être dans un cauchemar et j’espère me réveiller. Je suis hospitalisée. Dans la nuit, je prie, je supplie, j’implore le bon Dieu de sauver mon bébé. Je bois aussi beaucoup d’eau en espérant naïvement reconstituer le liquide amniotique. J’ai froid, j’ai des frissons. JE parle à mon bébé. Je lui demande de s’accrocher, que je fais tout pour le garder.

Le lendemain matin, au réveil, la sage-femme ne perçoit pas d’activité cardiaque. Elle appelle le médecin, qui me dit sur le même ton qu’on emploierait pour dire l’heure qu’il est, «  De toute façon, il n’ y a plus d’activité cardiaque ». Je m’effondre. J’ai des contractions . Direction salle d’accouchement. Je croise des nouveaux-nés, des femmes qui viennent d’accoucher. J’entends des pleurs de nouveaux-nés . J’ai très mal. Les contraction sont de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées. Je hurle.L’anesthésiste vient. Il me met la péridurale. A peine me l’a-t-il mise que je sens expulser mon bébé. Il règne alors un silence assourdissant. Quel silence dans une salle de « naissance » !!. La sage-femme le prend, dans une autre salle, le « prépare » puis nous le ramène dans une petite boite en plastique bleue. Il est beau notre garçon. Il est formé. Il est comme vous et moi sauf qu’il n’a pas de cheveux et qu’il est petit. Il semble sourire.  Je l’embrasse, je le caresse notre petit Gabriel né à 18 SA + 4 jours.

Les heures, les jours, les semaines qui ont suivi ont été les plus sombres de ma vie . Je ne pensais pas qu’il était possible de souffrir autant. Je me sentais vide. En état de sidération. Je ne faisais que pleurer.

Hier on a eu les résultats des examens du placenta : il a été infecté par la bactérie E.Coli. Sans doute lors de mon infection urinaire. Les résultats de l’autopsie ne sont pas encore arrivés. Sinon, le caryotype de Gabriel est normal. Donc pas de problème chromosomique. Cela nous soulage un peu, mais qu’un peu (car on ne renonce pas à notre projet bébé), car je suis bien placée pour affirmer aujourd’hui que la malchance peut se répéter.

Nous avons en presque 5 mois perdu deux bébés pour deux raisons différentes. On ne peut pas dire qu’on a été chanceux sur ce coup-là. Aujourd’hui j’essaie de me raccrocher à ce qui est positif dans ma vie : un mari formidable, deux enfants en bonne santé apparente ( dans mon métier j’ai des enfants qui n’ont pas cette chance ; parfois même avant leur naissance), on a acheté une belle maison, j’ai des amis et des proches qui m’aiment, mon mari et moi sommes en bonne santé apparente, ainsi que ceux que j’aime. Mais ce n’est pas facile tous les jour de voir les aspects positifs de ma vie.

Cela fait deux mois maintenant. Je n’ai toujours pas repris le travail. Je suis en arrêt pour état dépressif et je ne me sens pas capable de reprendre le travail avant la fin de l’année scolaire. Parfois,je me dis que je suis trop faible. Ma psy est très bien. Que je devrais déjà avoir fait mon deuil et être capable de reprendre le travail. Mais je n’y arrive pas. Quelqu’un d’autre dans cette situation ? J’aimerais bien avoir vos témoignages sur ce sujet.

Nous avons été fort déçus par l’attitude de nombreux de nos proches. Chacun a son excuse pour ne pas venir nous voir ou  simplement nous soutenir : ma belle-mère qui dit ne pas vouloir s’immiscer dans notre intimité ! (La même qui ,nous a demandé quand on lui a annoncé ma grossesse si le bébé avait été conçu lors de notre séjour à Venise un mois plus tôt). Un deuil serait-il d’ailleurs plus intime qu’une naissance ??? Puis mon beau-père qui rajoute plus tard : «  Dites-nous si vous organisez une cérémonie, on sera là ». Ah ! il faudrait qu’on organise une cérémonie pour nous faire la faveur de venir bous voir ??? Quand aurait-on pu organiser cette cérémonie ? entre deux coups de fil aux pompes funèbres ? J’avais à peine la force de me lever pour manger ou prendre une douche !

Sans parler d’un ami de mon mari qui « avait ski » et d’autres qui ne se sont pas manifestés. Ces mêmes qui étaient prêts à faire 4 heures de route pour venir chez nous quand nous organisions des repas à la maison. Il faut croire que dans les moments malheureux, les kilomètres se rallongent.

Pas un message non plus de ma belle-sœur.  Toutes ces personnes trouvent le temps d’être sur Facebook à commenter des publications inutiles et à liker mes posts mais ne prennent pas deux secondes pour me faire un coucou. Comment des femmes qui ont porté des enfants peuvent-elles ainsi ignorer mon traumatisme ??? Pour moi c’est incompréhensible.

Voilà, vous l’aurez compris, aujourd’hui je suis dans la douleur, la culpabilité (de ne pas avoir pû veiller sur mon bébé) et la colère d’avoir eu tant de malchance et de constater le manque d’empathie de nos « proches ».

Merci de m’avoir lue.
Prenez soin de vous.
Revenir en haut Aller en bas
xabsiel



Nombre de messages : 2
Localisation : La Rochelle
Je suis : Maman de
Ange(s) : Félix
Décédé(e) à : 32 sa + 2
Le : 2 octobre 2019
Date d'inscription : 06/04/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeMar 7 Avr - 3:13

Bonjour,

J'ai perdu mon bébé en octobre 2019, je suis professeure, je n'ai pas repris le travail et mon médecin traitant trouve cela normal et m'arrêtera jusqu'à la fin de l’année scolaire.

Ce que vous avez vécu est extrêmement difficile, et dans notre métier, arriver ou revenir en cours d’année nécessite d'être en possession de toutes ses forces. Ne culpabilisez pas.

Je n'ai pas pu lire l'intégralité de votre témoignage car c’était trop douloureux pour moi... je ne sais donc pas si vous êtes suivi sur le plan psychologique. Si ce n'est pas le cas, je vous le conseille très chaudement.

Au sujet de l'attitude des proches (et le suivi psychologique m'a un peu aidée sur ce point), les personnes qui nous entourent de près ou de loin ne peuvent pas comprendre réellement ce qui se passe.
Si vous vous en sentez capable et avec les personnes que vous pensez capables de l'entendre, parlez de votre enfant.
Cela vous fera peut-être pleurer (c'est toujours le cas actuellement), mais c'est tellement important de prononcer son prénom, de l'entendre prononcer... Ce n'est pas un bébé que vous avez perdu. C'est votre enfant.

De loin, des pensées. Je ne sais pas quoi ajouter d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
dianetroyes



Nombre de messages : 5
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gabriel
Décédé(e) à : 19 SA + 4 jours
Le : 16/01/2020
Date d'inscription : 26/03/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeMer 8 Avr - 15:05

Bonjour Xabsiel,
merci beaucoup pourvotre message.
Il m'a fait chaud au coeur. Je sais que je ne suis pas encore prête à reprendre le travail. Mon médécin traitant (qui est pourtant une femme) m'avait laissé entendre que " ça arrive souvent" et avait donc refusé de mârrêter jusqu'à la fin de l'année scolaire mais mon psy a accepté. Je me sens tellement soulagée...Un poids en moins...

Je vous souhaite aussi beaucoup de courage et de patience. Il parait que le temps guérit tout ...
Revenir en haut Aller en bas
SouAd3010



Nombre de messages : 2
Localisation : ain
Je suis : Maman de
Ange(s) : adam et souleyman
Décédé(e) à : 21+6 sa et 17sa
Le : 10/04/2019,30/11/2019
Date d'inscription : 12/04/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeDim 12 Avr - 9:05

Bonjour je m’appelle alicia j’ai 22 ans je suis marié depuis bientôt 4 ans. Je vais vous racontez mon histoire. En décembre 2018 je découvre que je suis enceinte, on ne s’y attendais pas du tout, je me souviens quand j’ai fais l’annonce à mon mari c’était drôle. Je lui envoie un message je lui dis se soir je veux qu’on mange que tout les deux je dois te parler (parceque on vie chez c’est parents) il me dit d’accord donc on achète tacos et on va manger a un jolie petit endroit, puis il me dit tu voulais me dire quoi? Donc je le regarde droit dans les yeux et je lui dis « tu va etre papa en août 2019 » il a rien compris il avait beugé puis après il me regarde il ma fait un gros calin.... les jours passèrent et le 4 février 2019 on avait la t1 donc ont y va et tout allait très bien bébé en parfaite santé et moi aussi aucun problème . On été si heureux on avait la petite photo de notre union.. Puis en mars mon mari devais partir travailler loin de chez moi (5h) de route donc je le voyais très peu. Le week-end du 5 au 7 avril mon mari était revenue j’étais trop heureuse j’étais a 21sa passer. Donc le 7 avril on le ramène a la gare j’avais des petit picotements mais je me suis pas inquiété je pensais c’est parceque j’etai triste. Le mardi 9 avril a 12h apres avoir récupéré ma belle soeur a l’école je vais au toilette et la je m’essui et je vois une gros gros gros perte transparente avec une légère coloration rosé. Je dis a ma belle-mère qui s’inquiète pas mais j’étais pas tranquille donc j’ai appeler la maternité qui mon dit c’est pas grave sa doit être le bouchon muqueux mais il se reforme mais il me disent de venir quand même. Donc j’appel ma tante et elle m’emmène. J’arrive la bas il me font teste urine tout OK échographie parfaite bebe va bien puis apres il regarde mon col et la j´ai vu la tete de l´interne se décomposé elle me dit je reviens je vais chercher le gynécologue de garde. J’etais pas plus inquiète que sa et la la gynécologue m’examine et me dit se soir c’est fini votre bebe va mourrir... J’ai pas compris j’ai beug je comprenais rien du tout eet elle me dit que ma poche des eaux et dans le vagin. Je comprenais pas dôc j’ai dit si je leve mes jambe c’est bon et elle se moque de moi elle me dit « non maiq c’est pas possible d’ailleurs vous auriez du avoir mal et pas mal de contractions » javais pas eu vraiment mal a part quel tiraillement... donc il m’hospitalise j’appel ma mère qui arrive puis elle appel mon mari parceque javais pas la force... Bon apres l’apres midi sa a ete dans l’attente vers 20h je crois j’ai eu la péridurale. Mon maru dit a ma mere qu’il est parti a 19h de paris donc il devrais arriver vers 1h du matin. Javais peur d’accouché sans lui. 00h30 il arrive enfin mais javais honte de le regarder je me sentais coupable, ma mere part puis avec mon mari on essaye de rire on fait des pronostics sur le sexe parceque on savait pas. Puid a 4h25 il part fumer 4h30 il revient ouvre la porte et voit ma poche des eau se percer.. et la je savais c’était la fin j’etais paniqué je remercierai jamais assez mon mari il poussait avec moi puis le 10 avril 2019 j’accouche d’un petit garçon Adam 440g né a 21+6 sa donc impossible de le réanimer enfin il pensait qu’il etait déjà décédé et la mon mari le porte et il a mi sont pousse dans sa bouche il fesait des sourires il ressemblait tellement au papa.. Bin moi il etait entrain de me faire un curetage et la il decouvre un problème dans l’uterus il me dise je pourzis plus avoir d’enfant enfin la total quoi ... Les jour on suivi et fin mai javais un IRM j’ai fais et verdict tombe... J’ai une cloison utérine se qui a provoqué mon accouchement prématuré donc opération le 28 juin tout c’est tres bien passé et la bonne nouvelle je peuc avoir des enfants se qui n’a pzs my longtemps 6 aout j’ai fais une fausse couche précoce puis le 17 aout je tombe enceinte mon mari etait toujour a paris , echo de datation 25 septembre tout Ok puis t1 le 7 novembre parfait j’attendais mon 2eme garçons j’etais tellement heureuse.. 27 novembre rendez-vous de controle du col et tout etait parfait il etait long mais deux jours plus tzrd je vais au toilette et je sens un truc tomber dans mon vagin et la j’ai compri que c’etait la fin. Je dis a ma belle mere qui dit cˆest pas grave tinquiete sa doit etre rien.. Moi je vaus chez ma gràd mere et on appelle les pompier j’arrive a la maternite et le verdict tombe poche des eau dans le vagin et ça recommence j’ai appeler mon mari pour lui dire il me disait j’arrive dans la soirée mais il osait pas me dire quil avait pas la force de revivre sa . J’ai tenu jusqu’au 30 novembre 15h10 mon petit garçon pesait 130g 17 sa et ressemblait tellement a son frere tout les deux ressemblait au papa mes amour de ma vie..mon mari est arriver le samedi soir ver 00h enfin me dimanche dycoup.. J’étais anéanti, la semaine d’apres etait l’enterrement de mon bebe je suis de confession musulmane donc j’ai assisté au lavage mortuaire (mon maru voulais pas par peur que sa me choque ) ensuite mon mari et moi avons porter le cercueil de notre fils et l’avons posé dans le corbillard. Je ńai pzs assisté a l’enterrement... Puis la vie suis sont court aujourd’hui je suis enceinte de mon troisième enfant je suis alité depuis le debut je suis a 11+4, j’ai tellement peur de perdre cette enfant aussi je serait cercler d’ici trois semaine.... maintenant il me reste que des photo des emprunts et doudou de mes enfants👼🏽👼🏽 Je vous souhaite beaucoup de courage beaucoup de bonheur a vous et surtout ne perdez pas espoir j’ai lu vos histoires et vraiment sa ma toucher fendu le corps, Je vous embrasse I love you
Revenir en haut Aller en bas
dianetroyes



Nombre de messages : 5
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Gabriel
Décédé(e) à : 19 SA + 4 jours
Le : 16/01/2020
Date d'inscription : 26/03/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeLun 13 Avr - 17:51

Bonjour Alicia, je te trouve extrêmement courageuse ! Tes anges peuvent être fiers de leur maman. Moi après ma fausse couche, j'essaie de trouver le courage d'être à nouveau enceinte...
Je te souhaite beaucoup beaucoup de courage et que du bonheur pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Yut



Nombre de messages : 6
Localisation : Ardèche
Je suis : Maman de
Ange(s) : Maël
Décédé(e) à : 4 mois de grossesse
Le : 23/11/2019
Date d'inscription : 29/02/2020

Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitimeMer 22 Avr - 8:49

Bonjour,

Votre histoire m'a beaucoup touchée, surement parce qu'elle fait fortement écho à la mienne... J'ai perdu mon petit garçon à 18 semaines de grossesse, le 23 novembre 2019. C'est la douleur la plus incommensurable que je n'ai jamais eu à traverser, et effectivement peu de gens peuvent la comprendre. Je dirais même que seuls ceux qui traversent la même épreuve sont capable de le faire, car comment imaginer un tel gouffre intérieur? Aucun mots n'est assez puissant... Et les proches, ou moins proche d'ailleurs, sont souvent d'une maladresse que l'on excuse difficilement car cette peine nous prend toute notre énergie. Je pense que c'est plus de la maladresse, de la non conscience, de la "fuite de voir l'autre en peine"... Seul le temps et la douceur avec vous même pourra vous aider.

Pour ce qui est de travail, prenez votre temps. Vraiment. Si il y a bien un moment où on devrait avoir le temps de souffler et reprendre pied, c'est bien après ce genre d'épreuve. Et que ceux qui ne le comprennent pas ferme bien leur gueule, ce n'est pas à eux de savoir quand vous serez prête à retourner au travail. Mon médecin traitant voulait m'y renvoyer un mois après, j'ai insisté pour prolonger 2x2 semaines avant de lâcher face aux "ça va aller maintenant non?" ou "Ça vous ferez du bien de ressortir!" et de reprendre, soit un peu moins de deux mois après. Je ne travaille pas avec des enfants, mais je suis aide à domicile, et prendre soin des gens à ce moment là à été compliqué! Je pleurais à chaque trajet en voiture entre deux clients, le matin avant de partir et le soir en rentrant... Bref, j'étais pas prête et ça a été très très dur pendant quelques mois. Alors mon conseil, n'écoutez que vous. Et ne culpabilisez pas de ce que les autres pensent, ils ne sont pas à votre place.

Je vous envoi toute ma tendresse, à vous et vos petits anges. Prenez soin de vous, et donnez vous du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Reprendre le travail + attitude de certains proches. Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le travail + attitude de certains proches.   Reprendre le travail + attitude de certains proches. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Reprendre le travail + attitude de certains proches.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: