Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Ma fille Angélique I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
 

 Ma fille Angélique

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeMar 6 Jan - 14:19

J'ai écrit ce témoignage en juillet 2007.

Bonjour à vous toutes!
Je fréquente ce site depuis environ 2 mois, mais je n'avais pas encore écrit mon histoire ici. En guise de témoignage, j'ai copieé-collé ci-bas les dernières pages de mon journal de grossesse. Je sais que mon texte est long, mais je tenais à le mettre au complet. Veuillez m'en excuser. Vous n'êtes pas obligées de tout lire ni de me répondre. Le simple fait de vous partager mon récit me soulage. J'ai aussi créé un album dans la section photos. Merci à tous d'être là! Une douce pensée pour tous nos petits Anges.
Manon, maman de son ange Angélique Ma fille Angélique Emrose


Le jour de l'échographie: le lundi 16 avril 2007

Yannick et moi avions si hâte à cette fameuse journée. Après plus de 20 semaines d'attente, elle était enfin arrivée. Nous allions enfin pouvoir te voir et nous assurer que tu étais bien en santé. Ton papa, lui, était impatient de savoir si tu étais un garçon ou une fille. Nous étions si heureux et contents. Rien ne laissait présager ce qui allait se passer cette journée-là. Rien,...à part moi qui semblais un peu inquiète. L'important, c'est de savoir si notre bébé est en santé, je me disais.

Alors nous sommes partis en auto vers 11h00 même si notre rendez-vous n'était qu'à 13h00, car il faisait tempête ce jour-là. Qui aurait pensé qu'il ferait aussi mauvais dehors un 16 avril. Nous sommes montés à Québec quand même malgré la chaussée glissante et les bourrasques de vent. Il n'était pas question de reporter ce rendez-vous. Nous avions trop hâte.

Arrivés au Centre Mère-Enfant du CHUL, nous avons dû attendre une bonne heure et demie dans la salle d'attente d'échographie obstétrique avant qu'on appelle mon nom à l'intercom. Nous avions une demi-heure d'avance et il y avait du retard. En attendant, je comparais en silence ma bédaine avec celle des autres filles et je les écoutais raconter leur histoire de grossesse à tout le monde. Yannick n'en pouvait plus de les entendre. Et enfin j'entendis mon nom, c'était à notre tour!

Je me suis couchée sur la table d'examen et la technicienne a aussitôt commencé l'échographie après quelques questions de routine. Tout de suite nous pouvions voir ton petit corps, tes bras, tes jambes, ta tête et même ton coeur battre. J'ai regardé ta colonne vertébrale et elle semblait bien formée. J'étais soulagée, car je croyais que tu étais normale. La technicienne semblait cependant inquiète. Elle a fait venir le Dr. Bouchard qui a examiné les clichés de l'échographie pendant environ 1 minute. Il s'est ensuite retourné vers nous en disant : « Il n'y a pas mille façons de vous annoncer çà, je n'ai vraiment pas de bonnes nouvelles pour vous. ». À ce moment même, je me suis sentie figée. C'était comme si j'étais dans un autre monde. J'ai regardé Yannick avec des yeux très inquiets remplis de larmes et me disais que ça ne pouvait pas nous arriver. J'essayais quand même d'écouter tout ce que le médecin nous disait: que tu avais un cou très épais avec un gros kyste qu'on appelle hydroma kystique, que tu avais de l'oedème aux poumons, que ton coeur n'était pas bien divisé en quatre chambres, que l'on ne trouvait pas tes reins ni ta vessie, que le liquide amniotique était en très petite quantité, que tu avais un retard de développement de 3 semaines et que tu ne survivrais pas encore bien longtemps étant donné toutes ces anomalies systémiques. Je pleurais et me disait encore que ça ne pouvait être vrai. Yannick aussi pleurait et me serrait dans ses bras.

Le Dr. Maranda, généticien, nous a ensuite rencontrés dans son bureau. Il nous a dit que les anomalies pouvaient être dues à différentes choses et que des tests supplémentaires seraient nécessaires pour en trouver la cause exacte. L'infirmière m'a fait une prise de sang pour savoir si j'avais pu attrapper un virus dangereux pour toi pendant ma grossesse. Une amniocentèse ainsi qu'une autopsie après ton décès nous ont fortement été recommandées afin de faire une analyse complète. Nous avons accepté, car nous voulions absolument être sûrs de ce qui s'était passé avant d'avoir un autre enfant. Deux choix s'offraient ensuite à nous : soit d'interrompre ma grossesse ou d'attendre que la nature fasse ses choses comme ils me disaient. Ce fut une décision difficile. Nous avons opté pour le premier choix, car c'est celui qui nous semblait le mieux pour moi et pour toi étant donné la gravité de ton état. Je pleurais à chaudes larmes dans le bureau du généticien.

Nous avons ensuite dû attendre encore une heure pour qu'on me passe une amniocentèse. Je ne voulais pas retourner dans la salle d'attente avec toutes ces femmes enceintes heureuses qui m'auraient peut-être questionnée en me voyant pleurer ainsi. Nous sommes donc restés dans le corridor un bon moment. Je te sentais bouger vivement pendant ce temps d'attente. On aurait dit que tu sentais ma peine et aussi ce qui allait arriver. J'ai donc pleuré encore plus en flattant ma bédaine pour te consoler.

Lors de l'amiocentèse, j'étais très nerveuse. On m'avait avertie qu'elle serait difficile parce qu'il n'y avait pas beaucoup de liquide amniotique autour du bébé. Le Dr.Bouchard a dû me piquer à deux reprises et ce fut très douloureux. Mais ce qui m'inquiétait le plus et me bouleversait était de constater qu'à mesure que le test avançait, ton coeur battait de moins en moins vite. Je pouvais te voir à l'écran d'échographie. Au début de l'examen, je pouvais même voir que tu bougeais tes petits bras. Ce fut la dernière fois que je te sentis bouger dans mon ventre. Mon verdict : ton petit corps déjà affaibli n'avait pas survécu à ce test.

Après l'amniocentèse, nous avons décidé de retourner coucher chez nous à St-Georges puisque l'interruption de grossesse ne pouvait être faite avant le lendemain matin. Avant d'aller au lit, j'ai dit à Yannick de flatter ma bédaine comme il aimait le faire tous les soirs, car ça serait la dernière fois qu'il pourrait le faire. Nous avons pleuré ensemble. Cette nuit-la, je n'ai pas dormi. J'ai pleuré toute la nuit. J'avais le coeur déchiré de devoir te laisser partir. J'aurais tant voulu que tout soit seulement un cauchemar duquel je me réveillerais le lendemain matin. Je me demandais aussi pourquoi Dieu m'infligeait une telle épreuve. Aurais-je la force de continuer? J'aurais voulu mourir moi aussi.


Mardi le 17 avril 2007


Au matin, j'avais les yeux bouffis d'avoir tant pleuré et je me sentais très fatiguée. Il fallait quand même nous lever, car nous devions être au CHUL à 9h00 pour l'interruption de grossesse. J'y allais à reculons. Je ne pouvais m'imaginer que j'allais mettre moi-même définitivement fin à tes jours, toi que je désirais tellement. C'est très cruel! J'ai ramassé quelques affaires dans un sac pour mon séjour à l'hôpital. On était loin de la belle petite valise que j'aurais voulu préparer pour mon accouchement avec plein de petits linges pour toi. Nous sommes partis assez vite, car il faisait encore tempête ce jour-là. Normalement, j'aurais eu peur d'un accident possible en cette mauvaise température, mais là, je m'en foutais carrément! Ça ne m'aurait pas dérangé de mourir puisque je te perdais toi, mon ange, que je voulais tant.

Arrivés au Centre Mère-Enfant à 9h00, nous sommes montés à l'étage de la maternité et ils m'ont rapidement amenée à ma chambre. J'étais dans une chambre d'accouchement. Ça m'a fait un choc sur le coup puisque je venais de réaliser que j'allais accoucher. Je n'ai même pas pris le temps d' enlever mes bottes et mon manteau et je me suis assise sur la berceuse. Je me suis mise à te bercer en me caressant la bedaine. J'essayais de te sentir bouger, mais rien depuis la veille à l'amnio. Je versais des larmes en me demandant si tu étais déjà morte. Je n'ai jamais osé demander à écouter ton coeur pour voir si tu vivais encore ou si tu étais déjà décédée. Vers 10h00, l'infirmière est venue me voir pour me poser plein de questions pour remplir son formulaire de cueillette de données à l'admission. Je répondais comme un zombi. Ensuite, elle m'a demandé si j'étais certaine de mon choix de vouloir interrompre ma grossesse. J'ai éclaté en sanglot en lui disant que j'avais l'impression de tuer mon bébé. Elle m'a réconfortée du mieux qu'elle le pouvait. Ensuite, je lui ai confirmé que je voulais continuer les démarches pour interrompre ma grossesse. J'ai demandé à voir la médecin qui s'occuperait de moi, mais elle était occupée avec une césarienne. Avec encore mon manteau et mes bottes, j'ai continué à te bercer en pleurant.

Vers 11h30, enfin Dr.Morin vient me voir avec une de ses résidentes. Elle me dit qu'elle a vu les photos de l'écho et me reconfirme que ton petit corps était bien mal en point. Je lui demande si il y aurait une petite chance que tu puisses survivre. Elle me dit que non, étant donné la gravité de tes anomalies. Elle me rassure en me disant que je prenais la meilleure décision pour moi et pour toi. Elle m'explique ensuite la procédure qui consiste à me placer des comprimés dans le vagin aux 4-5 heures pour activer des contractions de mon utérus. Que ça peut prendre de 4 à 8 doses avant d'accoucher. Je suis découragée d'entendre ça, moi qui pensait que ça pourrait se faire vite.

À midi, l'infirmière me dit d'enlever mon manteau, mes bottes et mon pantalon et de me coucher sur le lit, car le médecin viendra bientôt pour ma 1ère dose. 12H10, la résidente est là pour m'insérer les comprimés dans le vagin. Il y en a 4, et à chaque fois qu'elle m'en insère un, je me sens coupable.

Je dois ensuite éviter de bouger et rester coucher pendant 1 heure. L'attente est longue. Ton papa Yannick me tient compagnie, mais il ne sait pas trop quoi faire. Une heure passe,...deux. Toujours rien. L'infirmière viens nous demander si nous voulons te voir après ta naissance. Je voulais absolument te voir et ton papa aussi, même si nous avions un peu peur. Elle nous demande ensuite si nous voulons des photos et des souvenirs de toi. Je lui réponds que je veux tous les souvenirs qu'il peut être possible d'avoir. Elle nous dit qu'elle ou ses collègues s'occuperaient de tout le temps venu. Elle nous a parlé de la possibilité de rencontrer un agent de pastoral, mais nous lui disons que nous allons attendre après ta naissance afin qu'il te bénisse. Finalement, elle nous demande si nous voulons disposer nous même de ton corps. Ce fut un autre choc pour moi! Cette question-là je ne l'avais pas prévue. Quelle question! Moi et Yannick avons eu la même réaction. L'infirmière nous a laissés pour que nous en discutions. Au début, je voulais que tu sois enterrée dans un petit cercueil au cimetière. Dans nos familles, c'est le rituel habituel pour les défunts. Mais plus j'y pensais, plus je me disais que ce n'était pas vraiment ce que je voulais. J'ai suggéré à ton papa que tu sois incinérée et que nous gardions ta petite urne à la maison. Il a tout de suite été d'accord avec cette idée. Elle lui convenait mieux à lui aussi.

16H00, je sens mon ventre un peu tendu, mais rien de plus. Je suis impatiente de voir arriver le doc pour ma 2e dose de comprimés. 17H00, elle n'est toujours pas venue. J'appelle l'infirmière et lui demande si j'aurais ma 2e dose bientôt, car j'ai hâte d'en finir! La résidente se pointe à 17h20. Je m'excuse d'être aussi impatiente. Elle m'insère les comprimés et je prie pour que ça se passe au plus vite. Une heure plus tard, je commence à avoir des contrations très incommodantes dans le vagin et j'ai le ventre très tendu. 19H00, j'ai la diarhée et je grelotte comme une feuille (je fais de la fièvre). Ce sont des effets secondaires normals du médicament selon le médecin.

À 21h30, je reçois ma 3e dose de comprimés. Je suis tannée! J'ai hâte qu'il se passe quelquechose. Je me sents faible et je grelotte. On me prescrit du Tylénol. Je réussis à m'endormir un peu vers 22h00, mais je me fais réveillée aux 15 minutes. L'infirmière qui vient prendre ma température, l'anasthésiste qui vient me parler des types de médications anti-douleur pour l'accouchement, la préposé qui vient remplir mon pichet d'eau,etc. À minuit, je réussis à me rendormir. En me couchant sur mon côté gauche, je sentais moins les douleurs et le Tylénol avait fait baisser un peu ma fièvre.
(**VOIR LA SUITE CI-BAS)
Revenir en haut Aller en bas
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeMar 6 Jan - 14:25

(**LA SUITE DE MON TÉMOIGNAGE)

Le jour de ta naissance : mercredi le 18 avril 2007

La nuit est très longue puisque je ne peux presque pas dormir à cause de la douleur. Ton papa dort sur un petit lit de camp à côté de moi. Lui aussi a hâte que ça soit passé. Je me sens très triste et impuissante face à ce qui nous arrive. J'ai une chanson dans la tête qui joue encore et encore : « Un Ange qui passe », d'Annie Villeneuve. Les paroles me hantent, car elles expriment un peu ce que je ressents. Vers 2h00 du matin, la résidente viens me donner une 4e dose de comprimés. Je lui dis que j'ai beaucoup de douleur mais que je peux l'endurer pour l'instant. Elle me dit que mon col est entrouvert et que ça ne devrait pas tarder. Je redemande des Tylénol, car je crois que ça m'aide à me détendre.

Vers 4h30, je me suis retournée dans le lit et j'ai senti plein de liquide chaud s'écouler de mon vagin. Mes eaux venaient de crever. Ça n'arrêtait pas de couler. Il y avait une mare sur mon lit. J'ai pas mal paniqué, car je réalisais que j'allais accoucher, là maintenant. J'avais très peur de la suite. J'ai appelé l'infirmière et lui ai dit. Je sentais de plus en plus de douleurs. J'ai demandé à voir l'anesthésiste pour une épidurale. Ça s'est fait pas mal vite pour l'épidurale. J'avais beaucoup hésité à la prendre, mais à ce moment, je sentais cette douleur atroce et je ne voulais pas souffrir plus. J'en avais déjà beaucoup moralement à endurer.

Quand l'épidurale a fait effet, je me suis sentie soulagée de mes douleurs et plus relaxe. Je sentais quand même que tu faisais ton chemin pour descendre. À 5h30, Dr.Morin est enfin arrivée. Je n'ai eu qu'à pousser 5 ou 6 fois et tu es sortie. Tu es née à 5h57 exactement. Tu étais déjà décédée. L'infirmière m'a demandé si je voulais qu'elle te dépose sur mon ventre juste après ta naissance, même si je lui avais déjà dit que non juste avant les poussées. Je lui ai répété que non. Elle t'a déposée plus loin dans la bassinette et j'ai demandé à ton papa d'aller te voir en premier. C'est ce qu'il a fait et t'a ensuite prise dans ses bras. Il t'a ensuite amener vers moi et j'ai enfin pu te regarder. J'avais peur de ma réaction au début, mais finalement, ça s'est bien passé. Je t'ai tenue longtemps dans mes bras. Je contemplais ton visage, tes petits pieds, tes petites mains et ton petit corps enflé qui semblait avoir souffert. Ta peau était rose foncé et un peu bleutée. Nous te trouvions belle. Tu étais notre petit bébé. À ce moment, nous ne savions pas à 100% si tu étais une fille ou un garçon, car ton corps était enflé. Seul l'amniocentèse pourrait confirmer ton sexe selon le médecin. Nous t'avons donc donné 2 noms (un de garçon et un de fille): Gabriel Angélique. C'est ton papa qui a trouvé ces nom pour toi, car il n'aimait pas le nom que j'avais choisi : Ange-Aimé(e).

Nous avons attendu le prêtre au moins 2 heures. Lorsqu'il est arrivé, nous avons fait une petite cérémonie pour toi dans laquelle le prêtre t'a bénie et nous avons ensuite prié ensemble. Ce fut très émouvant et nous avons beaucoup pleuré.

Vers 9h00, j'ai appelé l'infirmière pour qu'elle vienne te prendre en photo. C'était la 4e infirmière différente que j'avais depuis mon arrivée. J'ai donc répété que je voulais le plus de souvenirs possible de toi. Après les photos, j'ai demandé à te reprendre dans mes bras. Tu étais si belle habillée de cette petite lange blanche tricottée. De te voir ainsi vêtue, a fait encore remonter en moi plein d'émotions et je me suis remise à pleurer à chaudes larmes. Je te berçais et je me disais que je n'aurais jamais la chance de prendre soins de toi, de te changer, de te cajoler, etc. Je commençais à réaliser tout ce que j'allais manquer avec toi. L'infirmière nous a laissé seuls avec toi encore un peu. À 9h30, je l'ai rappelé pour lui dire que nous étions prêt à te laisser partir avec elle. Nous t'avons dit nos adieux et t'ai donné un dernier bisou sur le front avant de te laisser partir. Ce fut le pire moment de tristesse de toute ma vie. J'étais déchirée.

Ce jour-là, quelques heures plus tards, je suis repartie chez nous le ventre vide et les bras vides aussi. Tout était fini. Mon rêve venait de s'envoler. Tu étais devenue un ange. Il ne me restait de toi qu'une petite boîte bleue avec de petits souvenirs. En passant devant la boutique cadeau au rez-de-chaussée de l'hôpital, je suis arrêtée t'acheter un ourson en peluche. Je l'ai déposé dans ton petit lit en arrivant à la maison. Je le sert souvent dans mes bras lorsque je m'ennuie de toi. Tu me manques tellement ma douce Angélique! J'espère que tu me pardonneras d'avoir mis fin à tes jours plus tôt et qu'un jour nous pourrons enfin être à nouveau réunies au Paradis. Je t'aime fort!

Ta maman Manon xxx


Le lundi 23 avril 2007, nous rencontions de nouveau le généticien au CHUL qui nous donna les résultats préliminaires (analyse rapide) de l'amniocentèse. Il nous annonça que notre bébé était une petite fille et qu'il lui manquait un chromosome X. Ceci pouvait correspondre à un syndrome de Turner. Il n'y eu donc pas d'autopsie de pratiqué. Quelques semaines plus tard, les résultats finals de l'amniocentèse confirmèrent un syndrome de Turner. Celui-ci est dû à une aberration chromosomique (erreur de la nature) au niveau du 2e chromosome X chez la fille. Il affecterait environ 1/2000 bébés filles et serait la cause de 10% des fausses-couches.
Revenir en haut Aller en bas
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeMar 6 Jan - 14:30

J'ai écrit ceci le 1er septembre 2007

Chère Angélique, mon ange d'amour,

Aujourd'hui est la date où tu aurais dû naître si ton destin aurait été que tu restes parmi nous. Je me sents triste, car j'aurais tellement aimé t'avoir ici auprès de nous pour te cajoller et t'apprendre plein de choses. La vie sur terre est parfois injuste, mais je sais que tu es bien là-haut dans la lumière du paradis qui est tienne. Tu es dans mon coeur et mes pensées chaque jour ma belle. Merci de veiller sur nous et d'aider ta maman à réapprivoiser les petits bonheurs de la vie qui lui paraissait si sombre suite à ton départ. Soit heureuse mon Ange...

Ta maman qui t'aimera toujours, ManonMa fille Angélique Emlove
Revenir en haut Aller en bas
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeMar 6 Jan - 14:35

J'ai écrit ceci le 18 avril 2008

ODE À ANGÉLIQUE QUI NOUS QUITTAIT IL Y A 1 AN DÉJÀ

Ma chère Angélique, il y a déjà un an, tu nous quittais pour aller vers l'autre monde. Depuis ce temps, j'apprends à vivre sans toi ici sur terre, mais je sais que tu m'accompagnes chaque jour de ma vie. Ta présence dans mon coeur et les signes que tu m'envoies me rassurent et m'aident à poursuivre mon chemin. Je sais que ta lumière brille la-haut et je prie pour qu'elle puisse rejoindre celle de l'amour divin au bout de ton parcours. Un jour, nous serons à nouveau réunies, mais Dieu veut d'abord que je continue mon périple ici sur terre. Il m'a confié d'autres missions auxquelles je dois me consacrer. Ta maman a une nouvelle petite vie qui grandit en elle et celle-ci me redonne espoir. Bientôt tu auras un petit frère ou une petite soeur. Je lui parlerai de toi ma fille, mon premier enfant et tu seras notre Ange-Gardien la famille. Veilles sur nous Angélique et que Dieu te bénisse encore et à jamais. Saches que tu me manqueras toujours malgré le fait que j'aurai d'autres enfants et malgré le temps qui passera...

Je t'aime mon bébé d'amour. Soit heureuse

Ta maman Manon xx
Revenir en haut Aller en bas
Davelion

Davelion


Nombre de messages : 18
Age : 40
Localisation : Saint-Georges-de-beauce
Je suis : Maman de
Ange(s) : Philippe
Décédé(e) à : 23 semaines et 1 jour
Le : 14/02/2009
Date d'inscription : 17/02/2009

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeMer 18 Fév - 23:23

Je regardais les filles de mon coin et je t'ai trouvé.

En plus, en ce jour très spécial pour vous, je voulais savoir comment va votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
angel974

angel974


Nombre de messages : 39
Localisation : reunion
Je suis : Maman de
Ange(s) : Lou-Han
Décédé(e) à : 21 SA
Le : 8 fevrier2007
Date d'inscription : 09/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeJeu 19 Fév - 3:09

tt d'abord bonjour
Comme je te comprend en lisant ton temoignage je ne peux que pleurer a chaude larme
ta petite angélique repose en paix a présent
elle t'observe de la haut et elle sais a quel point elle vous manque
elle doit c ertainement s'amuser avec tt ces amie ange
j'ai accoucher de ma petite Lou-han a 20 semaine passr tt comme toi j'ai subi l'épreuve de l'acouchement avec beaucup de difficulté
Je suis de tt coeur avec toi
tendre pensée a nos anges
Revenir en haut Aller en bas
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Le 2e anniversaire d'Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeSam 18 Avr - 13:51

Samedi le 18 avril 2009




DÉJÀ DEUX ANS MAINTENANT!




Ma chère Angélique,




Deux ans déjà ce sont écoulés depuis que tu nous a quittés. Je garde encore le souvenir de ce jour comme si c'était hier. Ce fut bien sûr un moment déchirant pour nous, mais ce que je garde comme plus beaux souvenirs de toi sont l'attachement et l'amour que nous avons partagés lorsque j'étais enceinte de toi. Même si je n'ai pas eu la chance de te connaître, je crois que j'ai eu ce beau privilège de pouvoir te porter dans mon ventre. Tu as transformé ma vie et je t'en remercie. Je suis sortie plus forte de cette épreuve et ma façon d'apprécier les choses de la vie sur terre a bien changé aussi. Je crois toujours qu'un jour nous seront réunies. En attendant, je sais que tu veilles sur moi, ton papa et ta petite soeur Alexia. Nous vivons des moments heureux avec ta petite soeur qui est arrivée, comme tu le sais, le 1er décembre dernier. Elle saura qu'elle a une grande soeur au ciel, car nous lui parlerons de toi. Nous nous rappellerons toujours du 4 mars dernier où nous t'avons entendue dans le moniteur lui faire des coucous dans son lit au milieu de la nuit et Alexia qui répondait en ricannant. C'est à cet instant que j'ai su que tu veillais aussi sur elle. Merci pour ce beau cadeau!




Que Dieu te bénisse encore ma belle Angélique et sache que tu auras toujours ta place dans nos coeurs!

Bon 2e anniversaire ma grande!

Ta maman qui t'aime,

Manon xx
Revenir en haut Aller en bas
isableu0

isableu0


Nombre de messages : 2013
Age : 45
Localisation : france, ROUEN
Je suis : Maman de
Ange(s) : Jordan
Décédé(e) à : 15 sem (17 et demi dans mon ventre
Le : 04/05/2008
Date d'inscription : 10/01/2009

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeLun 20 Avr - 4:55

Ne t'excuse pas pour la grandeur de ton témoignage car je sais que le faite de l'écrire ,de le partager te soulage
et c'est le principal
je suis émue par ton histoire ,tout ces détails , toutes ces preuves d'amour aussi
je sais que maintenant tu as la chance d'avoir une autre petite fille , je sais aussi que jamais tu n'oublira cette épreuve et ta petite puce mais tu as appris à vivre avec en paix
j'espère faire de même un jour ....

ISABELLE maman de Jordan Ange ,et de Cloé et Alicia
Revenir en haut Aller en bas
Isys31

Isys31


Nombre de messages : 91
Localisation : St-Georges de Beauce, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Angélique
Décédé(e) à : 21 semaines de grossesse
Le : 18/04/2007
Date d'inscription : 11/12/2008

Ma fille Angélique Empty
MessageSujet: Re: Ma fille Angélique   Ma fille Angélique Icon_minitimeVen 8 Avr - 10:48

Je remonte mon témoignage pour vous Karine et Vincent.
J'espère que tout se passera bien lundi.
Je vais prier Angélique pour qu'elle vous accompagne dans cette épreuve et afin qu'elle soit là pour accueillir son cousin au ciel.
Sincèrement,
Manon xx
Revenir en haut Aller en bas
 
Ma fille Angélique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon angélique
» Le 2e anniversaire d'Angélique
» L'histoire de mes 2 petites fées....Delphine et Angélique
» Ma Petite fille adorée
» pour vos bébés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: