Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
 

 Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Invité
Invité




Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Empty
MessageSujet: Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier   Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Icon_minitimeJeu 16 Sep - 12:24

Mon cher petit Olivier, tu aurais aujourd'hui un an et des poussières et tu me manques terriblement. J’ai choisi aujourd’hui de te raconter ton histoire.

J'ai su que j'étais enceinte de toi pendant un voyage dans le sud le 24 décembre. Ton papa et moi avions immortalisé ce moment en prenant l'empreinte de nos pieds dans le sable avec la date. Papa était très ému de cette nouvelle et il l'a bien arrosé au rhum distribué gratuitement pendant notre excursion sur une île déserte. C'était le plus beau jour de ma vie et je le vivais dans un endroit paradisiaque.
Chaque fois que je revois les photos de ce voyage, je pense à toi. La douleur s'est estompée avec le temps mais tu es toujours aussi présent dans mon coeur. Étant diabétique j'étais suivi de prêt pendant ma grossesse. Les deux premières échographies ne laissaient suspecter aucun problème. La grossesse se déroulait bien. Papa et maman avait hâte de te sentir bouger. Lors de l'échographie de 20 semaines nous étions excités de connaître ton sexe. La technicienne nous a annoncé que tu étais un petit homme mais elle ne disait pas autre chose. Nous la trouvions bien silencieuse. Après l’échographie on nous a demandé d’aller attendre dans le bureau de la gynécologue. Elle nous a expliqué que tu avais une maladie qui touchait tes os. Que ta cage thoracique ne serait jamais assez grande pour que tes poumons arrivent à maturité. Tu avais de touts petits bras et de toutes petites jambes. Ce fut la pire journée de ma vie, je devais choisir entre interrompre la grossesse ou continuer la grossesse jusqu’à ce que tu meurs. Pour t’éviter les souffrances liées à l’insuffisance pulmonaire que tu subirais, papa et moi avons choisi d’interrompre la grossesse. On m’a fait une amniosynthèse afin d’identifier la maladie dont tu souffrais, on a rencontré un généticien et on m’a donné un rendez-vous deux jours plus tard pour l’accouchement. Ce fut les deux jours les plus lourds de toute ma vie. Jamais je n’avais autant pleuré. Te savoir vivant dans mon ventre tout en sachant que j’allais mettre fin à ta vie dans si peu de temps. Aucun mot de peu décrire à quel point j’aurais voulu prendre ta place pour te laisser vivre. Tous les gens qui s’avaient à quel point tu avais été désiré nous ont témoigné beaucoup d’amour et nous ont envoyés du courage.

La journée de ta naissance fut aussi la journée de ta mort. Le 17 avril 2009 à 6h le matin après presque 24h de travail tu te présentais à nous avec toutes tes imperfections. Tu étais pourtant tellement parfait à nos yeux !!! J’ai même eu peur que les médecins ce soit trompés. Nous t’avons gardé prêt de nous pendant 6 heures. Tes grands parents et certains membres de ta famille sont venus nous accompagner pour une pastorale afin de te dire adieu. Lorsque l’infirmière est venue te chercher pour te peser, j’ai ressenti le plus grand vide que l’on puisse ressentir. Ton petit corps tout froid mais qui dégageait pourtant de la chaleur sur ma poitrine laissait un grand trou dans mon cœur.

Partir de l’hôpital sans toi, arriver à la maison avec le ventre vide et le cœur en sang fut vraiment difficile. Par chance que papa était là pour me comprendre, m’écouter et me prendre dans ses bras. Grand maman est venue passer deux jours avec nous pour nous soutenir mais on avait plutôt envie d’être seul dans notre petit cocon de protection. J’ai dormi avec la doudou dans laquelle on t’avait enveloppé pendant plusieurs semaines et papa avec celle qu’il avait acheté pour toi. Je trouvais tellement pénible de sentir le lait monter dans mes seins sans avoir un bébé à nourrir. J’essayais de me changer les idées mais c’était difficile de penser à autre chose quand tout mon corps se chargeait de me le rappeler à tous les dix minutes.

Pendant les semaines qui ont suivi maman avait de bonnes et de moins bonnes journées, les émotions étaient parfois très intenses et parfois très absentes. Certains jours j'arrivais difficilement à penser à autres chose qu'à mon ventre vide. Pourtant certains jours tout semblait s'être replacé, je me sentais bien et je croyais à tord que tout était revenu comme avant. Nous nous sommes appliqués, ton père et moi à nous aimer et à prendre soin l'un de l'autre. Ton papa était fort et très présent pour moi. Il était réconfortant et savait apaiser ma douleur plus que quiconque. J'espère que je lui ai apporté autant bien-être qu'il m'en apporté.

La vie reprenais tranquillement sont court. Le simple fait de savoir que des gens nous aimaient et pensaient à nous en ces moments difficiles était réconfortant et apaisant. Nous arrivions à nous changer les idées tout en te pleurant comme tu le méritais. Évidemment il est difficile de trouver un sens à ta mort et à ce qui nous est arrivé mais je suis persuadée que le temps nous permettra de mieux comprendre. Nous avons fait l'achat d'une Toile nommé "Après la pluie" que nous avons installée avec une tablette sur laquelle nous avons mis l'Urne contenant tes cendres entouré de quelques chandelles. Nous avons aussi mis tous les souvenirs te concernant dans un joli coffre (Test de grossesse, carte annonçant ton arrivé, le nid d'ange avec lequel ils t'ont habillé à l'hôpital, les bracelets d'hôpital, les photos et les cartes de sympathies ou d'encouragements.) C'est une façon pour nous de se souvenir de toi malgré ton court passage dans nos vies.

Au mois de septembre dernier j’ai su que j’étais enceinte à nouveau. Nous avions choisi d’attendre les résultats de la génétique avant de faire un autre bébé. Je voulais être prête à accueillir un autre enfant, avoir fait mon deuil, etc. Pourtant, un seul soir sans protection et voilà un autre petit être qui grandissait en moi. Je me sentais souvent coupable car j’avais peur que tu te sentes remplacé un peu trop rapidement. Nous avions aussi beaucoup d’angoisse car nous ne savions pas si l’histoire allait se répéter. Tout au long de ma grossesse, je te parlais et te demandais de protéger ce nouvel enfant qui était en moi. Lors de l’échographie de la 16e semaine, nous avons appris que bébé était en santé, que la maladie dont tu souffrais (l’ostéogenèse imparfaite de type II) n’était pas héréditaire. Nous étions évidemment soulagée et très heureux. J’ai beaucoup pensé à toi ce jour là car malgré la joie que je vivais il restait une empreinte de tristesse. Ta petite sœur (Rosalie) est venue au monde le 28 avril 2010 en pleine santé. Le plus beau jour de ma vie et je sais que tu l’as partagé avec moi et papa. Je sais aujourd’hui que Rosalie ne te remplacera jamais. Je l’aime plus que tout au monde mais elle n’est pas toi. Tu as ta place bien à toi dans mon cœur. Lorsque je vois des petits garçons qui ont l’âge que tu devrais avoir aujourd’hui, je pense à toi et je sais que tu es toujours présent dans ma vie, d’une manière bien différente mais présent tout de même. La douleur relié à ton absence est moins présente car le temps l’a estompé mais tu restes toujours au fond de mes pensées à chaque instant.

Ta maman qui t’aime !
Revenir en haut Aller en bas
Perrine




Nombre de messages : 24
Localisation : Aix en Provence
Je suis : Maman de
Ange(s) : Claire
Décédé(e) à : 38+1sa
Le : 24/08/2010
Date d'inscription : 08/09/2010

Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Empty
MessageSujet: Re: Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier   Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Icon_minitimeJeu 16 Sep - 15:08

Bonsoir Genny,

Quelle triste et belle histoire à la fois !
Ton amour pour ton petit Olivier est tellement visible et paisible.
Rosalie a beaucoup de chance de vous avoir comme famille.
Tendres pensées en ce jour si particulier
Perrine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Empty
MessageSujet: Re: Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier   Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Icon_minitimeVen 17 Sep - 12:58

Merci d'avoir pris le temps de m'écrire, tout allait pour le mieux mais depuis une semaine je pense beaucoup à mon peti ange, la souffrance remonte encore après plus d'un an... Par chance j'ai mon petit rayon de soleil pour me remonter le moral. Mon deuil est moins résolu que je le croyait je pense. C'est la raison de mon inscription ici... je pense que de partager tout ça pourra m'aider davantage.

Au plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
mairym

mairym


Nombre de messages : 452
Age : 53
Localisation : Oise
Je suis : Maman de
Ange(s) : Lucas
Décédé(e) à : 26SA
Le : 27/08/2010 à 6 jours de vie.
Date d'inscription : 07/09/2010

Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Empty
MessageSujet: Re: Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier   Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier Icon_minitimeVen 17 Sep - 13:08

Quel histoire emouvant.Ton Olivier va toujours rester dans ton coeur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Tu aurais un an maintenant mon petit Olivier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon petit olivier,mon histoire
» Bon un mois petit Olivier !
» Mon petit homme Olivier
» Mon petit Ange Olivier au paradis
» 3 mois mon petit coeur olivier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: