Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Un réveil brutal à un bonheur si parfait I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
 

 Un réveil brutal à un bonheur si parfait

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
titemaman

titemaman


Nombre de messages : 448
Age : 53
Localisation : Gatineau
Je suis : Maman de
Ange(s) : Roméo
Décédé(e) à : 19 semaines de grossesse
Le : 9 janvier 2009
Date d'inscription : 12/01/2009

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Un réveil brutal à un bonheur si parfait   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeMer 14 Jan - 7:33

[font=Georgia][size=12][size=12]D'une première relation, j'ai eu le bonheur d'acceuillir 4 enfants magnifiques qui sont maintenant devenus des ados. Benjamin a maintenant 18 ans, Jérémie aura 17 ans en mai, Pénéloppe a 15 ans et Christophe aura 13 ans en juin. Aucun problème majeur, toutes mes grossesses ont été parfaites. Après avoir mis au monde Benjamin, j'espérais avoir 6 enfants, mais comme la patience du père était limitée, après Christophe on a convenu que c'était suffisant. Puis, quelques années après la naissance du dernier, je me suis séparée principalement parce que j'en avais marre de me retrouver à protéger les enfants d'un père trop, beaucoup trop autoritaire. Nous avons donc quitté ma ville natale pour s'établir à Rouyn-Noranda afin de pouvoir reprendre mes études. J'en ai arraché durant ces années, mais l'ambiance familiale était tellement plus saine. Aller à l'Université avec 4 enfants et peu de moyens, ça n'a pas été facile pour personne, mais je suis d'autant plus fière de mon diplome de bachelière en travail social.

Un an avant la fin de mes études, j'ai fait la rencontre de Martin, mon amoureux. Je ne pensais pas à ce moment-là qu'il allait occuper une si grande place dans nos vies et que j'aurais envie d'avoir d'autres enfants. Je ne croyais plus que je pourrais aimer un homme avec force, j'étais très méfiante au début. Comme il habitait la région de Gatineau, je me sentais un peu à l'abri. Loin des yeux, loin du coeur que je me disais, alors je l'ai laissé me courtiser. Martin n'avait pas d'enfant et n'avait pas eu de relation sérieuse depuis nombre d'années. Alors que mes 4 enfants, presqu'ados en auraient découragés plus d'un, lui se trouvait chanceux d'avoir hérité d'une famille complète. Ça a été le coup de foudre en quelque sorte, comme s'il était le morceau de puzzle manquant de notre famille. Après un an à se voir à une fréquence d'une à deux fois par mois, les enfants et moi sommes emménagés chez lui à Gatineau. Je venais de terminer mon BAC et je me suis trouvé rapidement un emploi.

Après un an et demi de cohabitation et de petits bonheurs, nous avons parlé d'agrandir la famille. J'avais tellement aimé être enceinte et Martin jouait tellement bien le rôle de papa auprès des enfants que je me voyais mal lui refuser le privilège d'en avoir un de lui. Nous en avons discuter avec les enfants pour connaitre leur opinion à ce sujet et tous étaient ravis. À l'aube de mes 38 ans, en octobre 2007, j'ai donc fait retirer mon stérilet. Un an après, le 5 octobre 2008, alors que nous fêtions les 18 ans de Benjamin, nous avons eu le bonheur d'apprendre que j'étais enceinte. ENFIN!

Tous étaient heureux pour nous et nous étions sur un nuage. Comme je n'ai pas de médecin de famille dans la région, j'ai rapidement fait des recherches pour en trouver un qui puisse effectuer mon suivi de grossesse. Je l'ai vue la première fois à la fin de novembre. Étant donné mon âge, elle m'a offert de passer un prénatest et/ou un amniocentèse. Comme il n'y avait aucun antécédant de maladies quelconque dans nos familles et que l'amnio encours certains risques, nous avons opté pour le prénatest. Une semaine plus tard, nous nous sommes présentés pour l'échographie. Dès le départ, on nous a dit qu'il y avait une bonne et une mauvaise nouvelle. J'étais enceinte de jumeaux, mais l'un des deux n'avait pas vécu au delà de 7 semaines. Toutefois l'autre semblait bien se porter. On a vu ses petites mains, ses doigts. Malgré que nous étions triste d'en avoir perdu un, nous étions émerveillé de voir comment l'autre était vigoureux, il bougrait beaucoup. Tellement que la radiologiste a eu du mal à prendre les mesures de clarté nucale. Bébé avait une clarté nucale à 3.1 mm, limite de la normale qu'on nous a alors dit. Il n'en fallait pas plus pour semer l'inquiétude dans nos esprits.

Nous avions déjà discuté , Martin et moi, bien avant la grossesse, de l'éventualité d'avoir un bébé présentant une anomalie chromosomique étant sonné mon âge. Rationnellement, il nous était impossible de vivre tout ce que celà pouvait comporter comme inquiétude d'avoir un enfant qui serait souvent, voir tout le temps malade, qui présenterait un retard intellectuel, qui serait vulnérable et dépendant. Il était clair qu'advenant une situation semblable, nous ne garderions pas le bébé.

Suite au test de clarté nucale, nous avons demandé une amnio. Ce test nous stressait beaucoup, mais nous avions beaoin d'être rassurés sur la santé de ti-bébé. Nous ne voulions pas savoir si c'était un garçon ou une fille, seulement savoir que tout allait bien. Nous avons donc passé ce test le 19 décembre 2008. Puis Noël et ses vacances sont arrivés à notre plus grand bonheur. J'étais fatiguée. épuisée bien davantage qu'à mes 4 autres grossesses. J'avais besoin de me reposer. Je dormais beaucoup et je faisais de la couture pour bébé. Ma bedaine était toute ronde et je commencais à sentir ti-bébé bouger.

Puis, le 5 janvier dernier, j'ai reçu un coup de fil de mon médecin qui demandait à nous rencontrer. Ça a aussitôt sonné une cloche d'allarme. Elle ne voulait rien me dire au téléphone, elle préférait nous voir. Comme Martin était à mes côtés, j'ai insisté. Elle m'a alors annoncé que les résultats d'amnio démontraient une trisomie 21. Mon monde s'est écroulé! Martin a vu mon visage se dépeindre et tout de suite il a su que quelque chose n'allait pas. Comme si j'étais sur le pilote automatique, j'ai demandé qu'elle fasse les démarches pour interrompre la grossesse le plus tôt possible. Je lui ai aussi demandé si je portais un garçon ou une fille. Elle m'a informé qu'il s'agissait d'un bébé garçon. Elle m'a rapellé 10 minutes plus tard pour me dire que je pouvais me présenter à l'Hôpital jeudi le 8 en après-midi.

À l'annonce de cette nouvelle, Pénéloppe et Christophe étaient en larmes. Comme moi d'ailleurs! Martin semblait sous le choc. J'avais l'impression de vivre un cauchemare, que j'allais me réveiller. Après l'annonce de cette nouvelle, je suis tout de même allé travailler. Tout le monde en voyant mon ptit bedon rond, après 2 semaines de vacances, demandait des nouvelles de ma grossesse, chaque fois celà provoquait un déluge de larmes. De voir mon ventre, de sentir ti-bébé bouger c'était atroce. De penser que la fin était proche c'était insoutenablement cruel. J'ai appelé ma mère, mon père pour leur annoncer ma triste nouvelle. Martin a fait la même chose. J'ai aussi mis nos amis au courant, mais par courriel parce que de le dire, c'était trop dur.
[size=9]



Jeudi le 8 en après-midi, toujours sur le pilote automatique, je me suis rendue à l'Hôpital. On m'a donné des médicaments « Cytotec » à prendre toutes les quatre heures afin de provoquer la dilatation du col, on m'a encouragé à donner un nom à ti-bébé. Comme il faut parfois des jours pour y parvenir, à ma demande, j'ai pu retourner chez moi. Nous avons préparer nos grands à ce qui allait suivre, nous avons convenu que ti-bébé s'appellerait Roméo. Nous avons pris un bain, j'ai encore pleuré un bon coup dans les bras de mon chum et nous nous sommes couchés tôt. Je sentais déjà que ça travaillait dans mon ventre. Vers 3h20 du matin, nous sommes retourné à l'Hôpital parce que les douleurs étaient fortes. Martin ne m'a pas quitté une seule seconde et le personnel de l'Hôpital était vraiment compatissant, respectueux et sensible à notre tragédie. Aucun jugement de leur part, bien au contraire. Dès mon arrivée j'ai demandé qu'on me fasse une épidurale. L'anestésiste a aussitôt été contacté, mais il n'a pas eu le temps de se rendre puisque les eaux ont crevées et notre petit Roméo est arrivé à 3h45 am le 9 juillet, à 19 semaines de grossesse. À peine 1/2 lb. mais déjà parfaitement formé. Il semblait paisible et a vécu durant un peu plus d'une heure. Nous l'avons eu près de nous durant deux heures, nous nous sommes émerveillés devant ses traits, le nez de maman et la bouche de papa. Aucun signe de maladie n'était apparent. Il semblait parfait. Nous l'avons cajolé, bécotté, lui avons fait nos adieux et l'avons confié à ma grand-mère pour qu'elle prenne la relève et s'en occupe. Le moment le plus difficile aura sans aucun doute été de le remettre à l'infirmière avant notre départ. C’est définitivement éprouvant de quitter l’Hôpital sans rien dans le ventre et rien dans les bras après avoir passé des mois à orienter nos pensées et nos actions en fonction de ce petit être en devenir. On nous a remis une boite souvenir avec ses empruntes et sa petite pince à nombril, puis nous sommes revenus à la maison à 6h30 pour rassurer les grands et leurs présenter leur petit frère en photos.


Je recontre mon médecin aujourd'hui. Je sais déjà que mon corps récupère très bien de cette épreuve. C'est mon coeur de maman qui est en souffrance. Je me suis rendue compte que je souhaitais ce bébé autant pour moi que pour mon chum. Nous espérons toujours pouvoir accueillir un bébé en pleine santé prochainement, nous rêvons même de jumeaux, mais non sans crainte, je l'avoue. [i]J'espère ne plus jamais avoir à revivre une telle douleur. Je trouve la vie bien injuste. La Dre nous a pourtant assurée qu'il s'agissait d'une mal chance et que les risques de concevoir à nouveau un enfant trisomique n'avait pas augmentés. Nous ferons donc confiance à la vie, mais je souhaite tout de même prendre plus d’information à ce sujet avant de planifier une nouvelle grossesse.[/font]

Il y a seulement 5 jours que j'ai perdu mon ptit Roméo. Je regarde sa photo chaque jour, il me manque tellement. J'ai pris la semaine off, histoire de me reposer. Je pense que je cherche aussi à ne voir personne. La présence de mes ados et de mon chum à mes côtés me font du bien. J'ai peur toutefois qu'ils se lassent de me voir pleurer à tout moment. J'ai hâte de pouvoir en parler sans pleurer, mais pour l'instant j'en suis incapable. Ça fait trop mal. Je me dis que ma douleur s'estompera avec le temps...

Titemaman de 4 ados merveilleux et mamange de ti-bébé Roméo
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
SuperMaman

SuperMaman


Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 13/01/2009

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Re: Un réveil brutal à un bonheur si parfait   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeMer 14 Jan - 8:32

Bonjour Titemaman, tu es vraiment courageuse de venir sur le forum parler déjà de la perte de ton Ange. Est-ce que c'est possible pour toi d'avoir un congé de maladie. Je peut te dire que c'est normal de ne pas vouloir voir personne ta peine est tellement intense et je comprend. Moi je suis en arrêt de travail maladie depuis deux mois. Courage ne baisse pas les bras et je sait que c'est très difficile. Bisou

SuperMaman
Revenir en haut Aller en bas
Gwen




Nombre de messages : 85
Localisation : Charny
Je suis : Maman de
Ange(s) : Frédérique (...et 5 petits anges partis avant elle...)
Décédé(e) à : 5 mois
Le : 19 décembre 2008
Date d'inscription : 08/01/2009

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Re: Un réveil brutal à un bonheur si parfait   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeMer 14 Jan - 9:59

Bonjour Maman de Roméo,
je te trouve tellement courageuse d'être capable de venir raconter ta peine et sans aucun doute, tu prends le bon chemin, car ici tu auras toujours quelqu'un pour t'encourager... c'est tellement normal de pleurer et je crois que chaque fois que tu pleures, c'est un moreau de ton deuil qui part pour mieux le vivre. Connais tu la ligne de soutien au deuil périnatal ? c'est aussi merveilleux, car tu peux en parler aussi souvent que tu veux avec les femmes bénévoles, et elles donnent de bonnes pistes de réflexion. je viens de perdre mon bébé au même nombre de semaines que toi. tu as raison, le moment le + déchirant est sans aucun doute lorsqu'on redonne notre enfant à l'infirmière et qu'on sait qu,on ne pourra plus jamais le prendre dans nos bras. Mais heureusement, les photos, ses souvenirs, toutes ces petites choses font en sorte que notre bébé demeure bien à nous et dans notre coeur et ces souvenirs font du bien. Peux tu prendre un peu de congé, c'est si difficile de retourner au travail et de voir les gens vivre comme si de rien n'était alors qu'on est en deuil d'un enfant... Dans mon cas, J,ai pris 2 mois de congé et je me fais du bien pendant ces mois là, surtout, je fais mon deuil doucement. Je te comprends de prendre des renseignements sur la trisomie pour une future grossesse, notre vie est faite de ce qu'on a vécu et comme tu viens de vivre cela, et bien, tu as envie d'en savoir + long, ça t'inquiète davantage même si comme le dit l'infirmière il n'y a pas + de chances que ça ré-arrive qu'à n'importe qui d'autre, mais je crois que lorsqu'on vit un drame comme ça, on ne peut faire autrement qu'avoir envie de creuser le sujet pour en savoir davantage. Tu sembles avoir un amoureux et des enfants extras avec toi, et cela va t'aider à revoir la lumière au bout du tunnel,je compatis beaucoup beaucoup à ta peine et l'histoire de ton petit Roméo m'a émue, Gwen
Revenir en haut Aller en bas
titemaman

titemaman


Nombre de messages : 448
Age : 53
Localisation : Gatineau
Je suis : Maman de
Ange(s) : Roméo
Décédé(e) à : 19 semaines de grossesse
Le : 9 janvier 2009
Date d'inscription : 12/01/2009

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Merci !   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeJeu 15 Jan - 7:06

Merci Supermaman et Gwen pour vos paroles bienfaisantes.

Je suis allé voir mon médecin hier. Elle voulait savoir comment j'allais. Martin est venu avec moi, il savait que j'aurais du mal à en parler sans que ça ne remue mes émotions. Je lui ai donné la permission de parler à ma place quand il verrait que j'en étais incapable puisqu'il était auprès de moi tout le temps durant cette épreuve. Heureusement qu'il était là parce que d'en parler c'est vraiment trop dur! Je dis trois mots, je pleure 2 minutes...

Le médecin nous a dit qu'elle nous sentait très proches et que ça aiderait surement à passer au travers. Elle semblait même nous envier. Elle nous a rassuré encore une fois sur les risques advenant une nouvelle grossesse. Elle a dit avoir vu pleins de couples ayant eu un diagnostic de T21 pour une première grossesse et avoir des grossesses subséquentes qui se passaient bien. Elle m'a aussi encouragée à prendre un mois de congé parce que travaillant en relation d'aide, dans l'état où je me trouve, je ne suis pas en état d'aider quiconque. J'ai finalement acceptée, au grand bonheur de Martin qui ne me voyait pas du tout retourner au travail dans l'immédiat. Elle m'a dit que si j'avais besoin de plus de temps, de lui téléphoner, qu'elle m'arrangerait ça. Elle m,a dit qu'un deuil comme celui là pouvait prendre jusqu'à un an!!! Rolling Eyes Je trouve ça bien long. J'ai tellement hâte d'aller mieux, de pouvoir reassasser mes souvenirs sans que ça me jette par terre... Je ne sais pas si c'est fréquent, mais j'ai hâte d'être enceinte de nouveau. Pas que je veuille remplacer ti-bébé Roméo, mais me semble que ça adoucierait ma peine. D'un autre côté, je me dis que si je devais revivre une expérience semblable, ça serait trop à supporter...

De venir sur ce site, de lire les témoignages, vos réponses et de pouvoir m'exprimer, ça m'aide à ne pas me sentir seule dans cette tragédie. Ça fait beaucoup de bien. Ça normalise ce que je vis.

Je ne connais pas la ligne de soutien au deuil périnatal, qu'est-ce que c'est au juste? Comment y avoir accès?

Merci les filles!

Titemaman de 4 ados merveilleux et mamange de ti-bébé Roméo
xxxxxx
Revenir en haut Aller en bas
SuperMaman

SuperMaman


Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 13/01/2009

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Re: Un réveil brutal à un bonheur si parfait   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeJeu 15 Jan - 7:46

Bonjour Titemaman, tu fais bien de prendre un congé pour ton travail parce que avant il faut que tu soit bien dans ta peau pour pouvoir faire une autre chose. Si tu as besoin de plus longtemps et bien prend le. C'est tout a fait normal que ton désir d'être a nouveau enceinte. Moi pendant la période des fêtes nous étions supposer monter les meubles du bébé et j'ai pleurer.

Une bonne nouvelle au moins si tu es a nouveau enceinte les chances d'une T21 est moins risquer. Je te souhaite bonne chance dans tes démarches. J'ai oublier de te dire que pour les rencontres tu peut t'informer a ton CLSC ou a l'hôpital.

Bisou
SuperMaman
Revenir en haut Aller en bas
adammonange

adammonange


Nombre de messages : 1992
Age : 52
Localisation : Rivière-du-Loup (Québec)
Je suis : Maman de
Ange(s) : Adam et 6 poussières d'ange
Décédé(e) à : 22 sem (IMG), 6 sem (fc), 3 sem (fc), 4sem (fc), 5 sem (fc)
Le : 19/07/2007, 25/10/2007, 20/11/2007, 1/09/2008, 7/01/2010
Date d'inscription : 03/12/2008

Un réveil brutal à un bonheur si parfait Empty
MessageSujet: Re: Un réveil brutal à un bonheur si parfait   Un réveil brutal à un bonheur si parfait Icon_minitimeJeu 15 Jan - 12:11

Bonjour titemaman, ton histoire ressemble drolement à la mienne. J'ai 38 ans. J'ai 3 enfants né d'une union précédente. Nicolas (19 ans), Cynthia (14 ans), Jayson (10 ans) et un ange Adam, né le 19 juillet 2007 suite à une IMG à cause de malformations cardiaques inopérables. Avant d'avoir Adam, mon conjoint lui non plus n'avais pas d'enfants. Il a toujours pris soin de mes enfants comme si c'était leur père. Moi aussi je souhaitais donner un enfant en santé autant à son père qu'a moi meme car il est un homme parfait. Il M'a toujours appuyer et soutenu tout au long de mon deuil.

Je voulais tout de suite retomber enceinte même si j'avais peur mais le sort en a décider autrement. Il a fallu que j'attende 17 mois avant de voir apparaitre mon + sur un test de grossesse. J'ai maintenant 4 semaines de fait et je suis confiante que tout ira bien.

Pour diminuer les risques de t21, prend-tu de l'acide folique? Moi j'en prend 5 mg par jour et ça depuis maintenant 2 ans. Ça aide pour diminuer les risques de trisomie, de spina-bifida et de malformation de la colonne vertébral et du cerveau du bébé. Parles-en à ton médecin si jamais tu n'en prend pas, c'est très important. J'ai commencer à en prendre 3 mois avant de tomber enceinte de Adam et il faut continuer les 3 premiers mois de la grossesse. Moi j'en ai pris sans arrêter donc depuis + de 2 ans.

Je te fais un énorme calin et si tu veux, tu peux toujours me contacter. Ça me fera plaisir de communiquer avec toi si tu as des question.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un réveil brutal à un bonheur si parfait
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil brutal!!!
» Un départ brutal après 4 mois de bonheur intense...
» Notre fils Loïc...tellement parfait
» réveil difficile !
» un bébé parfait!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: