DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 À toi mon Fils Elyo #19.10.2018

Aller en bas 
AuteurMessage
MaDyEl



Nombre de messages : 1
Localisation : Nantes
Je suis : Maman de
Ange(s) : Elyo
Décédé(e) à : 35 SG
Le : 19/10/2018
Date d'inscription : 04/12/2018

MessageSujet: À toi mon Fils Elyo #19.10.2018   Mar 4 Déc - 8:39


Bonjour à toutes les Mamanges, les Papanges, à tous les Paranges.
Je m’appelle Manon, j’ai 28 ans et je suis Mamange depuis le 19 octobre 2018 à 00h04. Je suis nouvelle sur le forum et c’est la première fois que je m’inscrit sur un forum.

Mon histoire est semblable à beaucoup d’autres, je suis tombée enceinte le 25 février 2018, un petit coup du destin car avec mon conjoint on parlait enfant mais on n’osait pas vraiment se lancer. Et puis cette belle surprise s'est glissée sous le nombril, un vrai bonheur.
J’ai eu une grossesse extraordinaire, tout a été parfait, j’ai été très peu malade (seulement 1 petit mois dans le début, les fameuses nausées ), mes prises de sang étaient bonnes, les échos se passaient super bien. Bébé grandissait de jour en jour et tout était parfait.
Le 8 octobre 2018 a été la dernière fois que j’ai pu voir mon bébé vivant, j’ai encore cette vidéo de l’échographie, où on peut le voir bâiller à pleine mâchoire et gigoter dans tous les sens, et puis surtout voire ce petit coeur qui bat. Quel son magnifique, hein vous n’êtes pas d’accord ?

Dans la nuit du 14 au 15 octobre une douleur m'a réveillé, je ne me suis pas inquiété car j’étais à 35 semaines, et parfois certains mouvements du bébé se font sentir plus fortement que d’autres.
Le lundi 15 octobre (journée national du deuil périnatal, est-ce un signe, me direz-vous ?), j’ai eu une matinée bien chargée, comme on fait construire notre maison, il fallait que l’on fasse quelques magasins pour faire des devis pour les sols, les peintures, etc.
Au déjeuner, je me rend compte que mon bébé n’a toujours pas bougé et cela m’interpelle. On me rassure en me disant que le bébé doit avoir moins de places et qu’il doit certainement dormir (Vous avez certainement vous aussi toutes entendu cette phrase).
Mais trop tard l’inquiétude commence à me guetter.
Le soir dans mon lit toujours rien pas un seul mouvement, je stresse, j’angoisse, et je finis par m’endormir en me disant que ça doit être moi, avec mes inquiétudes je dois bloquer le bébé.
Ce qu’il faut aussi savoir c’est que ma belle-mère, la mère de mon conjoint, m’avaient dit quelques mois plus tôt, qu’elle avait perdu une petite fille in utero, il y avait 30 ans de cela, une malformation cardiaque à 37 semaines de grossesse, bien entendu nous avons bien regarder avec ma gynécologue que le coeur ne présentais aucune malformation, mais je crois que de le savoir, c’était resté dans ma tête tout au long de ma grossesse.

Le mardi 16 octobre, l’angoisse au réveil est encore plus grande, je sens bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas, je décide donc d’appeler les urgences maternité et de leurs expliqué, une sage-femme me répond et me dit de venir en début d’après-midi.
Arrivée à la clinique, je retombe sur la même sage-femme que j’ai eue au téléphone, qui Li sur mon visage, la panique, et l’angoisse de ne pas sentir mon bébé bouger, lui qui bougeait tellement souvent. Elle tente de me rassurer en me disant que souvent qu’en on arrive à la maternité, les bébés se mettent à bien bouger, et que c’est l’effet magique de la maternité.

Elle m’installe dans la salle de consultation, après 5 bonnes et longues minutes, à chercher les coeurs du bébé, elle me dit qu’elle va essayer de voir à l’échographie, car le bébé a l’air d’etre déjà bien bas et engagé et que parfois le monitoring ne capte pas bien, elle regarde a l’échographie, mais rien ne se passe, je commence à voir qu’elle s’inquiète mais qu’elle n’ose pas me le dire. Elle décide d’aller chercher la gynécologue, qui arriva très rapidement d’ailleurs. Je crois que c’est a ce moment la que j’ai commencé a comprendre qu’un drame était en train de se produire.
La gynécologue regarde, ne parle pas, s’arrête, et me dit : « Malheureusement, madame j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer, le coeur du bébé ne bat plus … ».
Je meurs.
Ce jour là, je suis morte à l’intérieur.
J’ai appelé mon conjoint, qui travaillait pour lui dire de venir de toute urgence. Il s’est effondré au téléphone. Lui aussi avait compris.

Je ne ressentais plus rien, j’étais vide.
Le Choc, je ne crie même pas, je pleure, mais je sens bien que je ne suis plus moi-même et puis là d’un coup je me rends compte que je ne serais plus jamais la même… Je suis morte, mais je vais devoir continué a vivre.

Ensuite vous savez bien, on vous explique ce qui va se passer, les médicaments, le retour chez vous, avec votre bébé mort dans votre ventre, le retour à la clinique après 48 h pour déclencher l’accouchement, les douleurs pour ne rien avoir au final, tous vos espoirs envolés, plus rien le vide.

J’avais une trouille de l’accouchement, je pensais que je n’y arriverai jamais, mais j’ai eu un bel accouchement malgré tout ce drame qui l’a entouré. Je suis fière d’être allé au bout de cette grossesse en m’étant au monde mon enfant, et même si mon enfant est sans vie.
Le plus dur, c’est tout ce silence qui règne après la fameuse délivrance, pas de crie, ni de pleur, rien pas un bruit.

J’ai eu un beau petit garçon que l’on a prénommé Elyo, il faisait 2 kg950 à 5 semaines du terme.
j’attends encore les résultats de l’autopsie, si celle-ci révèle quelque chose.
Je ne suis pas en colère, je suis triste, triste d’avoir perdu mon fils, mon petit garçon, mon premier bébé.
Cela va faire bientôt deux mois.
J’ai peur de l’avenir, c’est vrai, mais j’y crois fort aussi.
Nous avons envie avec mon conjoint de vite pouvoir donner un petit frère ou une petite soeur à Elyo, nous attendons le feux vert de la gynécologue.

Il y’a des jours ou tout parait insurmontable, le manque est trop fort, et puis il y a tous les autres jours.

Les équipes présente ce jours la on été vraiment top, ils ont eu les bon mots, les bons gestes.
J’ai aussi beaucoup de chance d’être très bien entourée, et c’est aussi une force dans ces moment plus que terrible et je crois que c’est eux qui me donne tout mon courage.

Voilà mon histoire, celle de ma petite étoile dans le ciel, de mon ange parti trop tôt, que rien ne pourra jamais remplacer, d’un amour inconditionnel pour un petit être que la mort nous a arraché trop vite. Mon fils. Ma vie.

Je suis sur que ce forum va me faire du bien et vas beaucoup m’aider, et j’espère que mon histoire, va pouvoir aussi aider d’autres Paranges.

Je pense à vous toutes, à vos petits anges, et petites étoiles qui brillent dans le ciel <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mahéa



Nombre de messages : 132
Localisation : Reims
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mahé et Théa
Décédé(e) à : 33 sa suite à une img ( trisomie 9) et
39 sa ( mfiu) cause cordon enroulé dans les pieds qui a stoppé les échanges

Le : 18/05/2016
26/09/2017
Date d'inscription : 18/10/2017

MessageSujet: Re: À toi mon Fils Elyo #19.10.2018   Mer 5 Déc - 12:17

Madyel… pfff tu m'as mis les larmes aux yeux… peut etre aussi que c'est parce que je me suis tellement vue à ta place, il y a un peu plus d'un an

J'ai vécu la même chose, mais malheureusement c'était un bébé espoir, nous avions déjà perdu un enfant l'année précédante, mais suite à une img cette fois

Tout ce que tu décris, je l'ai aussi encaissé, à 39 sa, l'annonce, l'horreur qui déboule d'on ne sait où.

Ton fils sera toujours présent dans ton cœur, il fait partie de votre histoire, et tu verras que les mois qui défileront t'aideront à apprivoiser son absence.

Cela prend du temps, et chaque deuil est différent ( même pour une seule personne, crois en mon "expérience" ) , va a ton rythme et ne t'occupe pas des autres. 

Viens nous parler d'Elyo dès que tu en as envie, j'ai compris que l'entourage c'est important, mais que les personnes qui ont aussi vécu un deuil semblables ont souvent les bons mots…

Pensée à ton petit garçon et gros bisous a toi et à ton conjoint
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audreyyy



Nombre de messages : 469
Localisation : Belgique
Je suis : Maman de
Ange(s) : Maxence
Décédé(e) à : 15semaines de grossesse
Le : 11/05/2017




Date d'inscription : 15/05/2017

MessageSujet: Re: À toi mon Fils Elyo #19.10.2018   Jeu 6 Déc - 6:08

J'espère qu'au sein de ta famille, tu trouveras l'écoute et le soutien qui m'a cruellement manqué en mai 2017. 
Tout comme toi, dans les semaines qui ont suivi, je souhaitais ardemment retomber enceinte puis finalement, je ne voulais plus du tout. Je ne supportais même plus que mon compagnon me touche. On a fait beaucoup de test génétique qui n'ont rien révélé et alors que l'on me téléphonait pour m'annoncer que toutes nos analyses génétiques étaient normales, j'apprenais (ce même jour) que j'étais enceinte. Une belle surprise 9 mois après le départ de notre petit Maxence. 

Mes mots ne suffiront pas à apaiser ta tristesse mais je te souhaite de pouvoir accueillir un jour un bébé en pleine santé. Ce parcours sera jalonné d'angoisse (je viens de le vivre et j'ai mis au monde Nino le 02 octobre 18, en pleine santé même si petit poids) et depuis, mon monde s'est éclairé à nouveau. 
Tu n'oublieras jamais Elyo, tu apprendras juste à vivre avec ce souvenir et un jour, tu parleras de lui et de tout l'amour que tu éprouvais à tes autres enfants. Je te le souhaite ardemment. 
Continuez à vous aimer et à vous soutenir avec ton conjoint… c'est la force du couple qui rend le quotidien plus facile à surmonter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maman d'Aurore



Nombre de messages : 1
Localisation : Finistère
Je suis : Maman de
Ange(s) : Aurore
Décédé(e) à : 39 SA
Le : 14/10/2018
Date d'inscription : 07/12/2018

MessageSujet: Re: À toi mon Fils Elyo #19.10.2018   Sam 8 Déc - 2:47

Bonjour Maman d'Elyo,

Tout d'abord, j'adresse une pensée émue à ton petit Ange. Je sais à quel point il te manque à chaque instant, et qu'il manquera toujours à ta vie.

Je vais avoir 30 ans dans moins d'un mois et je suis mamange comme toi, depuis le 14 octobre 2018 à 16h26. Mon premier bébé, ma petite fille, mon petit trésor Aurore.

Je n'ai pas encore eu le courage d'écrire son histoire mais je le ferai un jour. En lisant ton histoire, j'ai eu envie de te répondre (1ère inscription sur un forum pour moi également).

Comme toi, une grossesse idyllique, toujours en forme, je suis restée active jusqu'à mon congés maternité.

C'était une grossesse très désirée, après un beau mariage, l'envie de fonder une famille est devenu notre principal projet à mon mari et à moi. Une fausse-couche lors de ma première grossesse à 6 SA, je me remet vite, je ne m'avoue pas vaincue, c'est très courant.

Je tombe enceinte le 27 janvier 2018. J'ai aimé mon bébé dès ce jour là, et comme toi je me suis émerveillée à chaque échographie, à chaque étape (1ères bulles, 1er coups, les achats, la réalisation de sa chambre, ses moments de bonheur avec son papa, les cours de préparation à la naissance…)

Etant de nature très active, j'ai eu peur d'accoucher prématurément. Une fois sortie de la prématurité, j'ai crié victoire. Que pouvait-il nous arriver?

Contrairement à toi, je n'ai absolument jamais entendu parler de mort in utero. On nous parle de la mort subite du nourrisson, mais pas de la mort in utero d'un bébé en bonne santé.

Ma visite du 9ème mois s'est très bien passée, vous n'avez plus qu'à attendre bébé. Chaque journée me rapprochait un peu plus d'elle, je n'avais pas de raison d'en douter. J'étais à 39 SA, et comme toi je trouvais que mon bébé bougeait moins. J'ai entendu les mêmes phrases que toi. Mais comme j'étais toujours inquiète, j'écoutais son petit cœur à l'aide d'un écoute bébé. Il battait normalement, les autres ont raison. Et puis à 9 mois, toutes les mamans autour de moi sont reparties avec leur bébé, alors pas d'inquiétudes.

Le 12 octobre à midi, je n'entends pas son cœur. J'appelle mon mari pour qu'il rentre du boulot. Nous partons aux urgences. La sage-femme nous accueille et nous fait tout de suite une échographie. Elle m'indique que la tête est bien en bas, elle est déjà prête. Je lui dit que je sais tout ça, je lui demande si elle voit le cœur. Elle me dit que "c'est flou", qu'elle ne sait faire que les simples échographies, qu'elle va chercher un appareil plus sophistiqué, qu'elle va chercher le docteur. J'ai tout compris. Je pleure déjà. Mon mari me dit de me calmer car il faut attendre le médecin. Le gynécologue qui s'installe, en 30 sec, lève les yeux vers mon mari, et fait non de la tête. Là il s'effondre en criant: Oh non! Je n'oublierai jamais cet instant. Ma vie s'est effondrée ce jour là et comme toi je suis morte à l'intérieure.

J'ai vécu les mêmes moments que toi, l'explication du déclenchement, le retour à la maison en sachant que mon bébé était mort (un des plus "terribles" moments pour moi), refaire une valise de maternité plus allégée, le départ de la maison en sachant qu'on ne reviendrait pas avec elle, le déclenchement, les contractions, l'envie d'offrir à ma fille le plus doux accouchement possible, la péridurale, le moment de pousser et enfin la rencontre avec notre petit trésor de 2kg9. Ces moments passés avec elle sont les plus heureux depuis ce 12 octobre, car elle était près de moi.

Comme toi, cela va faire bientôt 2 mois. Nous avons basculé dans un autre univers, un univers dont on ne voulait pas. Nous nous étions préparés à vivre les plus beaux moments de notre vie, c'était enfin notre tour, et nous avons basculé dans l'horreur de façon brutale et inattendue.

Nous avons rendez-vous demain avec le gynécologue, nous verrons ce qu'il a à nous dire. Mais rien à l'accouchement, ni aux échographies ne permet d'expliquer son décès. La seule chose que nous avons appris, c'est qu'on a retrouvé son sang dans le mien avec un terme nouveau pour nous: l'hémorragie foeto-maternelle. Quelque chose de rare apparemment qu'on n'explique pas lorsque la maman n'a pas eu de choc, d'accident de voiture. Nous venons tout juste d'avoir les résultats de l'autopsie: rien. Ma fille était en parfaite santé et l'analyse du placenta n'a rien révélé non plus.

Comme toi nous avons été très bien entourés le jour de la naissance d'Aurore et nous sommes reconnaissant envers ces personnes. Je n'ai pas été traumatisée par mon accouchement et cela grâce à eux.

Si tu as envie de discuter, n'hésites pas. J'ai rompu mon congés maternité et repris le travail ce mois-ci. Je ne supportais pas mon congés maternité sans ma petite fille et je savais que malheureusement, j'étais plus utile au travail qu'à la maison.

As-tu une idée de la période à laquelle vous aurez les résultats de l'autopsie?

Je te souhaite plein de courage et adresse plein de bisous à ton ange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À toi mon Fils Elyo #19.10.2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
À toi mon Fils Elyo #19.10.2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: