DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Journal pour Philippe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Mar 4 Oct - 22:08

Et pour combler le tout, mon cycle m'a fait chier toute la journée en me donnant de faux espoirs. Quand j'ai écrit hier, j'avais vu une mini tache rose. Je pensais que c'était commencé. Puis, plus rien. Toute la journée d'aujourd'hui, rien. Je commençais à me dire que c'était peut-être pas ça finalement, c'était la nidification ou je sais pas. Pour terminer la journée en beauté, je reçois une autre claque dans face, les règles qui semblent vouloir commencer. C'est juste ce soir, tard, que c'est parti pour vrai. C'est quoi l'idée? D'habitude, ça commence plus vite. Voilà, fait chier encore. Colère, tristesse, incompréhension.



Je vais rappeler MC. J'étais censée lui reparler seulement au mois de novembre, mais je ne tiendrai pas jusque là. Je veux qu'elle m'aide à décrocher, à lâcher prise là-dessus. Je suis rendue bonne pour décrocher quand c'est la peine pour Philippe qui arrive. Je la connais cette peine, je peux l'évacuer efficacement. Je la vie et ça va mieux après. Cette peine-ci, c'est différent. Je n'ai pas envie de vivre ce down chaque mois. Je pense qu'elle saura encore une fois trouver les bons mots...



Et dans mon cours de sculpture ce soir, on ne faisait que parler du corps. Le prochain TP, c'est sur une représentation du corps. On parlait de la féminité, de la fécondité. Ça me mettait en maudit! Pas envie de représenter le corps. Me fait chier le corps présentement parce qu'il ne fonctionne pas comme c'est supposé. Je pense que c'est ce qui a tourné le fer dans la plaie. Les écoutilles se sont ouvertes sur le chemin du retour. Elles sont vraiment difficiles à refermer ce soir... je vais me coucher toute congestionnée!



Je te laisse pour ce soir je pense...



À plus



Philippe, mon amour, je pense que je vais t'emprunter ta doudou ce soir. Maman en a besoin, elle a envie de dormir en te collant un peu. Je t'aime mon loulou. -xx-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Lun 9 Jan - 21:21

Le 9 janvier, nous sommes déjà rendus là. Déjà plusieurs mois que je n'ai pas écrit. À la suite d'une suggestion de ma TS, j'ai pris du recule face au forum. Je pense que ça m'a fait du bien. En fait, c'était le début d'un long chemin pour me rendre où j'en suis. J'ai essayé de retourner au travail, de faire comme si tout allait quand même bien. Après tout, 6 mois avaient passés, j'étais censée aller mieux non? Alors retour au boulot, je vie du stress. Mais c'est normal, c'est stressant la vie de prof. Les contrôles, les parents, les bulletins, les rencontres... Je me suis fait entraîner dans la routine. Avec le retour à ce que je pensais être la vie normale, j'ai senti que je devais reprendre les essais. Comme je l'ai déjà écrit, je pensais bien que ça fonctionnerait rapidement. Mais voilà que la vie me joue des tours, encore une fois. Un mois, deux mois, trois mois... quatre mois, toujours rien. Chaque mois, c'était de plus en plus dur, même si j'étais convaincue que j'allais de mieux en mieux. Je me disais: "le prochain mois, ce ne sera pas aussi difficile, puisque je sais ce que c'est quand ça ne fonctionne pas". Et ben non, c'était pire chaque fois, malgré le fait que je voulais me convaincre du contraire. Et je me mettais de la pression. Je voulais tomber enceinte vite vite! Pour bien calculer mon congé, pour avoir la bonne période de l'année, parce que j'étais censée prendre soin d'un bébé en ce moment, parce que le plus vite je tombe enceinte, le mieux c'est. Mais ça ne fonctionne toujours pas. Alors, c'était rendu que je pleurais à l'école. Pas devant les enfants, mais seule dans ma classe. Je n'allais même plus manger à la salle du personnel pour ne pas voir la collègue qui est enceinte (je ne sais pas si je l'avais écrit. En fait, je pense que je l'ai appris 2 jours après mon dernier message. Il semble qu'on avait le même cycle toute les deux! Quand j'avais commencé mes règles depuis 2 jours, elle annonçait qu'elle avait 2 jours de retard... je n'ai pas mangé dans la salle des profs pour toute une semaine. J'y suis retournée de temps en temps par la suite, pour me convaincre que j'allais mieux, pour passer par dessus, pour me "guérir"... Est-ce qu'on sent bien le ton sarcastique ici?). Beau résumé: je pleure toute seule dans ma classe en mangeant mon dîner en ermite. Au mois de décembre, j'ai finalement pris une journée de congé pour me reposer et j'en ai profité pour aller voir mon médecin. Il part pour la Beauce, je suis mieux de lui parler avant! Conclusion: ma petite journée de congé se transforme malgré moi en arrêt de travail d'une durée indéterminée. Le diagnostic: dépression majeure. Ben oui toi, en plus d'être en deuil, ça a l'air que mon cerveau ne fonctionne plus comme il faut. Mes neurotransmetteurs sont fuckés. En plus de faire partie du faible pourcentage des femmes qui perdent un bébé (bon, c'est quoi, 25%?) ben, je fais partie de celles qui ne s'en sortent pas toutes seules sans faire une dépression! La joie...
Me voilà donc rendue là, ça fait 3 mois que je n'ai pas écrit ici et je sentais le besoin d'écrire un peu. Ma psy (ben oui, ça fait partie du traitement... une thérapie) me suggère qu'il y aurait de la colère en moi qui ne sort pas. Je la crois, je suis certaine qu'il y en a. Mais, à part écrire des gros mots de temps en temps ou d'être un peu fru quand je vois une femme enceinte, ya pas plus de colère que ça qui veut sortir. J'en suis rendue à envier mes amies mamanges qui étaient tellement en colère au début du deuil! Pourquoi j'arrive pas à la faire sortir?? Je ne fais que pleurer. Mais après, ya rien. Sauf que la peine revient tout le temps. Comme un abcès! C'est dégueux comme comparaison, mais c'est tellement ça! Il est plein de tristesse et de colère. J'arrive à faire sortir la tristesse jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de larmes. Sauf qu'il reste la colère. Alors, mon abcès se réinfecte et je repleure, mais je ne guéris pas! Je sais, mon deuil est jeune, mais il a quand même 9 mois. "C'est la première année la pire" OK, mais je ne vois pas d'amélioration, en fait, depuis le diagnostic de la dépression, on dirait juste que je m'enfonce. Je ne fais que dormir tout le temps. Je ne travaille plus et ça ne me dérange pas. Pourtant, mon travail, c'était ma vie. J'adore ma job, mais maudit que je suis bien à la maison. Je fais des siestes qui ne finissent plus. Je n'ai pas d'énergie pour faire quoi que ce soit. Et le pire dans tout ça, c'est que je me vois aller! Je me regarde et je me juge! Maudit flan mou! Fait quelque chose! Comment ça se fait que ça reste comme ça? Et même que ça empire! Je me suis fait dire que pour me sortir de la dépression, je dois toucher le fond. C'est vraiment super... J'espère que je m'en approche parce que je ne suis pas belle à voir. Je n'aime tellement pas ce que je vois, ce que je ressens. Mais pourtant, j'ai l'impression que ça va empirer encore... Une chance que j'ai mon rendez-vous avec ma psy demain!
Une autre chose... la première chose qui est sortie quand j'ai parlé de Philippe avec ma psy, c'est le fait que je ne l'ai pas laissé partir. Depuis le début, je "travaille" sur mon deuil. Je lis tout ce qui est possible de lire sur le sujet, j'ai fait une cérémonie, j'écris, je pleure, je me suis fait tatouée, j'ai complété la boîte de souvenir, j'ai rangé la chambre et les vêtements... pour me rendre compte que je n'ai pas encore tout fait ce qu'il fallait... Ça me fait chier. Je suis perfectionniste, je sais, ça en est un défaut. Je veux tout faire comme il faut, mais cette fois, je n'y arrive pas. Je sais, rationnellement, que je dois laisser Philippe partir, le laisser voler de ses propres ailes. Je l'écris ici et je trouve ça tout à fait logique, mais quand j'y pense un peu, je vois bien que je n'y arrive pas. Ce n'est pas fait. Et je n'arrive pas à le faire. Je veux arriver à penser à lui de façon sereine... mais comment je fais ça??? Chaque fois que je vois un bébé, c'est plus fort que moi, je pense que moi aussi je devrais en avoir un. Je devrais pouvoir en prendre soin. Et j'ai plein d'amies qui ont des bébés en ce moment, un peu plus vieux que Philippe. Et je suis là, à quatre pattes dans ma cuisine à jouer à faire coucou... et ça me saute au visage... je ne le ferai pas avec Philippe... j'étais censée vivre ces moments-là... Il aurait 9 mois... ça fait tellement mal. Je n'ai pas envie que cette peine, cette douleur me suive toute ma vie! J'ai envie de pouvoir voir ces bébés pour ce qu'ils sont et non pour ce que Philippe n'est pas. Elle est censée être là la colère... un désir inassouvi.
Mais après, je me regarde aller et je doute de mes capacités. 3 enfants à gérer, c'est beaucoup. J'ai de la difficulté avec les deux miens en ce moments. Je n'ai tellement pas de patience! Mais je veux être une wonderwoman. On les voit aller, avec leur marmaille et elles gèrent! Je veux être forte et travailler et passer du temps avec mes enfants et avoir du plaisir et être capable d'avoir un autre enfant. J'ai toujours pensé à ma famille avec 3 enfants (vivants...) Maintenant, je ne fais que douter et ça me fait mal. Mal de ne pas y arriver, d'échouer. Un échec, voilà comment je me vois en ce moment. Je sais, je sais, j'ai deux beaux enfants, un mari et tout. Mais moi, je me sens comme une merde! Disons-le! Pas capable de tomber enceinte, de un, ensuite, pas capable de faire de quoi de sa journée. Je ne travaille pas et je trouve ça correct. Je ne fais même pas de ménage. En fait, j'en fait parce que je me dis que je devrais en faire, mais j'en ai rien à foutre. Argh... Je m'étais dit qu'en écrivant, ça m'aiderait à mettre mes idées en place. Je ne sais pas trop si ça m'a aidé finalement... C'est comme si je n'avais pas fini, mais même ça, ça ne me tente pas...
Je reviendrai une autre fois, ce soir, j'ai plus le goût...
Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Ven 13 Jan - 14:55

Le 13 janvier. Seulement 4 jours plus tard et pourtant! Il s'en est passé des choses! D'abord, mon rendez-vous avec ma psy. Ahhhhhh! (soupir de soulagement ici!) Je ne pensais pas qu'une seule rencontre d'une heure pourrait m'apporter autant d'apaisement... et d'épuisement Mais bon, je lui ai parlé de tout ce que j'ai écrit dans le dernier message et ça m'a aidé. On a fait de la visualisation, elle m'a fait revivre les moments de l'accouchement, mon séjour à l'hôpital. Elle veut arriver à ce que je vive les émotions que j'ai coupées en tombant en état de choc. Ce sont ces émotions qui restent tapies au fond de moi et qui m'empêchent d'aller mieux. Moi qui suis si rationnelle, j'ai été la première surprise quand j'ai réussi à me laisser aller dans tout ça. C'était fou, je revivais ces moments et je pleurais! Je m'apaisais en pensant aux moments où je tenais Philippe contre moi, que je me blottissais contre lui, le nez sur sa tête. Et, quand ma psy a suggéré que je laisse Philippe, coupure! Plus rien, plus capable de ressentir quoi que ce soit. La conclusion: derrière le fait de ne pas laisser aller Philippe se cache ma détresse. Quand je le laisserai aller, j'y ferai face. Wow... c'est presque tentant! Je sais que j'y arriverai et je pense que ça me donne des forces de l'avoir compris. Moi qui ne voyais que colère et tristesse, j'ai découvert de la détresse. Je me sentais en train de me noyer au milieu de l'océan. Alors, maintenant que j'ai découvert "la bête", il me semble qu'elle commence à me faire moins peur. Vraiment, j'adore ce que la psy m'apporte. Elle me redonne espoir d'arriver à surmonter la perte de mon fils.

Pour ceux, ou plutôt celles, qui lisent mon journal, vous trouverez peut-être que je m'éloigne du sujet. Je décris vraiment en détails ce que je fais avec ma psy. Ça me fait du bien et je ressentais que c'était ici que je devais l'écrire. La preuve, je ne venais plus sur le site depuis des mois et c'est ce forum que j'ai choisi pour me permettre d'écrire mes pensées. Je pense quand même que je reste dans le sujet "journal de deuil". Je continue d'exploiter ce sujet par mon travail psychologique. Je ne sais même pas pourquoi je me justifie, mais c'est fait haha!

Ensuite, j'ai eu mon rendez-vous avec mon médecin. Je suis en arrêt pour encore un mois au moins. Après avoir discuté longuement avec elle, nous avons décidé de commencer un traitement. On verra ce que ça donne. C'est rassurant au moins de voir que j'ai encore du temps...

Je vais quitter, il faut que je fasse une autre partie de mon traitement contre la dépression: de l'exercice. Vive ma Kinect! Je m'en vais boxer virtuellement et ça fait du bien. Je suis certaine que c'est là qu'elle sort ma colère!

À plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Dim 5 Fév - 20:53

Juste un petit mot. Je voulais juste écrire une constatation que j'ai faite.

Je commence à accepter (après 10 mois, ben oui...)
que la douleur restera toujours présente quand je vais entendre des gens
parler de grossesse, d'accouchement ou de bébé. Je pense que ça va
toujours me tordre l'estomac. Peut-être un peu moins avec le temps, mais
ça ne disparaitra pas, contrairement à ce que je voulais. J'avais vraiment comme but de ne plus avoir mal et de rester indifférente, comme avant. De voir un bébé comme un bébé, de voir une femme enceinte comme une femme qui est enceinte! Sans que ça me rappelle toujours Philippe. Mais voilà, ça ne sera pas le cas. Le l'ai réalisé avec une amie. Elle me parlait qu'elle a découvert un ancien petit ami qui venait de se suicider. Il s'était pendu et c'est elle qui a dû appeler l'ambulance. Ça fait environ 10-12 ans. Eh bien, quand on parle de corde autour d'un cou, elle en a encore des frissons. Ça m'a fait réaliser que ça ne partira pas. C'est comme mon chum qui a déjà perdu un pouce! Quand on parle d'amputation, ça lui fait mal au pouce!(ok, je ne dis pas que le pouce de mon chum est l'équivalent de Philippe quand même! C'est une façon de le figurer!) Alors, peu importe ce que je ferai, il restera toujours une partie de la douleur qui viendra me chavirer le ventre quand on parlera de grossesse autour de moi.

J'en ai assez
de mal feeler dès qu'il y a un bébé proche, c'est fatigant à la fin!
Mais voilà, j'accepte peu à peu cette blessure. Ça rend la chose plus facile à vivre je trouve.
Peut-être qu'après une prochaine grossesse, ce souvenir pourra se tasser
un peu pour laisser la place à une expérience plus positive... Voilà, c'était le petit bout de chemin que j'ai fait cette semaine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Ven 30 Mar - 22:06

Hé bien, je viens de relire mon dernier message et je vais me contredire ici! J'arrive maintenant à voir des femmes enceintes comme des femmes enceintes et des bébés comme des bébés! C'est bizarre hein! C'est sûr que quand je crois un petit homme haut comme trois pommes à la garderie et que j'entends son père lui dire:"Avance petit Philippe", eh bien ça me chavire! Mais cette fois-là, j'ai accepter le fait de vouloir pleurer et j'ai pleuré! Je n'étais ni fâchée ni déçue de moi-même. Et après, c'était correct. Je repensais au petit garçon comme un petit garçon qui porte le nom de mon fils, sans plus.

Aussi, je recommence à avoir le goût de vivre une grossesse. Je précise. Au mois de septembre, il était urgent pour moi de retomber enceinte pour enfin avoir un bébé bientôt. Je ne tenais même pas à vivre la grossesse. Si j'avais pu passer à l'accéléré jusqu'à l'accouchement, c'est l'option que j'aurais choisi. Maintenant, c'est différent. J'ai envie à nouveau d'être enceinte pour revivre l'expérience au complet, pour pouvoir profiter de chaque moment, pour me créer des souvenirs. Bon... médicalement, je dois attendre et c'est mortellement trop loooooong à mon goût, mais bon... pas le choix vraiment. Bref, je me suis contredis. Il n'y a plus toujours une douleur associée à la vu d'une grossesse ou d'un bébé. On s'en reparlera quand je serai en essai... mais ça c'est une autre histoire!

À la prochaine

Petit Philippe d'amour, j'espère que tu as reçu nos ballons. Tes frère étaient bien contents de te les envoyer. Ils les ont regarder très longtemps, jusqu'à ce qu'on ne les voit plus dans le ciel. Nous avons aussi mangé du gâteau et soufflé une bougie pour toi. Je pense à toi très souvent ces temps-ci, mais ne t'inquiète pas, je ne pleure pas tout le temps. C'est même rare. J'aurais le goût de te serrer dans mes bras, mais je sais que tu es bien dans ton nuage. Dors bien mon chéri

Maman -xx-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Ven 11 Mai - 19:39

Ya des hauts et ya des bas... en ce moment, c'est davantage en bas. Dimanche passé, il y avait une cérémonie à la maison d'Arche pour les bébés disparus. C'était bien, j'ai pu pleurer et je me sentais sereine là-dedans. J'étais contente de pouvoir vivre un moment semblable avec mon mari. Sauf que, comme dit ma psy, c'est ouvrir la boîte de Pandore. Ce n'est pas qu'il ne faut pas le faire, mais que c'est très fragile quand on le fait. Ensuite, le mardi à l'école, c'était l'infirmière qui venait parler de reproduction à mes élèves. On a parlé de fécondation (ben oui, il y a jusqu'à 500 millions de spermatozoïdes libérés en une seule fois et ça n'en prend qu'un pour faire un bébé... mais pourquoi des fois, ça ne marche pas?), on a parlé de grossesse, d'allaitement, de bébés. Ça m'a rendue sensible. Ensuite, quand je voyais la collègue qui est en début de grossesse se flatter la bédaine... j'avais vraiment de la difficulté. C'est très difficile pour moi de lâcher prise. De toute façon, c'est difficile pour moi de lâcher prise dans la vie en générale. Je travaille là-dessus; changer mes pensées, la façon d'aborder la vie. Disons que je suis down, mais je sais que j'irai mieux... un moment donné.

À plus
-xx-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Lun 25 Mar - 20:58

Oh wow... ça fait longtemps! Je pense que j'ai pris du recul face au forum pour pouvoir aller mieux aussi. L'eau a coulé sous les ponts depuis.

Mon coco, j'écris aujourd'hui pour te souhaiter un bon anniversaire. Ça fait maintenant 2 ans que tu nous as quitté. J'espère vraiment que tu vas bien. Je pense que oui. Tu vois, la vie continue ici. Depuis le mois de mai dernier, où j'ai écrit mon message, je me suis remise de ma dépression. Je n'ai plus de médication. J'ai recommencé l'école en septembre et ça va bien avec mes élèves, même si j'ai un groupe assez particulier. Nous avons enfin eu une belle surprise. Après plusieurs mois d'essais, je suis enfin enceinte! Est-ce que tu y es pour quelque chose? J'ose croire que oui! Je sais maintenant que mon corps n'était pas prêt l'an dernier, mais j'ai bien hâte de lui voir la bette! Je sais que tu veilleras sur elle et sur nous.

Je pense à toi très fort, souvent, tous les jours. Je pense que ce sera comme ça toute ma vie... Je ne peux pas faire autrement. Un parent ne peut pas oublier son enfant! J'espère que tu as reçu les ballons que nous t'avons envoyés hier. Tes grands frères ont fait un dessin pour toi.

Je te laisse mon chéri. Même si je n'écris pas souvent, je pense à toi tout le temps!

Bisous -xx-

Maman qui t'aime fort!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melipou

avatar

Nombre de messages : 432
Age : 36
Localisation : St-Hyacinthe, Québec
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mon petit Philippe
Décédé(e) à : 41S 1J
Le : 24 mars 2011
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Journal pour Philippe   Lun 23 Mar - 23:15

Mon cher Philippe,
Cela fera 4 ans demain que tu es passé dans nos vie. 4 ans. C'est long 4 ans, mais en même temps, quand je pense à toi, on dirait que c'était hier. Je pense encore à toi très souvent. J'ai une pensée pour toi tous les jours, que ce soit en voyant les étoiles, ta photo, ou quand quelqu'un prend des nouvelles de mes enfants. Tu es mon enfant et tu le resteras toujours, mais la douleur de ton départ s'estompe peu à peu. J'arrive à répondre aux gens que j'ai trois enfants, tout en ayant une pensée pour toi, mon quatrième enfant qui vit dans les nuages. Et tu sais quoi? Je ne me sens plus coupable, je ne sens plus l'obligation de parler de toi. Parce que les gens que je croisent, les gens que je ne connais n'ont pas besoin de savoir. Les gens qui sont importants pour moi te connaissent de toute façon. 
Demain, ça aurait été la première année où j'aurais eu à travailler le jour de ta fête. Mais je n'en avais pas envie. Surtout que c'était l'anniversaire d'un élève, je n'avais pas envie de partager ta fête avec quelqu'un d'autre. J'ai donc fait un échange afin de rester à la maison. L'an prochain, je pense que je pourrai passer cette étape, je pourrai travailler la journée de fête... je pense. Mais Papa a été appelé pour travailler demain, alors je vais rester seule avec toi. J'irai te chercher des ballons, nous te les enverrons demain soir. J'espère que tu les auras. C'est drôle de voir les interrogations dans le visage de tes frères qui cherchent à comprendre ce que tu es. Leur petit frère va avoir 4 ans, mais il ne grandit pas. On lui envoie des ballons, mais il ne peut pas vraiment les attraper. C'est tellement abstrait! Surtout avec la voisine qui a le même âge que toi! "Mais Philippe a 4 ans, comme Isabelle?!?" 
J'ai pensé à toi très fort samedi. Ta petite soeur m'a fait une de ces peurs! À cause de la fièvre, elle a fait une absence et ses lèvres sont devenues toutes bleues parce qu'elle ne respirait pas bien. J'ai eu tellement peur! Je ne peux pas perdre un autre enfant! Elle va bien, une chance, mais ça me rappelle que la vie fragile, très fragile. Un soir, ton coeur battait et le lendemain, c'était fini. Ta soeur allait bien et tout d'un coup, elle était immobile et bleue. Et tu vois, comme le jour de ta naissance, mes émotions se sont déconnectées. Je n'ai pas eu peur, je n'ai pas paniqué. Sauf que maintenant que j'y pense, c'est là que les émotions se branchent! J'ai des images qui me reviennent en tête, sa peau bleue. Ça me fait tellement penser à ton petit visage. C'est encore plus paniquant... 
Je sais que tu es là-haut mon chéri, veille sur ta soeur, veille sur nous. Je te souhaite bonne nuit et bon anniversaire.
Gros bisous,
Maman qui t'aime -xx-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal pour Philippe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: JOURNAL DE DEUIL-
Sauter vers: