Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Alice I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
 

 Alice

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Catherine




Nombre de messages : 28
Localisation : Lévis
Je suis : Maman de
Ange(s) : Alice
Décédé(e) à : 15 semaines et demi de grossesse
Le : 1er juin 2010
Date d'inscription : 16/01/2011

Alice Empty
MessageSujet: Alice   Alice Icon_minitimeDim 13 Fév - 14:55

Bonjour,





Je visite régulièrement le site depuis quelques mois et vous
lire me fait le plus grand bien. Je pense depuis un moment à écrire mon
histoire mais jusqu’ici c’était trop difficile pour moi. Je crois que d’une
certaine façon ça représente l’acceptation de ce qui m’est arrivé, en tout cas
c’est de cette façon que je m’explique que je n’arrivais pas à écrire avant.





En décembre 2009, mon amoureux et moi avons décidé que nous
étions prêts à avoir un enfant et j’ai su que j’étais enceinte au début du mois
de mars 2010. Pendant la grossesse tout semblait normal : beaucoup de
nausées et mon ventre et mes seins avaient grossis très rapidement. Je n’avais
pas vraiment de point de comparaison puisque c’était ma première grossesse mais
tout le monde me disait que ça « poussait » pas mal vite. Je pensais
que je portais des jumeaux vu mon gros ventre. Le 1er juin nous
avons eu notre première rencontre avec la sage femme. À la fin de la rencontre,
elle n’arrivait pas à entendre le cœur. Elle a palpé mon utérus et elle a
trouvé qu’il était déjà très haut donc que je devais bien être dans ma 16e
semaine comme je l’avais compté et donc que ce n’était pas normal de ne pas
entendre le cœur. Nous avons fait une écho l’après-midi à l’hôpital, le bébé
était encore tout petit et le cœur ne battait plus. Le bébé avait dû mourir
autour de 8 semaines, le placenta était très gros et on voyait des trous
dedans. La gynécologue à recommandé un curetage le plus rapidement possible,
elle nous a dit qu’il y avait un risque de môle. Sur le coup, j’étais tellement
sous le choc que je n’y ai pas accordé d’importance. J’avais perdu mon bébé et
je devais faire des efforts surhumains pour suivre les procédures médicales
sans flancher, je me sentais comme dans un tourbillon. L’opération à eu lieu le
lendemain. J’ai attendu toute la journée à jeun avec mon amoureux, je devais
passer le matin mais finalement il n’y a eu de la place qu’en après-midi. Ça ne
me dérangeait pas d’attendre parce que je n’avais pas envie qu’il m’enlève mon
bébé, j’étais bien consciente que c’était complètement irrationnel mais
j’aurais quand même préféré qu’on le laisse dans mon ventre. Au moment de
l’opération je luttais contre l’anesthésiant, je ne voulais pas perdre
conscience, l’anesthésiste m’a demandé de fermer les yeux, de me laisser aller.
Deux semaines plus tard je me sentais très mal, je n’avais pas d’appétit et
encore de gros maux de cœur, à deux reprises je me suis réveillée la nuit à
cause de contractions au 5 minutes. Finalement, je me suis mise à faire de la
fièvre, je suis retourné à l’hôpital et on m’a fait une écho qui a révélé une
autre masse (c’est pour cette raison que j’avais des contractions, mon utérus
essayait d’évacuer la masse). Je ne sais pas si elle était restée suite au 1er
curetage ou si elle a poussée par la suite. À partir de ce moment, même si on
n’avait pas encore les résultats d’analyse du placenta, les médecins m’ont dit
que c’était presque sûr que c’était une grossesse molaire. J’ai eu un 2e
curetage. Cette fois j’étais complètement à terre, écœurée, j’en voulais à la
vie de me refaire vivre ça une 2e fois. Après l’opération, ils m’ont
gardé à l’hôpital vu que mon utérus s’était infecté avec la masse, ils me
donnaient des antibiotiques par intraveineuse. On m’a installée dans la section
maternité, à côté de la pouponnière. C’était une chambre double, je ne pouvais
pas croire que j’allais peut–être avoir une nouvelle maman comme voisine de
chambre. J’ai dit à l’infirmière « vous n’allez pas mettre quelqu’un avec
moi? », elle ne pouvait rien me promettre. Heureusement, personne n’est
venu occuper l’autre lit. J’ai vu des nouveaux papas venir prendre leur bébé à
la pouponnière, finalement ça s’est bien passé, comme quoi on a toujours une
force en nous. Quand c’était trop dur je fermais la porte mais parfois ça me
faisait du bien de voir des nouveaux parents heureux.

Environ un mois plus
tard, à mon rendez-vous avec le gynécologue, il a confirmé que c’était une
grossesse molaire partielle. C’est quelque chose de rare, le risque est de
1/1000 et en gros c’est une tumeur qui se développe sur le placenta. Lorsqu’il
s’agit d’une môle complète l’ovule est fécondé mais il ne se développe pas du
tout par la suite car l’embryon est « incomplet » génétiquement par
contre le placenta grossis et le corps continue de changer comme pour une
grossesse régulière et souvent les symptômes sont décuplés (nausées vraiment
fortes, utérus très gros pour le stade de la grossesse, seins qui grossissent
très tôt). Dans mon cas la môle était partiel ce qui veux dire que l’embryon
était juste assez « complet » pour permettre au fœtus de se
développer jusqu’à un certain stade mais pas assez complet pour qu’il soit
viable. L’analyse à révélé que la tumeur était pré-cancéreuse (et non
cancéreuse) ce qui dans les circonstances était une bonne nouvelle. Ensuite,
j’ai dû faire des prises de sang chaque semaine puis chaque mois pour mesurer
mon taux d’hormones. Ça a été une période assez difficile car le test sanguin
est en fait un test de grossesse alors à chaque fois l’infirmière me demandais
si c’était pour avoir une « bonne nouvelle » que j’étais là. En plus,
comme les infirmières du centre de prélèvement ne savent pas ce qu’est une
grossesse molaire, j’ai dû expliquer à quelque reprises et les informer que le
suivi était pour s’assurer qu’il n’y avait pas de récidive de la tumeur ou de
risque de cancer (au quel cas il faut suivre un traitement de chimio). Après
chaque prise de sang, j’étais nerveuse jusqu’à ce que j’aie le résultat de taux
d’hormones. En janvier 2011, j’ai eu un 6e résultat consécutif
d’hormones négatif et le gynéco m’a téléphoné pour m’annoncer que c’était
terminé. Ça a été un immense soulagement.


Je ne me sens pas encore prête pour reprendre les essais. Je
souhaite encore avoir un enfant mais je sens que mon deuil n’est pas encore
complété. J’ai vécu les étapes du deuil entrecoupées par mon suivi médical et
la peur du cancer. Malgré tout je n’ai aucun regret, je suis heureuse d’avoir
porté ma fille pendant ces 15 semaines et demi (nous l’avons baptisé Alice même si on ne connaissait pas encore
le sexe) et je suis vraiment contente d’avoir
les photos de l’échographie en souvenir. Elle m’accompagne tous les jours en
pensées.


Si jamais vous avez des questions concernant la grossesse
molaire, n’hésitez pas à vous adresser à moi. J’ai trouvé bien difficile au
début de trouver de l’information, alors si mon expérience peut servir ce
serait bien positif pour moi de pouvoir aider. Vous pouvez aussi visiter ce
site : http://www.mole-chorio.com/





Catherine
Revenir en haut Aller en bas
jujube101

jujube101


Nombre de messages : 852
Age : 41
Localisation : Terrebonne
Je suis : Maman de
Ange(s) : Catherine
Décédé(e) à : 21 semaines et 5 jours suite à une rupture prématuré des membranes
Le : 16 novembre 2010
Date d'inscription : 08/12/2010

Alice Empty
MessageSujet: Re: Alice   Alice Icon_minitimeDim 13 Fév - 15:42

douces pensées à toi ma belle......
Si Catherine est ton prénom, il est magnifique, c'est celui de ma princesse ;-)
Revenir en haut Aller en bas
kikinou

kikinou


Nombre de messages : 235
Age : 41
Localisation : france 87
Je suis : Maman de
Ange(s) : Timéo
Décédé(e) à : 24SA et 2jours
Le : 20/09/2010
Date d'inscription : 22/10/2010

Alice Empty
MessageSujet: Re: Alice   Alice Icon_minitimeLun 14 Fév - 9:52

Le cheminement doit certainement être plus compliqué avec ces menaces de cancer. Je t'envoies plein de courage. Tendres pensées à ton ange Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine




Nombre de messages : 28
Localisation : Lévis
Je suis : Maman de
Ange(s) : Alice
Décédé(e) à : 15 semaines et demi de grossesse
Le : 1er juin 2010
Date d'inscription : 16/01/2011

Alice Empty
MessageSujet: Re: Alice   Alice Icon_minitimeDim 20 Fév - 14:17

Merci pour ces beaux mots. Ça fait du bien, j'aurais dû
écrire avant. J'ai l'impression de tout vivre en décalage. Maintenant que je
n'ai plus peur pour le cancer, je me permets de vivre plus ma peine. Mais on
dirait que pour les gens autours c'est terminé. Mon amoureux est prêt pour un
autre bébé, alors que je n'imagine même pas encore que je pourrai en avoir un
autre. J'en veux toujours un mais on dirait que ce n'est pas possible pour moi.
C'est dur à expliquer...vu que ça n'a pas fonctionné avec Alice comment ça
pourrait fonctionner pour un autre ? Est-ce que le temps arrange vraiment
les choses ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Alice
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alice
» Mon ange , Alice
» Je t'aime Alice...
» mon ange Alice
» Chère Alice..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: TÉMOIGNAGES-
Sauter vers: