Nos Petits Anges au Paradis
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
Après le deuil I_icon_mini_portalAccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
-60%
Le deal à ne pas rater :
Câble HDMI 4K Plaqué Or en Nylon Tressé – 2 mètres
7.99 € 19.99 €
Voir le deal

 

 Après le deuil

Aller en bas 
AuteurMessage
Anne-Lise71

Anne-Lise71

Nombre de messages : 108
Localisation : Saone et Loire
Je suis : Maman de
Ange(s) : Laureline
Décédé(e) à : terme, 41SA+2
Le : 19/12/2011
Date d'inscription : 14/05/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeMar 17 Sep - 9:42

Bonjour,

Je ne sais pas si vous pourrez m'aider, mais je voudrais témoigner.
Cela fait presque 8 ans que j'ai perdu ma fille. J'ai maintenant 3 garçons pleins de vie, de quelques problèmes et de grandes idées.

La vie nous a rattrappés, elle va trop vite pour nous.

Laureline est dans notre coeur, dans notre famille.  Tous les petits problèmes liés à Laureline sont terminés, son nom est sur la tombe, mon dossier médical de grossesse ne comporte plus d'erreur. Nous l'avons incluse dans tous les évènements familiaux, mariage, naissances, baptêmes et Noëls.

Les choses sont claires pour nous, nous avons 4 enfants, nous sommes équilibrés, nous avons un train train quotidien. 
Mais c'est là le problème, rien ne manque à mon bonheur ou à mon équilibre... Rien ni personne... J'ai peur de l'oublier. Son absence est réelle, mais pas douloureuse, il n'y a pas de vide.

Je lui ai fait une place dans mon coeur, au ciel, j'ai des petits objets par-ci, par-là qui montrent qu'elle est parmi nous, mais c'est comme si elle faisait partie de l'arrière-plan, pas des meubles non car son esprit est vivant, en tout cas nous le croyons, mais voilà. Elle n'a pas besoin de nous comme ses frères, et je pense à elle de moins en moins souvent.

Plus jamais je ne me demande ce que serait la vie avec elle, ou ce qu'elle ferait à tel ou tel âge. Mon deuil est fini, c'est officiel. Ma vie est comme elle est et je ne veux pas qu'elle soit différente, même si bien sûr on aurait aimé ne pas vivre ce malheur, la vie a repris le dessus et l'idée même de revenir en arrière m'écoeure. Imaginer un monde différent m'est devenu impossible. Et cela, c'est depuis la naissance de Nils.

Mon petit dernier lui ressemble tellement, il est si plein de vie, que je ne peux imaginer la vie sans lui, et jamais il ne serais né si Laureline avait été des nôtres. Les jumeaux peut-être, un deuxième, un troisième enfant, oui, mais pas un quatrième.

Il balaye tout quand je le vois, mes peines, mes craintes. Et voilà Laureline qui devient un simple souvenir.

Maintenant je dois faire le deuil du deuil. C'est bête de regretter sa douleur. En mettant au monde mon quatrième enfant, j'ai tourné la page des grossesses, de l'envie d'avoir une fille, et sans le savoir, j'ai aussi tourné la page de mon deuil.

Mais dans ce deuil j'ai l'impression d'avoir perdu mon empathie envers les autres. Parfois je me dis que mon coeur s'est durci. Les sentiments positifs, je les prends, et les négatifs je les rejette. Je suis devenue cynique par moment.

J'ai un peu de mal à expliquer ce que je ressens. J'ai perdu quelque chose d'essentiel et j'ai du mal à définir quoi.

Je retourne donc à ma vie quotidienne en laissant derrière moi ce message doux-amer et ces questions.

Doux baisers volants à vos anges et bon courage à vous
Revenir en haut Aller en bas
damedesus



Nombre de messages : 2564
Localisation : paris
Je suis : Maman de
Ange(s) : Babybel

ELSA
Leon
Décédé(e) à : 12 semaines


Le : 17/03/2015

née le 02/03/2017
ne le 05/10/2018
Date d'inscription : 24/09/2015

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeMar 17 Sep - 12:11

Bonjour Anne-Lise,

Notre histoire est differente mais je comprends ton message, je le ressens au fond de moi.
J'ai perdu notre petit en 2015 donc beaucoup moins vieux que toi. Pour ma premiere grossesse espoir, je voulais un souvenir, un signe partout: un petit ange dans sa chambre, les dates, les souvenirs...

Pour leon, c'etait deja moins intense, ce n'etait plus le bebe d'apres. Et puis on a demenage et j'ai remis quelques objets ou souvenirs mais cela me parait si loin. Je suis enceinte de notre troisieme espoir, je sais que la vie aurait ete differente si Gabriel avait ete parmi nous. et ca fait moins mal, je me sens comblee. J'aurai voulu le connaitre mais ce sentiment est moins fort, plus doux.

Parfois je m'oblige a dire que c'est ma 4 eme grossesse pour ne pas oublier son existence! Ne pas le cacher, alors qu'avant j'en avais besoin.

Je ne sais pas si mon message exprime ce que je ressens mais je comprends le deuil du deuil.

Bonne journee
Revenir en haut Aller en bas
tatiana1



Nombre de messages : 1058
Localisation : PACA
Je suis : Maman de
Ange(s) : Guillaume
Décédé(e) à : 38 semaines de grossesse
Le : décédé le 26/09/2011. Ils ont enfin trouvé la cause de son décès 3 ans après: HYPOXIE PLACENTAIRE
Date d'inscription : 19/09/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeMar 24 Sep - 7:43

Bonjour Anne Lise


Citation :
Laureline est dans notre coeur, dans notre famille.  Tous les petits problèmes liés à Laureline sont terminés, son nom est sur la tombe, mon dossier médical de grossesse ne comporte plus d'erreur. Nous l'avons incluse dans tous les évènements familiaux, mariage, naissances, baptêmes et Noëls.

Les choses sont claires pour nous, nous avons 4 enfants, nous sommes équilibrés, nous avons un train train quotidien. 
Mais c'est là le problème, rien ne manque à mon bonheur ou à mon équilibre... Rien ni personne... J'ai peur de l'oublier. Son absence est réelle, mais pas douloureuse, il n'y a pas de vide.

Je lui ai fait une place dans mon coeur, au ciel, j'ai des petits objets par-ci, par-là qui montrent qu'elle est parmi nous, mais c'est comme si elle faisait partie de l'arrière-plan, pas des meubles non car son esprit est vivant, en tout cas nous le croyons, mais voilà. Elle n'a pas besoin de nous comme ses frères, et je pense à elle de moins en moins souvent.

Ce que tu décris ici, c'est la période d'apaisement, tu es dans la dernière phase du deuil qui survient très longtemps après la perte d'un enfant. Nous sommes quasiment au même stade puisque j'ai perdu Guillaume la même année que toi en 2011. C'était également un de mes premiers enfants.

J'ai eu comme toi peur de l'oublier... Mais, je me suis aperçue que le fait d'intégrer par ci par là des marques d'hommage à mon fils qui au départ me semblaient douloureux ... ont créer des souvenirs de plus en plus apaisants... Si parfois, son visage s'efface de ma mémoire, je ressors sa photo et je me souviens. Je me souviens des moments de tendresses et d'amour pendant ma grossesse. Les moments douloureux de la naissance ont laissé la place aux souvenirs des moments heureux. J'ai envie de me souvenir de lui de cette manière car cet enfant je l'ai fortement désiré autant que son frère


Citation :
Je lui ai fait une place dans mon coeur, au ciel, j'ai des petits objets par-ci, par-là qui montrent qu'elle est parmi nous, mais c'est comme si elle faisait partie de l'arrière-plan, pas des meubles non car son esprit est vivant, en tout cas nous le croyons, mais voilà. Elle n'a pas besoin de nous comme ses frères, et je pense à elle de moins en moins souvent.

Aujourd'hui, je n'ai plus besoin de support physique: hommage, photo, musiques etc...Le processus d'intériorisation est bien en place. Je sais que le souvenir de Guillaume vit dans mon coeur ...  Je le berce dans mon coeur... C'est mon jardin secret. Quand je pense à lui, je sens sa présence dans mon coeur. J'ai retrouvé ma sécurité intérieure. Du coup, je m'investis plus à l'extérieur, sur mes proches, sur mes enfants et sur des projets. Je pense de moins en mois à lui... Je me dis que si Guillaume était là, il aurait approuvé ce que je fais, il aurait aimé que je continue de vivre, d'être heureuse malgrès son absence parce que quand on aime une personne, on ne désire pas son malheur...


Citation :
Maintenant je dois faire le deuil du deuil. C'est bête de regretter sa douleur. En mettant au monde mon quatrième enfant, j'ai tourné la page des grossesses, de l'envie d'avoir une fille, et sans le savoir, j'ai aussi tourné la page de mon deuil.

Non, ce n'est pas bête de regretter sa douleur... C'était au début du deuil le seul moyen de préserver le lien d'amour avec son enfant disparu. C'est un processus normal. Maintenant, tu as trouvé un autre moyen pour préserver le lien avec Laureline puisqu'elle vit maintenant dans ton coeur et tu peux t'investir sur ton quatrième enfant. En fait, ce n'est pas tout à fait le deuil du deuil. Tu es dans un processus d'apaisement, de pardon  et de réinvestissement du monde extérieur, le stade ultime du deuil


Citation :
Plus jamais je ne me demande ce que serait la vie avec elle, ou ce qu'elle ferait à tel ou tel âge. Mon deuil est fini, c'est officiel. Ma vie est comme elle est et je ne veux pas qu'elle soit différente, même si bien sûr on aurait aimé ne pas vivre ce malheur, la vie a repris le dessus et l'idée même de revenir en arrière m'écoeure. Imaginer un monde différent m'est devenu impossible. Et cela, c'est depuis la naissance de Nils.

Si Guillaume était en vie, mes jumelles ne seraient pas nées. Ma vie aurait été différente. Je ne connaitrais pas la douleur cuisante de la perte d'un enfant. Je m'en serai bien passée...Mais je ne connaitrais pas non plus le bonheur d'être à nouveau maman. Avec le recul, je me rends compte que le bonheur est à redéfinir avec les épreuves de la vie, la mort fait partie de la vie même si notre société fait tout pour l'oublier. Une vie est une vie, même courte , elle a à laisser une trace indélibile sur son passage ce que l'on appelle l'héritage... qui est à redéfinir en fonction de la personne endeuillée. Tu as raison, ta vie est comme elle est, c'est ton monde réel, tu es heureuse maintenant.. C'est l'héritage d'amour de Laureline... Tu as dépassé ta peine..


Citation :
Mais dans ce deuil j'ai l'impression d'avoir perdu mon empathie envers les autres. Parfois je me dis que mon coeur s'est durci. Les sentiments positifs, je les prends, et les négatifs je les rejette. Je suis devenue cynique par moment.

Quand Guillaume est mort, je n'avais aucun soutien de mon entourage. Leurs "broutilles" semblaient plus importantes que le mien. Comment ne pas devenir cynique quand tu les entends se plaindre pour des "conneries" qui se résolvent facilement alors que moi je me démenais pour rester debout. En fait, j'ai compris que : temps que l'on n'a pas vécu l'épreuve de le perte d'un enfant on ne peut pas comprendre. Très peu de personne a de l'empathie. Tu as raison de te protéger comme tu le fais. Cependant, tous les sentiments positifs ou négatifs doivent être accepter comme tels, il n'y a pas de mauvais sentiments, il ne faut pas en avoir peur.. Il faut se laisser traverser et ils disparaissent d'eux même car tous les mots non exprimés se transforment en maux du corps. Ce que tu ne dis pas ton corps, lui, se souvient...

Une pensée pour Laureline , prends bien soin de toi et de ta famille
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Lise71

Anne-Lise71

Nombre de messages : 108
Localisation : Saone et Loire
Je suis : Maman de
Ange(s) : Laureline
Décédé(e) à : terme, 41SA+2
Le : 19/12/2011
Date d'inscription : 14/05/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeMer 25 Sep - 15:33

Bonsoir, 

Je vous remercie de votre témoignage, et je suis heureuse de partager avec vous ce moment d'apaisement, et de constater qu'on ne quitte pas forcément ce forum après le deuil, on peut encore aider d'autres parents peut-être, même si on ne ressent plus la même chose on se souvient.

J'ai eu un moment de spleen, j'ai même voulu acheter une médaille pour la garder sur moi, mais je vais encore réfléchir. Oui peut-être que je n'ai plus besoin de tous ces supports physiques.

Encore merci.

Bonne nuit, et douce nuit à vos anges
Revenir en haut Aller en bas
damedesus



Nombre de messages : 2564
Localisation : paris
Je suis : Maman de
Ange(s) : Babybel

ELSA
Leon
Décédé(e) à : 12 semaines


Le : 17/03/2015

née le 02/03/2017
ne le 05/10/2018
Date d'inscription : 24/09/2015

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeJeu 26 Sep - 12:13

Je trouve l'idee de la medaille vraiment bien! De mon cote je restais pour les autres parents et je me retrouve encore dans une situation ou j'ai besoin du forum, tristement...
Revenir en haut Aller en bas
tatiana1



Nombre de messages : 1058
Localisation : PACA
Je suis : Maman de
Ange(s) : Guillaume
Décédé(e) à : 38 semaines de grossesse
Le : décédé le 26/09/2011. Ils ont enfin trouvé la cause de son décès 3 ans après: HYPOXIE PLACENTAIRE
Date d'inscription : 19/09/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeVen 27 Sep - 9:43

Anne Lise

C'est une très bonne idée cette médaille. Moi, j'ai choisi une médaille où j'ai mis tous mes enfants sur un arbre de vie même Guillaume y est dessus. Ben oui, il a été un jour en vie, donc il peut s'y mettre. De cette manière, je n'ai oublié aucun de mes enfants. Regarde sur ce lien c'est très jolie...

https://www.berceaumagique.com/produit_louis-de-l-ange-medaille-ronde-arbre-de-vie-avec-swarovski-argent-925_102313.html

Tu n'es pas obligée d'inscrire les prénoms... De cette manière, çà reste assez discret pour les gens trop curieux...


Damedesus

Je ne sais pas ce qui se passe... Tu as envie d'en parler!!!
Revenir en haut Aller en bas
Anne-Lise71

Anne-Lise71

Nombre de messages : 108
Localisation : Saone et Loire
Je suis : Maman de
Ange(s) : Laureline
Décédé(e) à : terme, 41SA+2
Le : 19/12/2011
Date d'inscription : 14/05/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeMar 8 Oct - 8:46

Merci, c'est très joli cette médaille. Moi je pensais plutôt à une vierge à l'enfant, comme une médaille de baptême, mais avec son nom au dos, contre mon coeur, et pas visible.

Je ne sais pas si je vais le faire. C'est vrai que je n'ai pas besoin de support pour penser à elle. Et si je perds tout ce que j'ai, il sera toujours temps de le faire plus tard si j'en éprouve le besoin.

En fait je parle d'elle tellement naturellement que l'autre jour je l'ai mentionnée à la femme d'un cousin qui est enceinte, et ma soeur m'a vite arrêtée de peur que je lui fasse peur. Mais moi je sais que c'est très rare, qu'elle n'a que peu de risques que ça lui arrive, et que si ça arrive, eh bien elle pourra en parler avec moi. Mais bon, les hormones, tout ça... mieux vaut éviter le stress.

Et oui, j'ai envie d'en parler, mais avec des gens qui en sont à la même étape que moi, car je ne veux pas que de jeunes mamanges pensent qu'on oublie ou qu'on ne souffre plus après un certain temps, elles ont besoin de faire le deuil à leur rythme.
Revenir en haut Aller en bas
tatiana1



Nombre de messages : 1058
Localisation : PACA
Je suis : Maman de
Ange(s) : Guillaume
Décédé(e) à : 38 semaines de grossesse
Le : décédé le 26/09/2011. Ils ont enfin trouvé la cause de son décès 3 ans après: HYPOXIE PLACENTAIRE
Date d'inscription : 19/09/2012

Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitimeJeu 10 Oct - 7:25

Bonjour Anne Lise


Citation :
En fait je parle d'elle tellement naturellement que l'autre jour je l'ai mentionnée à la femme d'un cousin qui est enceinte, et ma soeur m'a vite arrêtée de peur que je lui fasse peur. Mais moi je sais que c'est très rare, qu'elle n'a que peu de risques que ça lui arrive, et que si ça arrive, eh bien elle pourra en parler avec moi. Mais bon, les hormones, tout ça... mieux vaut éviter le stress.

Je parle de Guillaume uniquement avec ceux qui ont vécu la triste expérience du deuil d'un bébé ou avec les gens qui ont un minimum d'empathie. Pour les jeunes mamans qui viennent justes d'être enceinte, surtout je ne lui en parle pas, même à ceux qui sont déjà mamans. Je ne veux pas les faire peur. Déjà, rien qu'à la regarder avec son gros ventre, c'est moi qui a peur à sa place pour son bébé. "Pourvu que le bébé ne meurt pas, qu'il ou elle reste en vie"Je n'ai pas envie qu'elle vienne grossir les rangs des Mamanges. La perte d'un bébé à la naissance est rare proportionnellement au nombre de naissances. Mais, si tu regardes, le nombre d'adhérentes sur ce site, nous avons dépasser le nombre de 350 000 mamanges.Ma foi, je trouve qu'on est trop nombreuse à vivre cette souffrance... Trop de vies gachées...

De plus, je me suis rappelée... lors de ma première grossesse... à quel point j'étais heureuse , insouciance et tellement confiante en la vie... Je pense que nous avons besoin quelque part, d'une certaine certitude ... L'ESPOIR!!! que tout va bien se passer sinon personne ne prendrait plus le risque de faire des enfants. C'est là justement le TABOU de notre société: la peur de la mort. Je pense que c'est au milieu médical d'informer les futurs mères que ce n'est pas aussi facile d'avoir et de faire naitre un enfant et que tout peut basculer en un instant. Les gens auront plus d'empathie pour ceux qui ont perdu un bébé. Trop souvent, on dit au futur mère que passer le premier trimestre, vous aurez votre enfant à la fin... C'est complètement faux, rien n'est acquis...Guillaume est décédé 2 heures avant sa naissance. Je n'ai plus jamais eu le même rapport qu'avant avec la grossesse, ma deuxième grossesse gémellaire a été très compliquée, j'ai mis en place l'hypnose (visualisation de pensées positives), la sophrologie, l'accupuncture pour dépasser et apprivoiser mes angoisses et mes peurs. Oui, je pense que les hormones ont joué mais aussi mon vécu...


Citation :
Et oui, j'ai envie d'en parler, mais avec des gens qui en sont à la même étape que moi, car je ne veux pas que de jeunes mamanges pensent qu'on oublie ou qu'on ne souffre plus après un certain temps, elles ont besoin de faire le deuil à leur rythme.

Je n'ai pas oublié mon fils Guillaume. Je l'ai intégré dans l'histoire de notre famille. Il fait parti de mon histoire et de l'histoire de la famille. Je ne veux pas qu'il devienne un Tabou. Les secrets de famille créent beaucoup de souffrances inutiles et séparent les familles. Il a été en vie,il a existé et il est mort... Sa photo n'est pas sur le mûr de la maison mais il est dans l'album de famille. Son frère jumeau Laurent peut venir le consulter s'il a envie. De toute manière, nier ce que l'on a vécu, c'est nier son histoire, c'est ne pas se respecter, c'est nier son parcours de souffrance avant de trouver l'apaisement. Il faut apprendre à vivre avec... et apprivoiser ses souffrances. Depuis 2011 je vis l'instant présent min après min , jour après jour, année après année... Je sais que je reverrai mon fils. Chaque jour me rapproche de lui. En attendant, je m'occupe de mes autres enfants qui ont besoin de moi. Je continue de rire, d'être heureuse, de faire des projets etc... Mais, si j'ai envie de pleurer ou d'être triste sur une histoire ou sur mon histoire ou sur un film. Je me donne aussi le droit de le faire... Nous ne sommes pas des robots dénués de sentiments mais des êtres humains. C'est cela, je pense, rester "Vivant"...  Rester humain... Aucun sentiment est mauvais même pas la jalousie etc... Ils disparaissent comme ils apparaissent... Tu as raison, chaque mamange a son propre rythme dans le deuil. Il y a autant de chemins pour faire le deuil qu'il y a de mamanges. Il n' y a pas de recette miracle...



Citation :
Merci, c'est très joli cette médaille. Moi je pensais plutôt à une vierge à l'enfant, comme une médaille de baptême, mais avec son nom au dos, contre mon coeur, et pas visible.

Je ne sais pas si je vais le faire. C'est vrai que je n'ai pas besoin de support pour penser à elle. Et si je perds tout ce que j'ai, il sera toujours temps de le faire plus tard si j'en éprouve le besoin.

Si tu as le ressentis de le faire... N'hésite pas... Quand on perd un  enfant, on le sent dans la chair et dans le coeur. Le but est que cela t'apaise et que tu retrouves la paix et la sérénité dans ton coeur. Tu es la seule à savoir ce qui est bien ou mal pour toi... Suis ton coeur et fais toi confiance... Bisous

NB: je trouve que ton idée de médaille avec la vierge est très bien. A une époque, je faisais des copies collées de moi et de Guillaume sur des photos où je le tenais dans les bras, çà me faisait beaucoup de bien. Maintenant, je le fais plus

Baisers Volants à Laureline
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Après le deuil Empty
MessageSujet: Re: Après le deuil   Après le deuil Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Après le deuil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: