DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Petite Suzanne, grandes leçons...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Petite Suzanne, grandes leçons...   Jeu 1 Nov - 21:20

Jamais un être aura autant changé ma vie.

Je voudrais pouvoir m'adresser à toi, ma puce, mais je ne crois pas à la vie après la mort... Malheureusement... J'aimerais pouvoir croire que tu es là, que tu nous protège, que tu nous attends... Mais je sais que rien ne m'attends après la mort et tant mieux si je me trompe.

Mon esprit rationnelle ne comprend même pas mon deuil... En fait, oui, je commence tout juste à comprendre. C'est l'attachement que j'avais pour elle qui a été coupé et qui fait mal, car cet attachement il existait vraiment. Je dois apprendre à l'aimer d'une autre façon.

Je dois apprendre à aimer sans attachement. Nous allons tous mourir, plus nous vivons vieux plus nous verrons nos proches s'éteindre un à un... Mais pour une jeune femme c'est un choc de comprendre cela tout d'un coup... Ca semble noir, mais ca ne l'est pas, c'est la réalité.

La vie est belle et injuste. Il n'y a pas de justice avec la mort. Tu as beau être le plus fin et le plus smat tu partiras peut-être bien le premier peut-être pas... Elle est belle parce qu'elle est unique, nous n'en avons qu'une seule et ensuite on engraisse les pissenlits.

Ce que je pense là maintenant, c'est que, si j'avais a choisir je préférerais avoir perdu ma petite suzanne plus tard... Si je l'avais perdu plus tard je ne dirais pas cela (je dirais encore plus tard!), mais là, je n'ai jamais vu ses yeux s'ouvrir, ni entendu pleurer ou respirer... Je pourrais aujourd'hui chérir quelques moments passé avec elle. Probablement que j'aurais eu plus de peine, car mon attachement aurait peut-être été encore plus grand... Qu'en sais-je? .... Je n'aurais jamais pu m'imaginer cela si c'était ce qui serait arrivé... Mais pour moi aujourd'hui, c'est ce que je regrette...

Et c'est un peu ma nouvelle vision de la vie... Nos êtres chers vont tous un jour disparaître... Mais rappelons nous des bons moments, disons nous que nous avons été chanceux des les avoir près de nous tout ce temps... Je ne peux imaginer la douleur que je ressentirais si je perdais ma fille, ma plus grande, mais après la douleur, je me dirais que j'ai de la chance de l'avoir eu dans ma vie. On dirait qu'à quelques part, chaque jour, minutes, années, décennis n'ont plus la même valeur à mes yeux. D'un côté, c'est parce que je sais que la vie peut m'arracher tout ce que j'ai. Et d'un autres, c'est que chaque minutes est une minute de plus de vie...

On m'a dit, souvent: "Au moins tu ne l'as pas connu, ce doit être moins pire?" Mais j'aurais aimé la connaître ne serait-ce quelques années, mois, jour, heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Re: Petite Suzanne, grandes leçons...   Mar 6 Nov - 18:52

Le sens de la Vie...

Je ne l'ai pas encore trouvé... Personnellement, je vois la mort comme une fin. J'ai peur, mais pourquoi avoir peur de quelque chose qui arrivera de toute façon? J'ai peur, de voir les êtres aimés partir encore... J'ai peur de partir moi-même et de laissé ceux que j'aime...

Cette semaine, une personne dans mon entourage s'est, probablement, donné la mort, c'était un accident de voiture, mais on se doute que c'est probablement un suicide... Je trouve ca tellement triste... Il devait tellement souffrir et il n'a pas réussi à trouvé autre soulagement à sa souffrance. C'est désolant de voir la peine que cela peut causer tout autour... Et c'est la fin de sa souffrance mais aussi de sa vie... Donc, on ne peut voir cela comme un soulagement, il n'y a pas, pour moi de bien être après la mort puisque c'est juste la fin, ce ne peut être une solution alors.

Mais d'un autre côté... Quel est le véritable sens de la vie? Attendre de mourir? Profitez de la vie... Mais c'est quoi profiter de la vie? Qu'est-ce que ca veut dire?? Quel est le sens que je veux donner à ma vie? Qu'est-ce qui vaut vraiment la peine d'être vécu?

La seule chose qui me vient en tête c'est l'amour... L'amour pour mon amoureux, pour mes enfants.... Comment avoir des passions pour autres choses maintenant? Plus jeunes je voulais voyager, faire de l'équitation, avoir des chevaux, je rêvais à plein de choses... Aujourd'hui je ne vois vraiment pas ce que ca pourrais m'apporter? Même mon travail me semble moins passionnant...

Quel sens donné à ma vie? À quoi rêver?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Re: Petite Suzanne, grandes leçons...   Mer 14 Nov - 15:20

Quel sens donné à ma vie?

http://www.psychologies.com/Culture/Philosophie-et-spiritualite/Savoirs/Articles-et-Dossiers/Le-sens-de-la-vie

Le sens de la vie



Frédéric Lenoir





Frédéric Lenoir est sociologue et spécialiste des religions, il a notamment dirigé L’encyclopédie des religions (Bayard), et publié La rencontre du Bouddhisme et de l’Occident (Fayard).





La question du "sens de la vie" refait surface en Occident. Après l’effondrement des grands systèmes religieux et des idéologies politiques, chacun d’entre nous est renvoyé à lui-même et s’interroge sur ce qui fait vraiment sens pour lui. C’est sans doute l’une des raisons du renouveau de la philosophie, du succès du développement personnel et de la spiritualité. N’oublions pas, cependant, que le simple fait de se poser cette question est l’apanage des riches, ou du moins de ceux qui n’ont plus à lutter pour leur survie. Les pauvres ne s’interrogent pas sur le sens de leur existence. Ils tentent simplement de survivre au jour le jour. Mais ce qui les aide à vivre, autant que la nourriture qu’ils cherchent quotidiennement, ce sont les liens familiaux, amicaux, tribaux, communautaires.

L’homme ne peut pas vivre sans "liens affectifs" au sens large du terme. On le sait pertinemment en ce qui concerne le bébé. Si personne ne le regarde de manière personnelle, ne le touche, ne s’intéresse à lui, il dépérit. Si quelque chose, donc, donne vraiment sens à notre vie, riches ou pauvres, hier ou aujourd’hui, ici ou ailleurs, c’est l’amour. Toutes les recherches philosophiques ou religieuses nous laisseront dans une sensation de vide existentiel si notre vie est sans amour. La vie est viable parce que quelqu’un, ne serait-ce qu’une seule fois, nous a regardé avec amour.




Je n’oublierai jamais cette scène bouleversante à laquelle j’ai assisté, il y une vingtaine d’années, lors d’un voyage en Inde. Je travaillais comme volontaire chez les sœurs de Mère Teresa. Un bébé, trouvé dans une poubelle, avait été amené à l’orphelinat de Calcutta. Il refusait de s’alimenter, n’exprimait aucune émotion. Il était comme mort. Malgré les premiers soins médicaux et nutritionnels, son état ne s’était guère amélioré. L’une des religieuses le prit dans ses bras, le frictionna vivement, le serra, lui parla, tenta de le faire rire. Rien n’y fit. Serrant l’enfant contre son cœur, elle s’immobilisa longuement les yeux fermés. Il émanait d’elle une force étonnante. Puis, lentement, ses mains recommencèrent à pétrir le bébé. Inlassablement, elle le massa de la tête aux pieds, avec un mélange parfaitement dosé de force et de délicatesse. Elle se remit à faire sauter l’enfant sur ses genoux et son air grave se transforma en une cascade de rires. Et là, sous nos yeux, un miracle de l’amour se produisit. Le regard de l’enfant commença à s’éclairer. L’absent devenait présent. Et, doucement, un sourire s’esquissa accompagné de quelques petits cris de bonheur. Le bébé avait choisi de vivre. Son sourire témoignait que l’amour est le seul motif qui donne vraiment sens à une existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Re: Petite Suzanne, grandes leçons...   Sam 17 Nov - 23:32

Le sens de la vie...

Cette question je l'ai a l'esprit demain maintenant plus de 2 semaines. Je cherche, je lis... Je trouve certaines réponses... Mais au fond, je sais que toute ma vie je chercherai une réponse à cette question, une réponse qui n'existe pas vraiment. Entk, pas Une réponse....

La vie est éphémère, on ne sait jamais quand elle s'arrêtera...Alors quel est la différence entre mourir aujourd'hui ou dans 50 ans?

Sachant cela, il faut savourer les minutes, les heures et les jours qui passent. Je n'ai pas envie de vivre ma vie dans la souffrance, la souffrance d'attendre un deuxième enfant, ou la souffrance de la perte des êtres chers, ou peu importe l'attente ou le désir... J'ai envie de vivre chaque jour comme si c'était le dernier, de ne plus rien attendre de la vie, elle peut tout nous donner et tout nous reprendre, j'ai seulement envie de trouver un moyen pour embarquer dans la barque et suivre le courant en savourant chaque chose en attendant la fin, car elle viendra.

Le détachement est une libération. Aimé sans attachement. Je ne sais pas encore si c'est réellement possible ou si moi j'y arriverai et si je veux réellement y arrivé.... Présentement, je le comprends un peu. Aimer chaque être vivant également, les aimés tels qu'ils sont, sans jugements, aimé ses enfants mais ne pas avoir le sentiments que ceux-ci "nous appartiennent" aimé son amoureux sans le "posséder", faire du bien autour de nous en étant une lumière pour eux....

C'est comme si j'étais présentement dans un état de "lucidité" et que je sais que bientôt je redeviendrai "normal" et que je dois profiter de ce nouvelle oeil sur le monde et la vie pour changer, évoluer... Prendre une autre direction.

Je ne sais pas encore où cela va me mener... Mais je me reconnais présentement beaucoup dans certains principes bouddhistes.


Dernière édition par Mamandesuzanne le Sam 17 Nov - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Re: Petite Suzanne, grandes leçons...   Sam 17 Nov - 23:46

Tout est superficiel....

Le soleil sur ma peau, le bon vin ou le chocolat émoustillant mes papilles, la musique, ma maison, ma voiture, mes vêtements, les voyages, etc....

Tout n'est que sensations.... Sensations, sensations...etc....

Les plaisirs de la vie ne peuvent nous donner le bonheur...

Notre amour pour les autres et pour nous-même, c'est tout ce qui importe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamandesuzanne

avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : albanel
Je suis : Maman de
Ange(s) : Suzanne, 18 sa
Décédé(e) à : 18 semaines de grossesse
Le : 29/août/2012
Date d'inscription : 16/09/2012

MessageSujet: Re: Petite Suzanne, grandes leçons...   Dim 13 Jan - 9:25

Aujourd'hui, presque 5 mois après les évènements...

Je relis ce que j'ai écris plus haut et j'y vois la tempête que j'ai traversé... Oufff... J'étais vraiment perdu, entrain de me noyer, à la recherche de solutions, de sens... Il n'y a pas de sens à chercher...

Je me regarde et j'ai envie de me prendre dans mes bras et de me souffler à l'oreille: ''ca va aller... t'inquiète pas...''

Aujourd'hui, ce n'est plus pareil, la tempête est terminé, j'en sors fragilisé, écorché, mais en un autre sens plus forte... Forte de l'expérience... Comme un marin sur son bateau qui sort de la tempête, le bateau a souffert, mais il peut le réparer...

Courage à vous,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Petite Suzanne, grandes leçons...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: JOURNAL DE DEUIL-
Sauter vers: