DEUIL PÉRINATAL - SITE OFFICIEL
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 Le droit à l'espoir... et à l'angoisse

Aller en bas 
AuteurMessage
aurel67



Nombre de messages : 135
Age : 30
Localisation : alsace-france
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mathis
Décédé(e) à : 24 SA
Le : 31/10/12
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Jeu 13 Déc - 10:32

Bonjour les mamanges
Je vous partage mon espoir et mon angoisse: hier rdv avec le gynéco spécialisé en écho qui avait surveillé Mathis pendant ma grossesse. Il nous dit qu'on a pas encore les résultats de l'autopsie, ça prendra plusieurs mois encore à priori mais on a les résultats de tous les prélèvements (cordon, placenta, sang de bébé) et les résultats génétiques> RIEN A SIGNALER! tout est normal!
Le médecin nous dit qu'il n'attend pas grand chose de l'autopsie, que tout ce qu'il pensait pouvoir diagnostiquer à déjà été écarté et que malgré les résultats que pourrait donner l'autopsie, ont pourra pas avoir de diagnostique pré implantatoire pour la prochaine grossesse. Donc le conseil du médecin, retenter un essai bébé naturellement, quand nous nous sentons prêts, et prévoir un suivi écho plus rapprocher, surtout pour me rassurer... Il croit qu'il y a peu de chance que notre malheur se répète! J'aimerai pouvoir être si optimiste!

J'ai accepté le décès de mon fils, je sais qu'aucun bébé ne le remplacera et tout est fait pour qu'il ait sa place dans notre vie... Mais nous avions le projet d'élever un enfant et nous ne voulons pas que ce projet disparaisse avec Mathis! Nous volons continuer à vivre, vivre pour la mémoire de notre petit bout qui lui n'a pas eu cette chance! Et vivre passe pour nous par poursuivre nos projets de couple, de famille... Je suis sûre que c'est ce qu'il voudrait, un petit frère ou une petite soeur, et pas des parents malheureux toute leur vie sans espoir!

Je sais que chaque grossesse est différente et qu'un autre bébé, c'est prendre à nouveau le risque de la vie, de la mort, de la maladie ou de la bonne santé... Je sais que vivre c'est prendre des risques et pour moi, peu importe le temps que j'attendrai, j'aurai toujours peur pour ce nouveau bébé qu'il n'aille rejoindre son grand frère... Alors je veux espérer qu'un bébé en bonne santé pourrait venir de loger dans mon bidon mais j'ai peur! J'ai tellement envie de donner un petit frère ou une petite soeur à Mathis... Je ne voudrais cependant pas reporter toutes mes angoisses sur ce petit être qui n'y sera pour rien et dont l'histoire ne sera pas celle de Mathis!
Mon mari a très envie de reprendre les essais bébé, j'en ai envie aussi... Les médecins ne sont pas contre! Il y a juste cet angoisse... Comment la gérez vous mamanges qui espèrent aussi?!

Je veux pas forcément faire "des essais bébé", je veux juste laisser faire dame nature, sans contraception et au gré de nos envies ;-) Mais pouvez vous me dire si on peut lâcher cette angoisse que le scénario ne se reproduise?!

Toutes mes pensées pour nos anges...


Mathis, maman t'aime fort et pense à toi chaque jour... Mon petit ange d'amour, tu me manques mais ton souvenir est doux à mon coeur... Milles baisers volants petit coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle 11



Nombre de messages : 366
Age : 37
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Je suis : Maman de
Ange(s) : Lucien né à 25 sa le 09 décembre 2011
Décédé(e) à : après 4 semaines de vie en réa-néonat
Le : 10 janvier 2012
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: Re: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Jeu 13 Déc - 16:04

Maman de Mathis je suis désolée pour toi et ton petit ange.
Comme je comprends que le fait de ne pas connaître les causes de la perte de ton petit Mathis se rajoute à cette peur de la récidive. 10
Mais même si tu auras toujours du mal à y croire, tes médecins ont raisons, ta prochaine grossesse sera différente. Et ce n'est que quand tu la vivras et que tu tiendras ton bébé espoir bien vivant et en bonne santé dans tes bras que tu pourras dire qu'ils avaient bien raison !
Malheureusement, je crois que l'angoisse ne va pas s'en aller et qu'elle fait partie de la vie de toutes les mamanges maintenant et pour leur grossesse suivante. Je pense qu'essayer d'accepter et de "faire avec" cette angoisse permet qu'elle ne nous paralyse pas.
Pour moi, mettre des mots sur celles qui m'accaparent m'aide beaucoup. Et c'est au cours des séances avec ma psy que j'y arrive le mieux... Il existe plein d'autres façon de les apprivoiser, mais pas de les faire disparaître malheureusement. Car nous sommes toutes tellement marquées et traumatisées que seul le temps et les expériences positives peuvent nous démontrer que l'on a tort de les avoir...
Après il existe des méthodes de relaxation pour s'apaiser, prendre soin de soi, vivre l'instant présent, se concentrer sur les choses positives...
Et surtout de faire face à son ressenti un jour après l'autre.
Ce qui m'aide aussi parfois c'est de voir les photos des bébés espoirs des mamanges et de savoir que malgré l'angoisse de perdre à nouveau leur bébé qui ne les a pas quittées pendant leur grossesse, elles ont donné naissance à de beaux bébés bien joufflus et pleins de vitalité.
J’espère que d’autres mamanges vont venir partager avec toi leur méthode pour diminuer leurs angoisses et t'encourager à les dépasser.
33

Douces pensées pour ton petit Mathis qui t'accompagne et te soutien sur le chemin vers l'espoir. bec bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurel67



Nombre de messages : 135
Age : 30
Localisation : alsace-france
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mathis
Décédé(e) à : 24 SA
Le : 31/10/12
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Ven 14 Déc - 6:46

Merci Syrielle de m'avoir répondu et pour tes précieux conseils! C'est un combat de chaque jour de retrouver confiance, c'est pas facile... j'espère que 2013 nous amènera de beaux bébés en bonne santé et la confiance un peu retrouvée!
D'ici là je vais essayer de suivre ton conseil de prendre soin de moi et de vivre l'instant présent...
J'étais un peu septique sur les psy, cela t'aide vraiment? je vais peut être voir pour trouver qqun... Je m'étais dit que pour le deuil je voyais pas trop ce que le psy pouvais m'apporter puisque je n'éprouvais ni colère ni culpabilité, juste de la tristesse, de la peine et que pour cela je voyais pas trop comment on pouvais m'aider! Ce sont des sentiments à accepter et puis c'est tout! Il fallait que je pleure mon tout petit autant que nécessaire...Mais pour l'avenir, pour essayer de moins angoisser et retrouver confiance en la vie tu as raison, peut être qu'un psy pourrait m'aider mais c'est vrai que n'en ayant jamais rencontré je me demande un peu quels sont leur méthodes pour nous aider!
En tous cas entrapercevoir l'espoir me fait déjà du bien par rapport à la sensation d'enfermement dans la peine que j'éprouvais encore il y a peu!
Est ce que ton mari partage l'angoisse? Mon mari dit qu il a peur mais que la confiance et l'envie d'avoir un bébé en bonne santé sont plus fortes! Moi j'ai l'impression qu'il ya l'envie et l'espoir dans la balance d'un coté et l'angoisse de l'autre, et que la balance est en train de pencher vers l'envie et l'espoir mais la domination sur l'angoisse n'est pas encore franche! Comme tu dis, j'attends peut être que la vie me prouve que j'ai tord de m'angoisser! Elle nous a tellement traumatisé, elle peut bien maintenant nous gâter un peu non?
Laissons faire dame nature en espérant que l'angoisse ne la paralyse pas! J'ai vu l'autre post dans lequel tu dis que vous laisser faire au gré de vos envies, je partage ce point de vue!
Espérons que ça marchera!

Toutes mes douces pensées pour toi et ton petit ange Lucien!
Milles Baisers volants à mon petit Mathis d'amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syrielle 11



Nombre de messages : 366
Age : 37
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Je suis : Maman de
Ange(s) : Lucien né à 25 sa le 09 décembre 2011
Décédé(e) à : après 4 semaines de vie en réa-néonat
Le : 10 janvier 2012
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: Re: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Ven 14 Déc - 15:32

Oui vivement cette année 2013, d’ailleurs c’est bien de se mettre des caps qui ont du sens pour nous et de respecter son propre rythme et ressenti.
Pour moi, l’aide du psy vient du fait qu’en analysant ce que je dis, il arrive à me poser les questions essentielles auxquelles je dois réfléchir pour trouver les réponses qui me sont propres 19 . C'est un peu un guide de réflexion qui me permet de me focaliser sur le problème majeur qui est à l'origine de mes souffrances... Et au fur et à mesure des rendez-vous, j’arrive à dénouer, l'une après l'autre, les pensées qui me font souffrir pour arriver à les modifier et à aller mieux.
Ça c'est pour la thérapie analytique après il y a différentes thérapies plus ou moins longues, plus ou moins ciblées qui peuvent nous permettre d'avancer.
Avant de perdre Lucien, j'avais débuté une thérapie comportementale pour un problème d'affirmation et de confiance en moi. Mais après la mort de Lucien, j'ai senti les limites de ce type de thérapie pour avancer dans le deuil de mon bébé, j'avais plus besoin de démêler mes pensées pour savoir lesquelles étaient à l'origine d'un grand sentiment de culpabilité que j'éprouvais...
Je suis allée consulter une gynéco très à l'écoute (qui malheureusement n'est pas obstétricienne...) et elle m'a dit qu'avant de recommencer une grossesse, je devais "accepter" la perte de Lucien et que faire un travail psychologique avec l'aide d'un professionnel pouvait m'y aider. C'était des mots très durs pour moi "devoir accepter" Shocked mais ça a fait effet et c'était le but. Elle m'a conseillé l'adresse d'une psy sensibilisée dans le deuil périnatal. Et quand j'ai rencontré cette psy la première fois, je me suis vraiment dit "Enfin une personne qui va pouvoir m'aider", ça a été ma première lueur d'espoir...
D’ailleurs pour l’anecdote, un des problèmes abordés récemment était ma difficulté à être enjouée, légère et positive lorsque les situations que je vivais l’étaient. J’avais l’impression de traverser une période de plomb et de ne pas m’en sortir. Elle m’a poussée à voir les petits plaisirs que j’avais chaque jour et de les noter quelque part pour m’en souvenir. En fin de journée, je me suis rendue compte que j’éprouvais plus de moments de petits bonheur que je le pensais. Elle a évoqué aussi la possibilité pour moi de rester dans ce sentiment de tristesse par peur d’oublier Lucien et ça je crois que c’est quelque chose de récurrent chez les mamanges cette peur d’oublier notre petit ange et de rester inconsciemment dans la tristesse pour se souvenir de lui… Que d’efforts à faire pour changer notre vision des choses !
Après de toute façon il y a des hauts et des bas, des jours où les angoisses sont plus présentes et d'autres où ça va mieux. Pour moi il y a des périodes difficiles qui généralement annoncent un grand changement, une prise de décision puis une fois ce cap passé, je suis dans l'action et je vais mieux... jusqu'au prochain cap... de voir un psy me permet de passer plus rapidement ces caps en allant à l’essentiel du problème.
Pour le suivi psy, il faut trouver une personne avec laquelle on se sent en confiance et qui ne nous laisse pas toute seule face à notre récit. J'ai eu comme ça un professionnel avec lequel je sentais que je m'enlisais dans ma tristesse, car en face de moi je n'avais que des « Hmm Hmm » ou il répétait bêtement la question que je venais de poser... Des fois cette réaction marche car elle nous renvoie la question en face mais pas systématiquement No ... Bref ce n'est pas qu'une simple paire d'oreilles dans lesquelles on déverse des mots sans retour.

Le papa de Lucien (mon doux et tendre) a la même réaction que ton mari, il a peur mais il a confiance en ce que la prochaine grossesse se passe bien. Il est d'un tel optimisme pour moi ! Mais il me dit qu'il n'a pas le choix et qu'il n'envisage pas que cela se passe autrement. Il a de la confiance pour deux et je m'appuie souvent sur sa foi en un bon déroulement prochain quand je perds un peu espoir bisous . Il est prêt depuis plus longtemps que moi, mais il m'a dit qu'il attendait que moi je sois prête pour que l'on réessaye d'avoir un bébé. Et je n’ai été prête que tout récemment, la balance des pour et des contre a penché vers l’idée de recommencer une grossesse et d’essayer dès maintenant, et pour moi ça a pris du temps…
Mais comme vous, on attend patiemment avec la certitude que ça viendra en son temps. Quand nous deviendrons impatients, nous aviserons…

Je te souhaite tout plein de forces pour trouver les solutions d’aide dont tu as besoin pour aller vers le mieux-être et pour dompter tes angoisses et passer les caps qui vont te mener vers le petit frère ou la petite sœur de Mathis.

Douces pensées à tous nos petits anges bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Ven 14 Déc - 19:23

juste un petit message sur ce poste pour te dire que la tartelette était pas mal Wink
(je plaisante)

je voulais juste te dire que cette angoisse on l'aura jusqu'au bout de la prochaine grossesse, car malheureusement on a vécu la chose la plus triste qui existe, celle de survivre a son enfant.
pour moi c'est sur qu'une prochaine grossesse sera synonyme de stress et angoisse même si je me dis que la foudre ne peut pas frapper deux fois au même endroit.

on sera systématiquement angoissée pendant la grossesse car on a perdu cette insouciance, celle qu'on avait jadis c'est a dire "on tombe enceinte et 9 mois plus tard on a jolie bébé joufflu dans les bras".
et avec tous ce qu'on sait sur toutes les maladies, syndromes etc... il y a de quoi être angoissée pour toute une vie.
mais en même temps n'est-ce pas le rôle d'une mère d'être stressé perpétuellement pour son enfant?
j'aimerai tellement me faire des cheveux blancs quand bébé espoir (qui n'est même pas encore en route) sera un ado et ne rentre pas a l'heure prévue et dire les phrases que ma maman me disait quand je respectais pas le couvre-feux. je souris a cette idée Smile

je pense et j'espère que cette triste épreuve de la vie, le sort, dame nature, la volonté du seigneur... appelons ça comme on veut fera de nous des meilleures mamans.

tous ce que j'espère pour une prochaine grossesse c'est que d'accord on sera stressée mais que ca devienne pas non plus invivable.

je te souhaite d'avoir un jolie bébé dans les bras en 2013 ou même un petit peu après, qui te pourrissent tes nuits a toi et a ton mari. c'est tout le malheur que je te souhaite Smile

Mathis veille sur vous et je suis certaine qu'il veuille que vous lui fassiez un joli petit frère ou une petite soeur
Revenir en haut Aller en bas
aurel67



Nombre de messages : 135
Age : 30
Localisation : alsace-france
Je suis : Maman de
Ange(s) : Mathis
Décédé(e) à : 24 SA
Le : 31/10/12
Date d'inscription : 05/11/2012

MessageSujet: Re: Le droit à l'espoir... et à l'angoisse   Dim 16 Déc - 6:02

Merci Syrielle de me partager ton vécu! Pour moi j'ai la sensation "d'accepter" le sort de Mathis, j'accepte d'être triste, de pleurer quand j'en ai besoin, et très rapidement après qu'il se soit envolé j'avais réussi à me dire qu'il ne voudrait pas une maman qui s'arrête de vivre ce qui m'avais permis de rigoler qd j'en avais envie et de pleurer qd c'était le moment... J'accepte cette valse des émotions et c'est en cela que je doutais de l'aide que pouvais m'apporter un psy! J'ai la chance d'être entourée de beaucoup de médecins, de personnes qui travaille dans la psychothérapie alors peut être que parler avec elles m'a aidé sans que je ne m'en rende compte! Ma gynéco étant elle aussi mamange, la voir m'a beaucoup aidé! Mais maintenant que se profile l'idée d'accueillir un autre bébé, c'est vrai que l'aide de quelqu'un de neutre m'aiderait peut être! Je suis contente de voir que toi ça t'aide en tous cas! Je pense que je vais voir à l'hôpital ou j'ai été suivi pour Mathis si je peux rencontrer quelqu'un pour apprivoiser l'angoisse! Maintenant j'ai constaté que cette angoisse est plus présente certains jours que d'autres, finalement comme la tristesse!
J'ai l'impression d'avoir redécouvert tous les sentiments qui se mêlent chez l'être humain!
Mon mari est très optimiste de nature, le problème c'est qu'il l'était déjà quand on espérait pour Mathis que tout se termine bien, il n'a cessé de me dire que "ça ira, tu verras, je le sens bien..."! Alors naturellement j'ai un peu de mal à croire ses "pressentiments" optimistes! Et pourtant je ne demande qu'à le croire! C'est toujours le combat entre le coeur et la tête!!! Ma confiance dans la vie a déjà été ébranlée plusieurs fois mais à chaque fois elle me l'a bien rendu par la suite alors j'espère que cette fois elle le fera aussi! C'est quand même dur de toujours devoir à réapprendre à faire confiance...

Merci Hasret pour tes mots tendres à mon coeur, tu as raison, la foudre ne frappe pas deux fois au même endroit, ça me parle bien, je vais essayer de me raccrocher à cette idée! Et je pense comme toi que nos anges feront de nous de meilleures maman! j'espère comme toi qu'ils veilleront sur nous pour que nous puissions leur offrir un petit frère ou une petite soeur!

L'espoir, l'amour et le souvenir est ce qui nous reste finalement du passage de nos anges... Pourvu que l'espoir soit récompensé par la vie!
Je pense bien à vous les filles et aussi à vos petits anges!

Pleins de baisers volants à mon Mathis chéri que j'aime à la follie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le droit à l'espoir... et à l'angoisse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Petits Anges au Paradis :: DEUIL PÉRINATAL :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: